Amis des arts et de la culture de Palestine

Tour de France pour sensibiliser les Chrétiens au sort des Palestiniens

Une initiative originale : un tour de France, avec un prêtre palestinien et un directeur d’école chrétienne de Palestine, est organisé du 24 au 30 janvier, à l’initiative d’Alain Duphil diacre à Toulouse, et président de l’association Une fleur pour la Palestine.

"Nous souhaitons, avec 10 conférences, 8 messes, 3 émissions de radio et un certain nombre de rencontres, faire connaître la situation très difficile des chrétiens de Palestine du fait de l’occupation militaire israélienne et de la colonisation illégale dans ces territoires", explique Alain Duphil.

Parmi les villes qui profiteront de cette tournée : Toulouse, Les Minguettes, Lyon, Chatenay-Malabry, Paris, Bordeaux, Aspet...

"Ce sera également l’occasion de rencontrer les donateurs de notre association qui envoie des bourses scolaires dans 12 écoles catholiques de Palestine : de Zababdeh au nord jusqu’à Gaza au sud, en passant par Naplouse, Aboud, Jifna, Bir Zeit, Taybeh, Ramallah, Bethléem (2 écoles), Beit Jala et Beit Sahour. Ces bourses sont au profit de plus de 140 élèves, désignés par les directrices ou directeurs d’école comme issus de familles en difficulté économique à cause de la situation politique bloquée.

D’un bon niveau scolaire, les écoles des paroisses arabes catholiques soutenues par Une fleur pour la Palestine sont fréquentées par une proportion variable d’élèves musulmans (30% en général, mais 90% à Gaza ou Naplouse). Ces écoles sont ainsi des lieux d’apprentissage du vivre ensemble entre élèves chrétiens et musulmans et aussi samaritains arabophones à Naplouse. On y accorde beaucoup d’importance à l’enseignement du respect de la personne humaine, de toute personne humaine. En aidant ces écoles, on aide à la compréhension de l’injustice et de la vraie paix."

"En effet, souligne Alain Duphil, en tant qu’arabes (99% des chrétiens de Palestine sont des arabophones), comme leurs compatriotes musulmans, ces chrétiens d’Orient sont confrontés aux problèmes suivants : « construction de logements et de routes pour les colonies, légalisation de constructions israéliennes sur des terres palestiniennes privées, incursions militaires, assassinats, arrestations arbitraires, détention administrative et punitions collectives, confiscation de terres, démolition de maisons, postes de contrôle limitant la liberté de mouvement. »

"Il est donc important qu’un nombre croissant de Français soient conscients de cette réalité en Palestine, y compris dans les paroisses catholiques qui accueilleront les conférenciers. Cela permet de mieux comprendre la situation générale au Moyen Orient, région du monde où « la paix passe par Jérusalem » pour être réelle (comme l’a affirmé Mgr Michel Sabbah), conclut Alain Duphil".

CAPJPO-EuroPalestine



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • DES AVOCATS INTERPELLENT MACRON
  • Gaza : le double langage du procureur de la CPI alors qu’un génocide est en cours

    Le 3 décembre 2023, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a achevé sa première mission en Israël et en Palestine. En Israël, il a rencontré des survivants et des familles de victimes des attaques du Hamas du 7 octobre ; à Ramallah, en Palestine, il a tenu des réunions avec des responsables palestiniens et des victimes de Gaza et de Cisjordanie. Depuis le début de son mandat en juin 2021, il est resté relativement discret quant à la situation en Palestine, hormis sa promesse de se rendre (...)

  • L’attaque d’Israël contre le Freedom Theatre dans le camp de Jénine fait partie d’un génocide culturel

    La destruction du théâtre et l’arrestation de son personnel s’inscrivent dans une tentative générale visant à briser les Palestiniens de Cisjordanie occupée sur le plan psychologique et émotionnel
    Lorsque Mustafa Shetha, père de quatre enfants et directeur général du Freedom Theatre, a été enlevé de chez lui le mercredi 13 décembre, qu’on lui a bandé les yeux et qu’il a été incarcéré, battu et privé de nourriture et d’eau, ce n’était pas le fruit du hasard.
    Les soldats israéliens, qui avaient la moitié de son (...)