Amis des arts et de la culture de Palestine

Une chercheuse française obtient un doctorat pour une thèse sur le massacre de Sabra et Chatila dans la littérature et l’art

La chercheuse française Sandra Barrère a obtenu un doctorat en littératures française francophone et comparée après avoir discuté de sa thèse intitulée "Écrire une histoire tue. Le massacre de Sabra et Chatila dans la littérature et l’art".

Dirigée par le professeur Engélibert, avec, parmi les membres du jury la comparatiste Catherine Coquio et le grand expert de l’histoire contemporaine du monde arabe du Collège de France Henry Laurens, cette thèse a été soutenue à l’Université Bordeaux-Montaigne le 28 juin dernier.

La chercheuse a rappelé les circonstances historiques du massacre des camps de réfugiés palestiniens à Beyrouth, Sabra et Chatila, et les a placés dans le contexte plus vaste de la guerre au Liban et de la Nakba qui frappé l’existence du peuple palestinien. Elle s’est de plus appuyée sur la résolution du 16 décembre 1982 de l’Assemblée générale des Nations Unies qui a qualifié les exactions en « acte de génocide ».

La chercheuse a expliqué que ce qui a motivé sa recherche, c’est, d’une part le fait que, quand bien même le massacre a été largement couvert par les médias internationaux, on constate une absence de travail historique dans les manuels scolaires au Liban, dans la région tout comme en Occident, et d’autre part le fait qu’un grand nombre d’œuvres culturelles se saisissent de ce moment pour compenser en quelque sorte les manques de l’histoire.

La chercheuse a rassemblé quelque 43 œuvres, couvrant tous les champs de la production littéraire et artistique (roman, carnet, poème, récit autobiographique, films, peinture, sculpture, roman graphique, performance d’art corporel, etc.), rassemblant des œuvres d’auteurs tels que Jean Genet, Mahmoud Darwich, Elias Khoury, Ari Folman, Nancy Huston, Dia Al-Azzawi, Mona Hatoum, etc. Cette recherche est le produit d’un travail de 5 années, enclenché après un séjour de 4 ans au Liban (de janvier 2011 à août 2014).

Sandra Barrère tente de mettre en évidence le rôle à la fois historiographique, funéraire et réparateur du geste artistique dans la préservation de la mémoire palestinienne, qui doit relever de nombreux défis, notamment le fait qu’il existe une autre mémoire associée aux événements historiques survenus en Europe au cours de la Seconde Guerre mondiale, laquelle mémoire capte non seulement une grande partie de l’attention, mais engendre des effacements mémoriels, des phénomènes de non savoir, d’irrésolution, qui produisent à l’évidence du dépit, de l’antisémitisme, voire de la violence. Elle entend par cette recherche plaider pour la porosité des mémoires, leur mise en relation et en partage, et contribuer à un discours de paix dans et par la culture.

Le Premier conseiller de la Mission de Palestine auprès de l’Union européenne, la Belgique et le Luxembourg, Hassan Al-Balawi, présent à la soutenance, a rendu hommage à la thèse, la qualifiant d’ouvrage académique de référence, en tant qu’il fait un recensement de ce qui existe comme œuvres artistiques et littéraires sur un massacre qui a secoué le monde, mais aussi en tant que ce travail est un acte politique courageux.

Il a précisé que la thèse ne deviendrait pas seulement un livre, mais ferait également l’objet d’une exposition itinérante dans un certain nombre de pays du monde, y compris la Palestine.

Pour plus d’information, vous pouvez prendre directement contact avec Dre Sandra Barrère

lilosafran@gmail.com



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Gaza : le double langage du procureur de la CPI alors qu’un génocide est en cours

    Le 3 décembre 2023, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a achevé sa première mission en Israël et en Palestine. En Israël, il a rencontré des survivants et des familles de victimes des attaques du Hamas du 7 octobre ; à Ramallah, en Palestine, il a tenu des réunions avec des responsables palestiniens et des victimes de Gaza et de Cisjordanie. Depuis le début de son mandat en juin 2021, il est resté relativement discret quant à la situation en Palestine, hormis sa promesse de se rendre (...)

  • L’attaque d’Israël contre le Freedom Theatre dans le camp de Jénine fait partie d’un génocide culturel

    La destruction du théâtre et l’arrestation de son personnel s’inscrivent dans une tentative générale visant à briser les Palestiniens de Cisjordanie occupée sur le plan psychologique et émotionnel
    Lorsque Mustafa Shetha, père de quatre enfants et directeur général du Freedom Theatre, a été enlevé de chez lui le mercredi 13 décembre, qu’on lui a bandé les yeux et qu’il a été incarcéré, battu et privé de nourriture et d’eau, ce n’était pas le fruit du hasard.
    Les soldats israéliens, qui avaient la moitié de son (...)

  • Détruire l’héritage culturel de Gaza est un crime contre l’humanité

    Au moment où j’écris, le décompte des morts dans le conflit actuel s’élève à plus de 18 000. Nous avons vu des images de morts et de blessés, de gens qui extraient des victimes de décombres. Il y a eu dans le monde beaucoup de protestations au sujet du bombardement par Israël d’hôpitaux, d’écoles et de camps de réfugiés.
    Mais un des aspects des bombardements d’Israël dont on a le moins parlé est la destruction du patrimoine culturel : documents, monuments, objets d’art.
    Le 19 octobre, des frappes aériennes (...)