Amis des arts et de la culture de Palestine

19 enfants palestiniens du camp de réfugiés Aïda ont vu la mer pour la première fois !

Redecouverte

Banal ? Anodin ? Peut-être à nos yeux mais pourtant une expérience inoubliable pour chacun d’entre eux.

Tout commence une semaine auparavant lorsque deux volontaires, Brian et Bodil, reviennent de leur week-end à Tel Aviv, contents de leur séjour mais aussi mal à l’aise vis-à-vis des enfants du camp qui n’ont jamais eu l’occasion de faire un tel voyage. En effet, la loi israélienne interdit aux adultes palestiniens de se rendre en Israël sans une autorisation spéciale. Elle limite également leurs déplacements en Palestine. Par contre, les enfants de moins de 14 ans peuvent officiellement voyager sur tout le territoire.

Avec nos différentes nationalités nous avons la possibilité de circuler sans difficulté. Ce soir là nous décidons d’emmener des enfants à la plage.

Après 2 heures de bus, nous voilà enfin arrivés. Excités, les enfants se ruent vers la mer agitée. A la fois euphoriques et craintifs, ils s’accrochent aux adultes. Les enfants apprivoisent les vagues et deviennent de plus en plus téméraires. Les falafels préparés pour le pique-nique n’ont pas beaucoup de succès, les enfants préfèrent rester dans l’eau. Entre château de sable, cerf-volant, jeux de ballon et baignade, on ne voit pas le temps passer ! Tous ces sourires, cette joie, ces rires d’enfants, quel contraste avec leurs quotidiens !

Après une journée riche en émotions, chacun rentre chez soi. Quelques heures plus tard, un conflit violent éclate dans le camp. Cela confirme à nos yeux, l’importance, pour ces enfants, de vivre de nouvelles expériences, de découvrir d’autres manières de s’amuser et enfin de s’ouvrir sur l’extérieur.

 Nous espérons poursuivre ce projet avec d’autres enfants. Cependant, notre budget personnel étant limité, il nous est difficile de financer seuls un nouveau voyage. La préparation de cette sortie, la location du bus, le chauffeur, la nourriture nous sont revenus à 1500 shekels soit environ 270 euros.

Avec votre soutien, d’autres enfants palestiniens du camp de réfugiés Aïda verront la mer pour la première fois !

Mélanie et Hannah, 
volontaires au centre culturel Al Rowwad.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Les évadés palestiniens sont des combattants de la liberté

    Les six prisonniers palestiniens évadés sont les combattants de la liberté les plus audacieux qu’on puisse imaginer. Les Israéliens qui ont du mal à l’admettre feraient bien de se rappeler de nombreux films et séries télévisées qu’ils ont vus : S’évader de prison est la parfaite "fin heureuse". L’Acre Prison Break de 1947 - dans lequel des membres de l’Irgun, la milice clandestine pré-étatique dirigée par Menachem Begin, ont fait irruption dans la prison de la ville pour libérer les membres de la milice (...)

  • Des Juifs Européens pour une Paix Juste

    Le réseau des Juifs Européens pour une Paix Juste (EJJP en anglais, JEPJ en français), dont l’UJFP est membre, s’est vu refuser par la Commission Européenne la participation à un comité consultatif sur la stratégie à adopter pour lutter contre l’antisémitisme et favoriser une vie juive en Europe. Après plusieurs échanges de lettres avec les autorités de la Commission qui n’ont donné en réponse aucune explication à leur refus, une lettre ouverte a été rédigée le 5 juillet afin de faire connaître publiquement (...)

  • « PayPal collabore avec l’Anti-Defamation League, un important groupe de pression israélien, pour enquêter sur la manière dont les « mouvements extrémistes et haineux » collectent des fonds.

    Et avec les efforts de grande envergure de ce groupe de pression pour étiqueter le soutien aux droits des Palestiniens comme une forme de fanatisme anti-juif, cela pourrait être un autre moyen pour le secteur privé de censurer et d’entraver les militants antiracistes afin de protéger Israël.
    L’ADL se fait passer pour un groupe de défense des droits civiques tout en sapant systématiquement les mouvements de justice sociale et a ainsi dénoncé à plusieurs reprises les militants noirs pour avoir exprimé (...)