Amis des arts et de la culture de Palestine

Un film documentaire en français sur les femmes paysannes de Gaza

« Être une femme paysanne à Gaza »
Les paysannes courageuses de Gaza s’expriment

Afin de montrer la volonté et la détermination des femmes paysannes de Gaza, et disposer d’un témoignage réel sur le courage et la ténacité de ce groupe social, le réalisateur palestinien Yasser Agha a réalisé en mai2022 un court-métrage de 6 minutes, sous-titré en français ,sur ces personnes très courageuses qui continuent à cultiver leurs terres malgré leurs conditions difficiles et les agressions israéliennes contre l’enclave palestinienne.

Sur la base d’un scénario écrit par l’écrivain et poète francophone Ziad Medoukh, et à partir du concept de l’équipe francophone « ?Gaza la vie ? » , le réalisateur a donné la parole à trois femmes paysannes du sud de la bande de Gaza , dans leur coopérative familiale et agricole et dans leurs champs situés en pleine région frontalière.

Ces paysannes déterminées et motivées-Asil-Nadine-Ghaydaa– qui ont monté un projet agricole "Green Girls( Filles vertes) dans le village de Kuzaa, à l’est de Khan-Younis, au sud de la bande de Gaza, afin de cultiver plusieurs types de fruits et légumes, ont évoqué leur travail sur leurs terres agricoles menacées par les incursions israéliennes.

Ce projet très ambitieux porté par ces trois jeunes filles consiste à louer des terres agricoles et à les cultiver pour produire des fruits et légumes biologiques de bonne qualité, en utilisant des semences d’origine naturelle, pour les proposer aux consommateurs locaux, en évitant l’utilisation de pesticides et de produits chimiques qui sont dangereux et qui causent des maladies graves. Et avoir un revenu pour chacune d’entre elles.

Malgré tous les obstacles, et avec leur seule volonté, Elles poursuivent toujours leur projet.

Elles ont confirmé que l’agriculture est leur vie et leur seul moyen d’exister, en dépit des difficultés telles que : les incursions de l’occupation qui détruisent les terres agricoles, le blocus imposé depuis des années et la fermeture des points de passage.

Il y a aussi le sol qui a toujours besoin d’être fertilisé.

Les prix des pesticides et des engrais biologiques sont très élevés pour un nouveau projet tenu par de jeunes filles. Un autre problème, pour elles et pour tous les paysans du sud de la bande de Gaza : le manque d’eau et la difficulté de l’irrigation.

Autre difficulté pour ces jeunes paysannes : leur terrain se trouve dans un village frontalier éloigné du centre-ville, ce qui augmente les frais de commercialisation de leurs produits agricoles chez les clients des villes.

"Etre une femme paysanne à Gaza" montre ces paysannes qui luttent jour et nuit avec courage et humanité pour l’avenir économique d’une région en détresse totale. Ce film est un puissant témoignage de l’amour immuable des Palestiniens pour la vie malgré les mesures atroces de l’occupation , le contexte difficile et l’absence de perspectives ; il fait la démonstration que la vie continue dans cette région encerclée.

A travers "Etre une femme paysanne à Gaza", les réalisateurs et les producteurs, assistés par l’équipe de "Gaza la Vie" et les jeunes francophones de la bande de Gaza, confirment que Gaza, grâce à ses femmes paysannes déterminées et impliquées, garde l’espoir d’une vie meilleure et que la Palestine -toute la Palestine- continue à penser à l’avenir.

L’universitaire de Gaza a exprimé chaleureusement sa gratitude envers toute l’équipe bénévole : réalisateurs, acteurs, photographes , techniciens, jeunes francophones , pour leurs efforts et leur contribution à la sortie de ce remarquable film réalisé sans aucun soutien interne ni externe.

Il a remercié Laurent Baudoin pour sa révision



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Oui, la résolution parlementaire sur l’apartheid israélien est justifiée, et opportune !

    La résolution « condamnant l’institutionnalisation par Israël d’un régime d’apartheid à l’encontre du peuple palestinien » proposée par 38 député.e.s de la NUPES est une initiative courageuse et justifiée. Elle doit être saluée pour cela, et elle ne tombe pas « au mauvais moment ». Bien au contraire, elle est un premier pas pour permettre à la Gauche française de sortir enfin du déni et reconnaître aux droits nationaux des Palestiniens la même valeur qu’à ceux des Israéliens juifs.
    Elle est parfaitement (...)

  • Lettre de Salah Hamouri à Emmanuel Macron, depuis la cellule n°4 de la prison d’Ofer

    Depuis la cellule n°4 de la prison d’Ofer, Salah Hamouri, actuellement en détention administrative adresse une lettre ouverte à Emmanuel Macron à l’occasion de la Fête nationale française.
    Monsieur le Président de la République,
    Je vous écris cette lettre à l’approche du 14 juillet, cette date qui a changé la face du monde en portant les valeurs d’humanité et de démocratie, et qui a donné à la République française sa devise : « liberté, égalité, fraternité ».
    Des normes et des valeurs humaines résultant (...)

  • Ben & Jerry’s poursuit en justice sa maison-mère afin de geler les ventes en Israël

    Ben & Jerry’s poursuit en justice sa maison mère Unilever, pour bloquer la vente de sa marque et de ses droits en Israël à une compagnie israélienne qui vend ses produits dans les colonies de Cisjordanie occupée.
    Le fabricant de glaces demande aussi à un tribunal fédéral de New York qu’il lance une injonction d’urgence pour arrêter le transfert de tout actif de Ben & Jerry’s à AQP, l’entreprise israélienne, et à son propriétaire, Avi Zinger.
    Cette initiative est un nouveau coup porté à ce (...)