Amis des arts et de la culture de Palestine

Soutenons le projet de film « Fedayin : le combat de Georges Abdallah »

Ce prochain documentaire sur le cas extrêmement important de Georges Ibrahim Abdallah comprend des interviews avec la coordinatrice internationale de Samidoun Charlotte Kates, le coordinateur de Samidoun Europe Mohammed Khatib, le coordinateur de la Campagne pour la libération d’Ahmad Sa’adat Khaled Barakat et bien d’autres, dont Robert et Maurice Abdallah (Georges ‘ frères), Jean-Louis Chalanset (avocat de Georges), Suzanne le Manceau (co-fondatrice du Collectif pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah (CLGIA)), Bertrand Sassoye (ancien prisonnier politique) et Jean-Marc Rouillan (ancien politique prisonnier).

Synopsis

Depuis plus de 35 ans, Georges Ibrahim Abdallah est emprisonné. Communiste libanais engagé dans la résistance aux côtés des combattants palestiniens, il est emprisonné depuis 1984 par le système judiciaire français et les gouvernements successifs. Au-delà du harcèlement judiciaire dont il est l’objet, ce film documentaire retracera le cours politique de Georges Abdallah et cherche à démontrer comment ses idées et sa lutte sont toujours aussi vitales et nécessaires.

Le film nous emmène au Liban, dans les camps de réfugiés palestiniens, où Georges s’est forgé politiquement. Nous suivons son engagement dans la résistance palestinienne et contre l’occupation israélienne avec les FARL (Lebanese Revolutionary Armed Fractions), un engagement qui le conduira en France dans les années 80, où il sera condamné pour complicité de meurtre. A travers une série d’entretiens (en France, au Liban, en Belgique et en Allemagne), nous partons à la rencontre de sa famille, de son avocat, de ses soutiens, de ses amis et des personnes qui l’ont côtoyée. Avec eux, nous traçons une vie de résistance à l’impérialisme et à l’occupation sioniste.

Pourquoi ce film ?

Depuis plusieurs années, nous menons campagne avec de nombreux autres pour la libération de Georges Abdallah. Certains d’entre nous lui rendent régulièrement visite et ont, au fil des ans, construit une relation politique basée sur la confiance. Il existe une multitude de mobilisations, d’actions et de campagnes pour exiger la libération de Georges Abdallah et de nombreuses archives vidéo de ces événements.

En revanche, à part un court métrage sur les activités de Georges Abdallah réalisé par le Secours Rouge il y a quelques années, nous ne connaissons pas de film qui permette de mieux connaître son histoire et son engagement politique. (Actuellement, Pierre Carles travaille également sur un projet de film documentaire.) Il nous a paru essentiel de tenter d’y remédier. Il y a un an, nous avons lancé ce projet de film. Sans prétention, nous voulons apporter une nouvelle pierre à la mobilisation pour la libération de Georges Abdallah.

Afin de mieux comprendre l’environnement dans lequel est née la lutte de Georges Abdallah, nous avons choisi d’aller au Liban, à Berlin, à Bruxelles et dans plusieurs villes de France pour rencontrer ses camarades en lutte, sa famille et ceux qui le soutiennent.

Au Liban, nous avons passé plusieurs jours dans les camps de réfugiés palestiniens de Saida, Beyrouth et Tripoli. Nous avons été chaleureusement guidés sur les traces de Georges Abdallah jusqu’à Kobayat, son village natal, et vers les lieux qu’il fréquentait.

Participez à la campagne de dons pour aider les réalisateurs, Vacarmes Films, à finaliser le film !



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Les évadés palestiniens sont des combattants de la liberté

    Les six prisonniers palestiniens évadés sont les combattants de la liberté les plus audacieux qu’on puisse imaginer. Les Israéliens qui ont du mal à l’admettre feraient bien de se rappeler de nombreux films et séries télévisées qu’ils ont vus : S’évader de prison est la parfaite "fin heureuse". L’Acre Prison Break de 1947 - dans lequel des membres de l’Irgun, la milice clandestine pré-étatique dirigée par Menachem Begin, ont fait irruption dans la prison de la ville pour libérer les membres de la milice (...)

  • Des Juifs Européens pour une Paix Juste

    Le réseau des Juifs Européens pour une Paix Juste (EJJP en anglais, JEPJ en français), dont l’UJFP est membre, s’est vu refuser par la Commission Européenne la participation à un comité consultatif sur la stratégie à adopter pour lutter contre l’antisémitisme et favoriser une vie juive en Europe. Après plusieurs échanges de lettres avec les autorités de la Commission qui n’ont donné en réponse aucune explication à leur refus, une lettre ouverte a été rédigée le 5 juillet afin de faire connaître publiquement (...)

  • « PayPal collabore avec l’Anti-Defamation League, un important groupe de pression israélien, pour enquêter sur la manière dont les « mouvements extrémistes et haineux » collectent des fonds.

    Et avec les efforts de grande envergure de ce groupe de pression pour étiqueter le soutien aux droits des Palestiniens comme une forme de fanatisme anti-juif, cela pourrait être un autre moyen pour le secteur privé de censurer et d’entraver les militants antiracistes afin de protéger Israël.
    L’ADL se fait passer pour un groupe de défense des droits civiques tout en sapant systématiquement les mouvements de justice sociale et a ainsi dénoncé à plusieurs reprises les militants noirs pour avoir exprimé (...)