Amis des arts et de la culture de Palestine

Zoom sur le keffieh, ce foulard typique de la Palestine

Coiffe traditionnelle arabe, le keffieh est devenu au fil des années l’emblème des Palestiniens. Comment ce foulard typique est-il devenu le symbole de tout un peuple ? Quelle est son histoire ? Voici tout ce que vous devez savoir sur le keffieh.

Le keffieh : quelle origine ?
Si aujourd’hui le keffieh est incontestablement lié à la Palestine, ses origines, elles, se situeraient plutôt du côté de l’Irak. En effet, le mot désignant ce couvre-chef veut dire « relatif à Koufa », en référence à la ville irakienne. Plusieurs histoires entourent la naissance de ce foulard typique. Pour certains, ce dernier serait né au VIIème siècle lors d’une bataille entre arabes et perses près de Koufa, pour d’autres, il serait né il y a 5000 ans en Mésopotamie. Il aurait alors été porté par les prêtres sumériens et babyloniens.

Bien que le keffieh ne soit pas spécifiquement lié à un statut social, il est important de rappeler qu’il a longtemps été utilisé par les paysans et les bédouins. Le keffieh jouait un rôle de protection, en couvrant la tête et la nuque du soleil.

Plus tard, en 1936, lors de la Première Guerre mondiale et de la révolte arabe contre la domination coloniale britannique, le keffieh est arboré par les nationalistes palestiniens. Ils s’en servent pour cacher leur visage et ne pas être arrêtés. C’est à partir de ce moment-clé, que le keffieh est adopté en masse par les Palestiniens, devenant un symbole de solidarité.

Le keffieh : quelle est sa signification ?
En regardant un keffieh de près, on peut observer différents motifs sur le tissu. Des coutures noires mises en évidence par le coton blanc, qui auraient de nombreuses significations. Le motif “filet de pêche” symboliserait le lien entre le marin palestinien et la mer Méditerranée. Les feuilles d’olivier quant à elles, illustreraient la persévérance, la force et la résilience. Enfin, la ligne large et épaisse ferait référence à la route commerciale qui traverse la Palestine, signe de richesses, de voyages et d’échanges culturels.

Qui porte le keffieh ?
Le keffieh a été popularisé dans les années 60 par le dirigeant palestinien Arafat, qui le portait à chaque événement. Mais ce foulard typique, bien que lié à la Palestine, dépasse les frontières. Dans le monde arabe, il est également utilisé en Jordanie, en Syrie, en Arabie Saoudite, ainsi que dans les Émirats arabes unis, qui eux, leur préfèrent une version immaculée.

En Occident, aux début des années 2000, des créateurs n’ont pas hésité à s’emparer du keffieh, propulsant ce dernier au rang de pièce iconique. Un accessoire de mode, qui s’éloigne alors des couleurs et motifs traditionnels.

Source



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Lettre de Salah Hamouri à Emmanuel Macron, depuis la cellule n°4 de la prison d’Ofer

    Depuis la cellule n°4 de la prison d’Ofer, Salah Hamouri, actuellement en détention administrative adresse une lettre ouverte à Emmanuel Macron à l’occasion de la Fête nationale française.
    Monsieur le Président de la République,
    Je vous écris cette lettre à l’approche du 14 juillet, cette date qui a changé la face du monde en portant les valeurs d’humanité et de démocratie, et qui a donné à la République française sa devise : « liberté, égalité, fraternité ».
    Des normes et des valeurs humaines résultant (...)

  • Ben & Jerry’s poursuit en justice sa maison-mère afin de geler les ventes en Israël

    Ben & Jerry’s poursuit en justice sa maison mère Unilever, pour bloquer la vente de sa marque et de ses droits en Israël à une compagnie israélienne qui vend ses produits dans les colonies de Cisjordanie occupée.
    Le fabricant de glaces demande aussi à un tribunal fédéral de New York qu’il lance une injonction d’urgence pour arrêter le transfert de tout actif de Ben & Jerry’s à AQP, l’entreprise israélienne, et à son propriétaire, Avi Zinger.
    Cette initiative est un nouveau coup porté à ce (...)

  • General Mills va désinvestir de l’apartheid israélien.

    General Mills, la compagnie mère de Pillsbury, a vendu les parts de sa coentreprise dans l’Israël de l’apartheid, après plusieurs années de pression de BDS contre sa production de produits Pillsbury dans la zone industrielle d’Atarot, une colonie israélienne illégale sur une terre palestinienne volée. Date d’origine : 01/06/2022, Traduit par : CG pour BDS France
    Hier, General Mills a annoncé que la compagnie a vendu les parts de sa coentreprise dans l’Israël de l’apartheid, après plusieurs années de (...)