Amis des arts et de la culture de Palestine

Une famille palestinienne va sur ses tombes par un tunnel sous le mur de séparation près de Bethléem

Les Palestiniens ont souffert de bien des façons à cause du mur de séparation israélien, et dans le cas d’une famille, à Al-Walajah, à l’ouest de Bethléem, le mur la sépare des tombes de ses parents. Ahmad Barghouth, 66 ans, a dit à Ma’an qu’il a enterré ses parents et ses grand-parents il y a quelques années dans son champ, près de sa maison. Mais le mur de séparation a été construit sur son terrain, entre le petit cimetière familial et sa maison.

Une famille palestinienne va sur ses tombes par un tunnel sous le mur de séparation près de Bethléem

Lorsque Barghouth a vu les projets du mur, il a compris que le tracé isolerait les tombes de sa famille. Mais il peut leur rendre visite par un petit tunnel sous le mur de séparation - Barghouth a réussi à obtenir l’autorisation pour ce tunnel de la cour suprême israélienne.

"J’ai pu à plusieurs reprises arrêter les entrepreneurs de travailler dans cette zone, jusqu’à ce que la cour décide enfin qu’un tunnel devait être creusé sous le mur de manière à ce que ma famille puisse accéder aux tombes."

Le tunnel a été construit avec une porte en fer à l’entrée, et les clés ont été remises à la famille.

Pendant la visite avec un journaliste de Ma’an, Nidal, le fils de 46 ans de Barghouth, a expliqué que sa famille a perdu de grands pans de terres agricoles à cause du mur de séparation.

"Nous avions l’habitude d’aller librement dans nos oliveraies, mais maintenant, comme vous pouvez voir, les vergers ont été abimés, ainsi que le paysage et la vue naturelle."

"Regarde cette pelle mécanique là-bas, en train d’arracher des arbres qui ont été plantés il y a des siècles," dit-il pendant qu’un bulldozer déracine des oliviers.

Photo

Le maire de al-Walajah, Abd al-Rahman Abu al-Teen, dit que le village a été mal pris en compte et même ignoré par l’Autorité palestinienne. "Il y a quelques années, un fonctionnaire de l’AP a visité le village pour vérifier un projet," a dit Abu al-Teen.

"Lorsque les villageois l’ont exhorté à aller sur la zone où était prévu le tracé du mur de séparation, il a trouvé un prétexte pour ne pas y aller, il a promis de visiter le secteur plus tard, mais il n’est jamais revenu."

Le mur de séparation, dont la construction a commencé en 2003, contribue à restreindre massivement la liberté de circulation des Palestiniens au sein de leur territoire internationalement reconnu.
Lorsqu’il sera terminé, 85% du mur sera construit à l’intérieur de la Cisjordanie occupée.

En 2004, le Cour internationale de Justice a demandé à Israël d’en arrêter la construction.

Source : Maan News

Traduction : MR pour ISM



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • FESTIVAL DE CANNES : LETTRE D’ARTISTES PALESTINIENS CONCERNANT LEUR REFUS DE PARTICIPER AU FESTIVAL

    Nous, l’équipe de tournage du film ‘Let It Be Morning’ souhaitons faire le communiqué suivant concernant notre décision de ne pas participer au festival de Cannes :
    Nous soutenons notre ami et camarade Eran Kolirin et nous sommes fiers d’avoir participé au projet de film inspiré du roman éponyme de Sayed Kashua ‘Let It Be Morning’. Nous sommes heureux que le film ait été sélectionné à Cannes.
    Ce film est le fruit d’une production collective qui décrit “l’état de siège” que nous vivons comme l’a écrit le (...)

  • La NAKBA continue

    Ayaled Shaked demande l’expulsion de Salah Hamouri
    Le 30 juin 2021, la ministre de l’Intérieur israélienne a annoncé sur les réseaux sociaux avoir signé la révocation du titre de résidence à Jérusalem de Salah Hamouri.
    Cette décision de l’actuelle ministre de l’Intérieur israélienne met à exécution ce que son prédécesseur avait déjà réclamé en septembre 2020. Cette mesure entraînerait une expulsion définitive et l’impossibilité pour Salah de vivre à Jérusalem mais également en Palestine, c’est à dire l’exil (...)

  • Arrêtez de comparer Israël à l’Afrique du Sud de l’apartheid ; c’est pire Par Thembisa Fakude

    Il est courant de nos jours de comparer le racisme institutionnel d’Israël et son occupation de la Palestine à l’apartheid sud-africain. Jusqu’à un certain point, c’est une comparaison raisonnable. Jusqu’à un certain point. Malgré toutes ses horreurs et sa brutalité, le régime d’apartheid en Afrique du Sud n’a jamais utilisé d’avions de chasse et d’artillerie pour bombarder les personnes opprimées vivant dans les townships. Israël l’a fait, et continue de le faire. C’est maintenant devenu presque une (...)