Amis des arts et de la culture de Palestine

Raconte-moi la Nakba

Réalisation : Caroline Carpentier et Murad Abusrour, Traduction : Kholod Ayyad

Un enfant demande à sa grand-mère de lui raconter la Nakba. L’idée de ce documentaire était de parler de la Nakba à travers une personne et d’illustrer le processus social du partage de la mémoire : identité des générations futures.

Raconte-moi la Nakba est un docu-fiction de 25 minutes. Ce documentaire fait parti d’un projet d’histoire orale initié au sein du Centre Culturel Al Rowwad. Le but du projet était d’enregistrer l’expérience et la mémoire des réfugiés du camp Aïda, avant, pendant et après la Catastrophe. L’histoire orale est une manière d’interroger des personnes qui ont étaient témoins d’un évènement. Cette méthode est utilisée pour reconstruire des faits et pour permettre à des gens ordinaires de raconter leur propre histoire.

Ce film a été réalisé sous un angle original car deux générations différentes s’y confrontent. La grand-mère et l’histoire qu’elle raconte représentent le passé, tandis que l’enfant et les images qui entrecoupent le dialogue représentent le présent. Cette combinaison a été choisie dans le but de montrer que ce passé, cette histoire existent, ils sont toujours d’actualité et le présent ne cesse de nous le rappeler.

Le film a été tourné en 2008, année de commémoration de 60 ans d’histoire oubliée. Ces quelques images veulent, avec simplicité, témoigner de l’existence de la Palestine à travers la richesse de sa culture et de son histoire.

Ce projet a pu aboutir grâce à la généreuse collaboration de Kholod Ayyad et Murad Abusrour, deux personnes qui vivent ou ont vécu dans le camp de réfugiés Aïda à Bethléem.

 

{{Producteur :}} Centre Culturel Al Rowwad, camp de réfugiés Aïda, Bethléem
{{Durée : }} 25 mn
{{Langue(s) :}} Arabe
{{Sous titrage :}} Français, Anglais


FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • L’annexion ne concerne pas seulement le vol de terres – elle expulse les Palestiniens

    Ce que la communauté internationale considère comme une démarche illégale sous occupation est en fait une autre étape du projet colonial de peuplement vieux d’un siècle.
    Pour de nombreux lecteurs des sites d’information grand public ces dernières semaines, il peut sembler qu’Israël se prépare à mettre en œuvre un plan drastique d’annexion de la Cisjordanie occupée, suite à l’accord de coalition du nouveau gouvernement israélien et au soi-disant « Deal du siècle » des États-Unis.
    Mais les Palestiniens (...)

  • Ce que vous devez savoir sur l’enquête de la CPI sur les crimes de guerre en Palestine occupée

    Fatou Bensouda, procureur en chef de la Cour pénale internationale (CPI), a, une fois pour toutes, levé les doutes sur la compétence de la Cour pour enquêter sur les crimes de guerre commis en Palestine occupée.
    Le 30 avril, Bensouda a publié un document de 60 pages établissant dans le détail les bases juridiques de cette décision, concluant que « l’Accusation a soigneusement examiné les observations des participants, et reste d’avis que la Cour a compétence sur le Territoire palestinien occupé ». (...)

  • La Haute Cour de justice israélienne : un leurre, dénonce Gideon Levy

    Dans un article intitulé "Où a été la Haute Cour de justice jusqu’ici ?", Gidéon Levy s’attaque à ceux qui essaient de faire passer cette dernière pour un parangon de justice et Israël pour une démocratie.
    "La Haute Cour de justice est l’un des stratagèmes les plus intelligents d’Israël. Rien ne vaut la Haute Cour pour incarner Israël tel qu’il souhaite être vu : éclairé, constitutionnel, démocratique. La Haute Cour est son Dôme de fer en matière de démocratie. S’il y a des injustices, la Haute Cour les (...)