Amis des arts et de la culture de Palestine

la Cour Pénale Internationale envisage, enfin, l’ouverture d’une enquête

Après des années d’atermoiements, la Procureure de la Cour Pénale Internationale (CPI) a annoncé vendredi qu’elle avait finalement assez d’éléments de preuves pour ouvrir une enquête sur les crimes israéliens contre les Palestiniens de la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est, et de la bande de Gaza.

« J’ai la conviction que des crimes de guerre ont été ou sont en train d’être perpétrés en Cisjordanie, y inclus Jérusalem-Est, et la bande de Gaza », a déclaré Fatou Bensouda dans un communiqué diffusé à La Haye (Pays-Bas), siège de la CPI.

La Procureure a cependant ajouté qu’avant de lancer l’enquête criminelle, elle demande à la CPI de se prononcer sur la question de savoir si la juridiction du tribunal s’étend aux territoires palestiniens occupés.

Comme s’il y avait matière à discuter un tel sujet, au motif que la puissance occupante, Israël, n’est pas membre de la CPI, à la différence de la Palestine, qui y a adhéré et y a déposé des plaintes !

Cela n’a pas empêché les dirigeants israéliens d’aboyer. « La Procureure a transformé la CPI en instrument pour délégitimer l’Etat d’Israël », a aussitôt déclaré Netanyahou. « Elle a totalement ignoré les arguments juridiques que nous lui avions présentés », a encore osé le bourreau du peuple palestinien, faisant mine d’oublier qu’Israël a toujours dénoncé l’existence même de ce tribunal.

L’annonce de vendredi est un pas, fragile et bien timide à ce stade, de la lutte pour que justice soit rendue au peuple palestinien. Il nous appartient de maintenir et développer la mobilisation pour contraindre la CPI a faire effectivement son travail, et inculper tous les criminels de guerre israéliens qui doivent rendre des comptes.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • La réaction de l’Occident à l’invasion russe détruit les prétextes invoqués pour rejeter le BDS contre Israël de l’apartheid

    Les Palestiniens regardent avec empathie la souffrance de millions d’Ukrainiens en proie à la guerre, en particulier les réfugiés, au nombre de plus de deux millions, qui cherchent la sécurité dans les pays voisins. En harmonie avec la majorité absolue de l’humanité qui vit dans le Sud global, le Comité national palestinien du BDS, la plus grande coalition de la société palestinienne à la tête du mouvement BDS mondial, s’oppose à la guerre, que ce soit l’agression illégale de la Russie en Ukraine (...)

  • L’apartheid d’Israël contre la population palestinienne : un système cruel de domination et un crime contre l’humanité

    Notre rapport révèle la véritable ampleur du régime d’apartheid d’Israël.
    Que ce soit dans la bande de Gaza, à Jérusalem-Est, à Hébron ou en Israël, la population palestinienne est traitée comme un groupe racial inférieur et elle est systématiquement privée de ses droits. Nous avons conclu que les politiques cruelles de ségrégation, de dépossession et d’exclusion mises en œuvre par Israël dans tous les territoires sous son contrôle constituent clairement un apartheid. La communauté internationale a le devoir (...)

  • Un message de Salah Hamouri « Rester, c’est déjà résister »

    Chers amies et Chers amis,
    Je veux juste faire un point avec vous sur là où nous en sommes de la volonté israélienne qui concentre ses coups contre moi mais aussi contre tous mes camarades palestiniens de Jérusalem-Est où je réside.
    Comme vous le savez, les Palestiniens qui résident à JérusalemEst ont un statut très précaire et particulier ; ils ne sont ni Israéliens ni Palestiniens. Ils sont des « résidents » de Jérusalem. Ils ont, à ce titre, une carte « de résident » délivrée par l’occupant. Pour être (...)