Amis des arts et de la culture de Palestine

« TU VEUX NOURRIR UN BÉDOUIN ? » UN RACISME ISRAÉLIEN DANS TOUTE SA LAIDEUR (VIDÉO)

En excursion quelque part dans le Negev, un père de famille israélien arrête sa voiture à la hauteur de deux petits garçons palestiniens, et demandent à ses propres enfants s’ils veulent « nourrir un Bédouin ».

Le papa insiste, montre à la caméra le paquet de biscuits qu’il va « généreusement » donner aux petits Palestiniens, et continue son cinéma.

« Vous voulez de l’argent ? 1.000 shekels (250 € environ) ? Ah non ! 10 shekels (2,5 €), ou alors un agora (moins de 1 centime », rigole-t-il encore, tandis que sa passagère tend une piécette aux garçonnets.

Fin de ce clip de 53 secondes, oeuvre du nommé Roy Oz, dit Roy Boy, qui exerçait jusqu’à présent ses talents comme animateur de télévision …. sur la chaîne enfantine de la télévision israélienne !

On ne sait comment cette vidéo, qui date de quelques années, a fini par fuiter. Sans doute Oz l’avait-il partagée avec quelques « potes », aussi imbus que lui de leur supériorité sur les indigènes, devait-il penser.
Roy Oz, dit Roy Boy, populaire animateur d’émissions pour les enfants à la télé israélienne

Toujours est-il que le militant israélien anti-colonialiste Edo Konrad l’a dénichée, et l’a postée sur Twitter où elle a été regardée près d’un million de fois en 24 heures. Après avoir nié dans un premier temps qu’il s’agissait de lui, Roy Oz a reconnu être l’auteur de cette saleté, et a bredouillé des excuses, tandis qu’un député de la minorité arabe annonçait un dépôt de plainte.

« Voici donc une famille israélienne qui se propose de nourrir deux enfants Bédouins, comme s’il s’agissait d’animaux dans un zoo. Cela nous montre que la déshumanisation des Palestiniens dans la société israélienne est un phénomène bien plus global qu’on ne veut l’entendre ou l’admettre. Voilà le vrai visage de l’Etat Juif en 2020 », conclut Edo Konrad.

Source : CAPJPO-EuroPalestine



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Gaza : la librairie al-Mansour, temple des livres de l’enclave palestinienne, détruite par un bombardement israélien

    Dans la bande de Gaza, le site était considéré comme le temple des livres. C’était le lieu où les lycéens pouvaient trouver un manuel scolaire, les plus pratiquants leur coran et les esprits bohèmes des traductions de Dostoïevski en arabe. Mais mardi dernier, 18 mai, la librairie al-Mansour a été réduite en poussière.
    « Il y a 100 000 livres sous ces ruines »
    Vers 5H00 du matin, Samir al-Mansour, son propriétaire, était chez lui et regardait les chaînes d’info arabes lorsqu’il a appris qu’un (...)

  • Médias détruits à Gaza : RSF demande à la procureure de la CPI de déterminer si ces bombardements constituent des crimes de guerre

    Depuis une semaine, les locaux de 23 médias locaux et internationaux ont été détruits par des frappes aériennes israéliennes ciblées. Les derniers bombardements en date ont détruit, samedi 15 mai, les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press (AP) et de la chaîne qatarie Al-Jazeera. L’armée israélienne justifie ces frappes en expliquant que des équipements du "renseignement militaire" du Hamas, le mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, se trouvaient dans les immeubles visés. (...)

  • Israël, Cour pénale internationale et ONG

    PAR CHRISTOPHE OBERLIN
    A la suite de l’Agence France Presse, de nombreux médias français reprennent l’événement que constituerait la dénonciation d’un apartheid israélien par l’ONG Nord-américaine Human Rights Watch. C’est faire peu de cas d’un autre événement, historique celui-là, qui est l’ouverture d’une enquête de la Cour Pénale Internationale sur la « Situation dans l’Etat de Palestine » le 3 mars 2021. Et c’est aussi donner aux ONG une importance qu’elles n’ont pas.
    Les organisations non gouvernementales (...)