Amis des arts et de la culture de Palestine

Soutenons le projet de film « Fedayin : le combat de Georges Abdallah »

Ce prochain documentaire sur le cas extrêmement important de Georges Ibrahim Abdallah comprend des interviews avec la coordinatrice internationale de Samidoun Charlotte Kates, le coordinateur de Samidoun Europe Mohammed Khatib, le coordinateur de la Campagne pour la libération d’Ahmad Sa’adat Khaled Barakat et bien d’autres, dont Robert et Maurice Abdallah (Georges ‘ frères), Jean-Louis Chalanset (avocat de Georges), Suzanne le Manceau (co-fondatrice du Collectif pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah (CLGIA)), Bertrand Sassoye (ancien prisonnier politique) et Jean-Marc Rouillan (ancien politique prisonnier).

Synopsis

Depuis plus de 35 ans, Georges Ibrahim Abdallah est emprisonné. Communiste libanais engagé dans la résistance aux côtés des combattants palestiniens, il est emprisonné depuis 1984 par le système judiciaire français et les gouvernements successifs. Au-delà du harcèlement judiciaire dont il est l’objet, ce film documentaire retracera le cours politique de Georges Abdallah et cherche à démontrer comment ses idées et sa lutte sont toujours aussi vitales et nécessaires.

Le film nous emmène au Liban, dans les camps de réfugiés palestiniens, où Georges s’est forgé politiquement. Nous suivons son engagement dans la résistance palestinienne et contre l’occupation israélienne avec les FARL (Lebanese Revolutionary Armed Fractions), un engagement qui le conduira en France dans les années 80, où il sera condamné pour complicité de meurtre. A travers une série d’entretiens (en France, au Liban, en Belgique et en Allemagne), nous partons à la rencontre de sa famille, de son avocat, de ses soutiens, de ses amis et des personnes qui l’ont côtoyée. Avec eux, nous traçons une vie de résistance à l’impérialisme et à l’occupation sioniste.

Pourquoi ce film ?

Depuis plusieurs années, nous menons campagne avec de nombreux autres pour la libération de Georges Abdallah. Certains d’entre nous lui rendent régulièrement visite et ont, au fil des ans, construit une relation politique basée sur la confiance. Il existe une multitude de mobilisations, d’actions et de campagnes pour exiger la libération de Georges Abdallah et de nombreuses archives vidéo de ces événements.

En revanche, à part un court métrage sur les activités de Georges Abdallah réalisé par le Secours Rouge il y a quelques années, nous ne connaissons pas de film qui permette de mieux connaître son histoire et son engagement politique. (Actuellement, Pierre Carles travaille également sur un projet de film documentaire.) Il nous a paru essentiel de tenter d’y remédier. Il y a un an, nous avons lancé ce projet de film. Sans prétention, nous voulons apporter une nouvelle pierre à la mobilisation pour la libération de Georges Abdallah.

Afin de mieux comprendre l’environnement dans lequel est née la lutte de Georges Abdallah, nous avons choisi d’aller au Liban, à Berlin, à Bruxelles et dans plusieurs villes de France pour rencontrer ses camarades en lutte, sa famille et ceux qui le soutiennent.

Au Liban, nous avons passé plusieurs jours dans les camps de réfugiés palestiniens de Saida, Beyrouth et Tripoli. Nous avons été chaleureusement guidés sur les traces de Georges Abdallah jusqu’à Kobayat, son village natal, et vers les lieux qu’il fréquentait.

Participez à la campagne de dons pour aider les réalisateurs, Vacarmes Films, à finaliser le film !



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • L’apartheid d’Israël contre la population palestinienne : un système cruel de domination et un crime contre l’humanité

    Notre rapport révèle la véritable ampleur du régime d’apartheid d’Israël.
    Que ce soit dans la bande de Gaza, à Jérusalem-Est, à Hébron ou en Israël, la population palestinienne est traitée comme un groupe racial inférieur et elle est systématiquement privée de ses droits. Nous avons conclu que les politiques cruelles de ségrégation, de dépossession et d’exclusion mises en œuvre par Israël dans tous les territoires sous son contrôle constituent clairement un apartheid. La communauté internationale a le devoir (...)

  • Un message de Salah Hamouri « Rester, c’est déjà résister »

    Chers amies et Chers amis,
    Je veux juste faire un point avec vous sur là où nous en sommes de la volonté israélienne qui concentre ses coups contre moi mais aussi contre tous mes camarades palestiniens de Jérusalem-Est où je réside.
    Comme vous le savez, les Palestiniens qui résident à JérusalemEst ont un statut très précaire et particulier ; ils ne sont ni Israéliens ni Palestiniens. Ils sont des « résidents » de Jérusalem. Ils ont, à ce titre, une carte « de résident » délivrée par l’occupant. Pour être (...)

  • Le blanchiment par le sport est associé à certains pays – pourquoi pas Israël ?

    L’objectif en douceur du sport israélien est de nous pousser à nous focaliser sur une équipe cycliste ou une visite de Lionel Messi plutôt que sur la Palestine.
    Pendant l’été 2020, un groupe de cinq cyclistes de Ramallah étaient sortis faire un tour quand ils ont été arrêtés par un groupe de colons israéliens. D’après Reuters, en découvrant que les cyclistes étaient Palestiniens, les colons ont commencé à leur lancer des pierres. Quatre se sont échappés dans un champ voisin. Un, Samer Kurdi, a perdu (...)