Amis des arts et de la culture de Palestine

la Cour Pénale Internationale envisage, enfin, l’ouverture d’une enquête

Après des années d’atermoiements, la Procureure de la Cour Pénale Internationale (CPI) a annoncé vendredi qu’elle avait finalement assez d’éléments de preuves pour ouvrir une enquête sur les crimes israéliens contre les Palestiniens de la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est, et de la bande de Gaza.

« J’ai la conviction que des crimes de guerre ont été ou sont en train d’être perpétrés en Cisjordanie, y inclus Jérusalem-Est, et la bande de Gaza », a déclaré Fatou Bensouda dans un communiqué diffusé à La Haye (Pays-Bas), siège de la CPI.

La Procureure a cependant ajouté qu’avant de lancer l’enquête criminelle, elle demande à la CPI de se prononcer sur la question de savoir si la juridiction du tribunal s’étend aux territoires palestiniens occupés.

Comme s’il y avait matière à discuter un tel sujet, au motif que la puissance occupante, Israël, n’est pas membre de la CPI, à la différence de la Palestine, qui y a adhéré et y a déposé des plaintes !

Cela n’a pas empêché les dirigeants israéliens d’aboyer. « La Procureure a transformé la CPI en instrument pour délégitimer l’Etat d’Israël », a aussitôt déclaré Netanyahou. « Elle a totalement ignoré les arguments juridiques que nous lui avions présentés », a encore osé le bourreau du peuple palestinien, faisant mine d’oublier qu’Israël a toujours dénoncé l’existence même de ce tribunal.

L’annonce de vendredi est un pas, fragile et bien timide à ce stade, de la lutte pour que justice soit rendue au peuple palestinien. Il nous appartient de maintenir et développer la mobilisation pour contraindre la CPI a faire effectivement son travail, et inculper tous les criminels de guerre israéliens qui doivent rendre des comptes.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Christophe Oberlin : « L’avenir est à la judiciarisation de la question palestinienne »

    La nouvelle est tombée le 20 décembre 2019. La Procureure auprès de la CPI, Fatou Bensouda annonçait « qu’au terme d’un examen préliminaire approfondi, mené en toute indépendance et objectivité, de l’ensemble des renseignements fiables qui sont en la possession de son Bureau, ce dernier est parvenu à la conclusion que tous les critères définis dans le Statut de Rome pour l’ouverture d’une enquête étaient remplis ».
    L’enjeu de cette enquête ? « Les crimes présumés commis sur le territoire palestinien occupé, (...)

  • Déclaration sur l’antisémitisme et la question de Palestine

    Cent vingt-deux intellectuels et intellectuelles palestiniens et arabes répondent à la définition de l’antisémitisme promue par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste qui est utilisée, dans plusieurs pays d’Europe et d’Amérique, pour réprimer le soutien aux droits palestiniens. Cette Déclaration est publiée conjointement en arabe par Al-Quds (Londres) et Al-Ayyam (Ramallah), en hébreu par Haaretz (Tel-Aviv), en anglais par The Guardian (Londres), en allemand par Die Tageszeitung (Berlin) (...)

  • Appel au boycott des produits israéliens : quand le ministère français de la Justice refuse de distinguer entre des produits et des hommes

    Peut-on encore espérer des autorités françaises une attitude rationnelle au sujet des appels au boycott des produits israéliens ? On peut légitimement se poser la question à la lecture d’une récente dépêche du ministère de la justice.
    Dans son arrêt Baldassi du 11 juin 2020 condamnant la France [1], la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a jugé que l’appel au boycott des produits israéliens ne peut pas en soi constituer une infraction pénale : il est en effet couvert par la liberté d’expression (...)