Amis des arts et de la culture de Palestine

Trump peut remettre son "deal du siècle" dans sa culotte !

Du fric... demandé aux pays arabes... pour améliorer la situation économique des Palestiniens, mais en échange du renoncement de ces derniers à leur indépendance et à tous leurs droits, la réponse est unanime : c’est NON !

Ils peuvent toujours se réunir à Bahrein en ce moment, l’ensemble des Palestiniens, y compris l’Autorité Palestinienne et les hommes d’affaires palestiniens ont déjà rejeté le fameux plan, plein de mépris et de racisme, dont Jared Kushner a révélé l’essentiel du contenu.

Sans le moindre début de solution politique avancée, le "deal" en question c’est en fait l’investissement, sur 10 ans, de quelque 50 milliards de dollars dans l’économie palestinienne... pris dans la poche des "pays arabes environnants" (sic)

Argent qui permettrait de créer un million d’emplois, de réduire de 50 % le taux de pauvreté... et de raser gratis.

Plans pour développer le tourisme en Palestine, mais également en Egypte, en Jordanie et au Liban, qu’on essaie d’allécher de la sorte... et proposition de créer un tunnel pour relier Gaza à la Cisjordanie... pas encore validée par l’extrême-droite au pouvoir en Israël, comme le fait remarquer Yumna Patel, la correspondante de Mondoweiss en Palestine.

Si Jared Kushner se permet de déclarer que la première préoccupation des Palestiniens est de pouvoir "payer leurs crédits", les Palestiniens estiment eux que leur liberté et leur indépendance ne sont pas à vendre.

Hanan Ashrawi (OLP), a déclaré : "Il ne peut y avoir de prospérité sous occupation". Et aussi " : "S’ils s’intéressent tellement à la santé de l’économie palestinienne, que ne lèvent-ils pas le blocus de Gaza ? Et pourquoi n’empêchent-ils pas Israel de voler notre argent, nos ressources, nos terres ? Pourquoi n’ouvrent-ils pas nos eaux territoriales, notre espace aérien et nos frontières, pur qu’on puisse exporter et importer librement ?"

Le premier ministre palestinien, Mohammad Shtayyeh, a fait savoir à la presse que cette conférence de Bahrein n’était là que pour "légitimer l’occupation et les colonies".

De même, le leader du Hamas, Ismail Rudwan a déclaré à Reuters : “Nous rejetons leur "deal du siècle’ dans toutes ses dimensions, économique, politique et sécuritaire".

Durant les manifestations à Ramallah, les participants n’ont pas seulement brûlé des photos à l’effigie de Trump, mais également celle du roi de Bahrein, Hamad bin Isa Al Khalifa.

Et la fameuse conférence : "De la Paix à la Prospérité", ne réunit ce mardi et mercredi que l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis, l’Egypte, ainsi que des représentants de l’Europe et des USA.

(Traduit par CAPJPO-EuroPalestine)

Source : https://mondoweiss.net/

CAPJPO-EuroPalestine



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Arrêtez de comparer Israël à l’Afrique du Sud de l’apartheid ; c’est pire Par Thembisa Fakude

    Il est courant de nos jours de comparer le racisme institutionnel d’Israël et son occupation de la Palestine à l’apartheid sud-africain. Jusqu’à un certain point, c’est une comparaison raisonnable. Jusqu’à un certain point. Malgré toutes ses horreurs et sa brutalité, le régime d’apartheid en Afrique du Sud n’a jamais utilisé d’avions de chasse et d’artillerie pour bombarder les personnes opprimées vivant dans les townships. Israël l’a fait, et continue de le faire. C’est maintenant devenu presque une (...)

  • Gaza : la librairie al-Mansour, temple des livres de l’enclave palestinienne, détruite par un bombardement israélien

    Dans la bande de Gaza, le site était considéré comme le temple des livres. C’était le lieu où les lycéens pouvaient trouver un manuel scolaire, les plus pratiquants leur coran et les esprits bohèmes des traductions de Dostoïevski en arabe. Mais mardi dernier, 18 mai, la librairie al-Mansour a été réduite en poussière.
    « Il y a 100 000 livres sous ces ruines »
    Vers 5H00 du matin, Samir al-Mansour, son propriétaire, était chez lui et regardait les chaînes d’info arabes lorsqu’il a appris qu’un (...)

  • Médias détruits à Gaza : RSF demande à la procureure de la CPI de déterminer si ces bombardements constituent des crimes de guerre

    Depuis une semaine, les locaux de 23 médias locaux et internationaux ont été détruits par des frappes aériennes israéliennes ciblées. Les derniers bombardements en date ont détruit, samedi 15 mai, les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press (AP) et de la chaîne qatarie Al-Jazeera. L’armée israélienne justifie ces frappes en expliquant que des équipements du "renseignement militaire" du Hamas, le mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, se trouvaient dans les immeubles visés. (...)