Amis des arts et de la culture de Palestine

Raconte-moi la Nakba

Réalisation : Caroline Carpentier et Murad Abusrour, Traduction : Kholod Ayyad

Un enfant demande à sa grand-mère de lui raconter la Nakba. L’idée de ce documentaire était de parler de la Nakba à travers une personne et d’illustrer le processus social du partage de la mémoire : identité des générations futures.

Raconte-moi la Nakba est un docu-fiction de 25 minutes. Ce documentaire fait parti d’un projet d’histoire orale initié au sein du Centre Culturel Al Rowwad. Le but du projet était d’enregistrer l’expérience et la mémoire des réfugiés du camp Aïda, avant, pendant et après la Catastrophe. L’histoire orale est une manière d’interroger des personnes qui ont étaient témoins d’un évènement. Cette méthode est utilisée pour reconstruire des faits et pour permettre à des gens ordinaires de raconter leur propre histoire.

Ce film a été réalisé sous un angle original car deux générations différentes s’y confrontent. La grand-mère et l’histoire qu’elle raconte représentent le passé, tandis que l’enfant et les images qui entrecoupent le dialogue représentent le présent. Cette combinaison a été choisie dans le but de montrer que ce passé, cette histoire existent, ils sont toujours d’actualité et le présent ne cesse de nous le rappeler.

Le film a été tourné en 2008, année de commémoration de 60 ans d’histoire oubliée. Ces quelques images veulent, avec simplicité, témoigner de l’existence de la Palestine à travers la richesse de sa culture et de son histoire.

Ce projet a pu aboutir grâce à la généreuse collaboration de Kholod Ayyad et Murad Abusrour, deux personnes qui vivent ou ont vécu dans le camp de réfugiés Aïda à Bethléem.

 

{{Producteur :}} Centre Culturel Al Rowwad, camp de réfugiés Aïda, Bethléem
{{Durée : }} 25 mn
{{Langue(s) :}} Arabe
{{Sous titrage :}} Français, Anglais


FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Pascal Boniface porte plainte contre la « Brigade juive »

    "Pascal Boniface est soulagé. Sa plainte contre la « Brigade juive » pour dégradations, initialement refusée, vient d’être acceptée" , annonce Nadir Dendoune dans le Courrier de l’Atlas
    « C’est le commissariat du 11è qui m’a appelé pour nous annoncer la bonne nouvelle », témoigne le géopolitologue français, spécialiste de la question israélo-palestinienne et qui est régulièrement la cible d’attaques émanant des mouvements pro-israéliens. « C’est une victoire pour la liberté d’expression et contre les violences (...)

  • Cour Pénale Internationale : face aux Palestiniens, Badinter défend Netanyahou

    La Procureure de la Cour Pénale Internationale, Fatou Bensouda, a annoncé le 20 décembre 2019 son intention d’ouvrir une enquête sur les éventuels crimes de guerre commis depuis juin 2014 en Israël-Palestine. Afin de délimiter son travail d’enquête, la procureure a demandé officiellement à la Cour de préciser que la juridiction de la Cour Pénale Internationale s’applique bien à la Palestine et que le territoire d’enquête comprend la Cisjordanie, Jérusalem Est et Gaza. Fatou Bensouda a également conseillé à (...)

  • Un texte d’Eléonore Bronstein, en soutien à Mohamad Bakri, réalisateur du film "Jénine Jénine" :

    "Modestement, je voudrais exprimer toute ma solidarité avec Mohammad Bakri convoqué aujourd’hui devant un tribunal israélien suite à une plainte d’un ancien soldat d’élite pour diffamation.
    Le tort de Mohammad ? (en plus d’être Palestinien, je veux dire) : avoir réalisé, il y a presque 20 ans, un film documentaire intitulé " Jénine Jénine" dans lequel il exposait des témoignages de survivant.e.s du massacre israélien du camp pendant la répression de la seconde Intifada.
    Il est, depuis, harcelé, empêché de (...)