Amis des arts et de la culture de Palestine

Tour de France pour sensibiliser les Chrétiens au sort des Palestiniens

Une initiative originale : un tour de France, avec un prêtre palestinien et un directeur d’école chrétienne de Palestine, est organisé du 24 au 30 janvier, à l’initiative d’Alain Duphil diacre à Toulouse, et président de l’association Une fleur pour la Palestine.

"Nous souhaitons, avec 10 conférences, 8 messes, 3 émissions de radio et un certain nombre de rencontres, faire connaître la situation très difficile des chrétiens de Palestine du fait de l’occupation militaire israélienne et de la colonisation illégale dans ces territoires", explique Alain Duphil.

Parmi les villes qui profiteront de cette tournée : Toulouse, Les Minguettes, Lyon, Chatenay-Malabry, Paris, Bordeaux, Aspet...

"Ce sera également l’occasion de rencontrer les donateurs de notre association qui envoie des bourses scolaires dans 12 écoles catholiques de Palestine : de Zababdeh au nord jusqu’à Gaza au sud, en passant par Naplouse, Aboud, Jifna, Bir Zeit, Taybeh, Ramallah, Bethléem (2 écoles), Beit Jala et Beit Sahour. Ces bourses sont au profit de plus de 140 élèves, désignés par les directrices ou directeurs d’école comme issus de familles en difficulté économique à cause de la situation politique bloquée.

D’un bon niveau scolaire, les écoles des paroisses arabes catholiques soutenues par Une fleur pour la Palestine sont fréquentées par une proportion variable d’élèves musulmans (30% en général, mais 90% à Gaza ou Naplouse). Ces écoles sont ainsi des lieux d’apprentissage du vivre ensemble entre élèves chrétiens et musulmans et aussi samaritains arabophones à Naplouse. On y accorde beaucoup d’importance à l’enseignement du respect de la personne humaine, de toute personne humaine. En aidant ces écoles, on aide à la compréhension de l’injustice et de la vraie paix."

"En effet, souligne Alain Duphil, en tant qu’arabes (99% des chrétiens de Palestine sont des arabophones), comme leurs compatriotes musulmans, ces chrétiens d’Orient sont confrontés aux problèmes suivants : « construction de logements et de routes pour les colonies, légalisation de constructions israéliennes sur des terres palestiniennes privées, incursions militaires, assassinats, arrestations arbitraires, détention administrative et punitions collectives, confiscation de terres, démolition de maisons, postes de contrôle limitant la liberté de mouvement. »

"Il est donc important qu’un nombre croissant de Français soient conscients de cette réalité en Palestine, y compris dans les paroisses catholiques qui accueilleront les conférenciers. Cela permet de mieux comprendre la situation générale au Moyen Orient, région du monde où « la paix passe par Jérusalem » pour être réelle (comme l’a affirmé Mgr Michel Sabbah), conclut Alain Duphil".

CAPJPO-EuroPalestine



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Pascal Boniface porte plainte contre la « Brigade juive »

    "Pascal Boniface est soulagé. Sa plainte contre la « Brigade juive » pour dégradations, initialement refusée, vient d’être acceptée" , annonce Nadir Dendoune dans le Courrier de l’Atlas
    « C’est le commissariat du 11è qui m’a appelé pour nous annoncer la bonne nouvelle », témoigne le géopolitologue français, spécialiste de la question israélo-palestinienne et qui est régulièrement la cible d’attaques émanant des mouvements pro-israéliens. « C’est une victoire pour la liberté d’expression et contre les violences (...)

  • Cour Pénale Internationale : face aux Palestiniens, Badinter défend Netanyahou

    La Procureure de la Cour Pénale Internationale, Fatou Bensouda, a annoncé le 20 décembre 2019 son intention d’ouvrir une enquête sur les éventuels crimes de guerre commis depuis juin 2014 en Israël-Palestine. Afin de délimiter son travail d’enquête, la procureure a demandé officiellement à la Cour de préciser que la juridiction de la Cour Pénale Internationale s’applique bien à la Palestine et que le territoire d’enquête comprend la Cisjordanie, Jérusalem Est et Gaza. Fatou Bensouda a également conseillé à (...)

  • Un texte d’Eléonore Bronstein, en soutien à Mohamad Bakri, réalisateur du film "Jénine Jénine" :

    "Modestement, je voudrais exprimer toute ma solidarité avec Mohammad Bakri convoqué aujourd’hui devant un tribunal israélien suite à une plainte d’un ancien soldat d’élite pour diffamation.
    Le tort de Mohammad ? (en plus d’être Palestinien, je veux dire) : avoir réalisé, il y a presque 20 ans, un film documentaire intitulé " Jénine Jénine" dans lequel il exposait des témoignages de survivant.e.s du massacre israélien du camp pendant la répression de la seconde Intifada.
    Il est, depuis, harcelé, empêché de (...)