Amis des arts et de la culture de Palestine

Trump peut remettre son "deal du siècle" dans sa culotte !

Du fric... demandé aux pays arabes... pour améliorer la situation économique des Palestiniens, mais en échange du renoncement de ces derniers à leur indépendance et à tous leurs droits, la réponse est unanime : c’est NON !

Ils peuvent toujours se réunir à Bahrein en ce moment, l’ensemble des Palestiniens, y compris l’Autorité Palestinienne et les hommes d’affaires palestiniens ont déjà rejeté le fameux plan, plein de mépris et de racisme, dont Jared Kushner a révélé l’essentiel du contenu.

Sans le moindre début de solution politique avancée, le "deal" en question c’est en fait l’investissement, sur 10 ans, de quelque 50 milliards de dollars dans l’économie palestinienne... pris dans la poche des "pays arabes environnants" (sic)

Argent qui permettrait de créer un million d’emplois, de réduire de 50 % le taux de pauvreté... et de raser gratis.

Plans pour développer le tourisme en Palestine, mais également en Egypte, en Jordanie et au Liban, qu’on essaie d’allécher de la sorte... et proposition de créer un tunnel pour relier Gaza à la Cisjordanie... pas encore validée par l’extrême-droite au pouvoir en Israël, comme le fait remarquer Yumna Patel, la correspondante de Mondoweiss en Palestine.

Si Jared Kushner se permet de déclarer que la première préoccupation des Palestiniens est de pouvoir "payer leurs crédits", les Palestiniens estiment eux que leur liberté et leur indépendance ne sont pas à vendre.

Hanan Ashrawi (OLP), a déclaré : "Il ne peut y avoir de prospérité sous occupation". Et aussi " : "S’ils s’intéressent tellement à la santé de l’économie palestinienne, que ne lèvent-ils pas le blocus de Gaza ? Et pourquoi n’empêchent-ils pas Israel de voler notre argent, nos ressources, nos terres ? Pourquoi n’ouvrent-ils pas nos eaux territoriales, notre espace aérien et nos frontières, pur qu’on puisse exporter et importer librement ?"

Le premier ministre palestinien, Mohammad Shtayyeh, a fait savoir à la presse que cette conférence de Bahrein n’était là que pour "légitimer l’occupation et les colonies".

De même, le leader du Hamas, Ismail Rudwan a déclaré à Reuters : “Nous rejetons leur "deal du siècle’ dans toutes ses dimensions, économique, politique et sécuritaire".

Durant les manifestations à Ramallah, les participants n’ont pas seulement brûlé des photos à l’effigie de Trump, mais également celle du roi de Bahrein, Hamad bin Isa Al Khalifa.

Et la fameuse conférence : "De la Paix à la Prospérité", ne réunit ce mardi et mercredi que l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis, l’Egypte, ainsi que des représentants de l’Europe et des USA.

(Traduit par CAPJPO-EuroPalestine)

Source : https://mondoweiss.net/

CAPJPO-EuroPalestine



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Flottille vers Gaza : la procureure de la CPI réitère son refus de poursuivre Israël

    La procureure de la Cour pénale internationale (CPI) a réaffirmé lundi qu’il n’y avait pas matière à poursuivre Israël pour le raid meurtrier contre une flottille humanitaire à destination de Gaza en mai 2010.
    La décision de la procureure Fatou Bensouda survient trois mois après que la CPI lui a ordonné, pour la deuxième fois, de réexaminer la nécessité ou non de poursuivre Israël.
    "Il n’y a toujours pas de base raisonnable pour ouvrir une enquête", a déclaré Mme Bensouda à la Cour, dans un document (...)

  • Pourquoi j’ai intenté un procès à l’UE pour son commerce avec les colonies de peuplement

    Je fais partie d’un groupe de sept personnes qui ont intenté un procès à l’exécutif de l’Union européenne pour son commerce avec des colonies de peuplement dans des territoires sous occupation militaire.
    Il peut sembler étrange que nous ayons agi ainsi au même moment où le plus haut tribunal de l’UE statuait que tous les produits en provenance des colonies d’Israël en Cisjordanie et sur le plateau du Golan devaient être étiquetés avec précision.
    Toutefois, il faut souligner qu’en dépit de ce verdict, (...)

  • « Soumaya présente le point de vue des victimes de l’état d’urgence »

    Premier film à revenir sur les dégâts humains de l’état d’urgence instauré au lendemain des attentats de novembre 2015 à Paris, Soumaya n’a pas encore trouvé de distributeur.
    Soumaya est cadre dans une entreprise responsable de la sécurité de l’aéroport Charles de Gaulle. Musulmane, mère d’une petite fille, elle voit du jour au lendemain sa vie bouleversée lorsqu’elle est licenciée après avoir subi une perquisition administrative.
    Sur la base d’une dénonciation anonyme sans doute due à un collègue envieux, (...)