Amis des arts et de la culture de Palestine

Plus que jamais le blocus israélien contre Gaza doit être levé

Le blocus israélien illégal imposé de façon dramatique et inhumaine à la population civile de la bande de Gaza se poursuit. Non seulement ce blocus est maintenu, mais il s’accroît, avec l’interdiction récente de permettre l’entrée de quelques matériaux de construction dans cette prison à ciel ouvert.
Sous n’importe quel prétexte, le gouvernement israélien ferme les passages qui relient la bande de Gaza à l’extérieur, et y interdit l’acheminement de produits. Ces mesures ont des conséquences graves pour tous les secteurs vitaux touchés par le blocus barbare imposé par ce gouvernement.
Israël essaie de faire croire au monde entier que le blocus sur Gaza est allégé de par l’augmentation du nombre de camions qui y entrent, mais la réalité est qu’il y a maintenant jusqu’à plus de 400 produits qu’ils ont décidé de prohiber et dont les Gazaouis sont privés : les matériaux de construction, les carburants et une longue liste de produits en tout genre.
L’occupation israélienne est la seule responsable de la situation très difficile dans laquelle vivent les Palestiniens de la bande de Gaza.
Quelques organisations internationales y compris quelques mouvements de solidarité avec la Palestine, essaient d’accuser les autorités égyptiennes de participer à ce blocus contre la bande de Gaza en fermant le passage de Rafah et en détruisant les tunnels souterrains qui la relient au territoire égyptien. A mon avis, cette cible n’est pas la bonne, car cette accusation profite à Israël. C’est du pain bénit pour cet Etat d’occupation que la responsabilité de la situation actuelle soit détournée sur l’Egypte et que la véritable cause, la véritable responsabilité-la sienne-soit passée au seconde plan, si ce n’est pas passé sous silence !
Tous les Palestiniens savent pertinemment que les tunnels sont illégaux, mais qu’ils sont une conséquence directe du blocus grandissant de l’Etat israélien et qu’ils ont été pour eux une nécessité pour l’affronter et pour survivre et non un choix de départ.
Les Palestiniens respectent la souveraineté de l’Egypte. C’est un pays frère qui a beaucoup soutenu leur cause et beaucoup aidé la population gazaouite dans les moments les plus difficiles.
Les tunnels, nécessité de départ et permettant de pallier les restrictions inhumaines du blocus israélien, ont cependant développé d’une façon anarchique une industrie et un commerce de contrebande qui ont enrichi considérablement ceux qui l’exploitaient, tant au Sinaï qu’à Gaza, mais comportaient aussi bien des aspects préjudiciables, tant pour l’Egypte que pour la population de Gaza. Il est vrai également, que dans l’économie de la bande de Gaza asphyxiée par Israël, cette industrie de contrebande était devenue l’une unique source d’activité pour des dizaines de milliers de Palestiniens de Gaza.
Actuellement, le gouvernement égyptien qui est responsable du passage de Rafah, mène une opération sécuritaire dans le Sinaï afin de bien contrôler ses frontières y compris avec la bande de Gaza.Le passage de Rafah, malgré cette opération et les risques que cela comporte, s’ouvre de temps en temps pour les patients, les étudiants et les cas humanitaires : ce qui donne une très longue liste d’attente et l’impossibilité pour le million sept cent mille habitants de Gaza, en dehors de ces cas, de sortir de leur territoire.
Le véritable scandale est que cette population ne dispose que de l’unique porte de Rafah comme seule issue d’entrée et de sortie !!! Il n’y a plus d’aéroport (détruit par l’armée israélienne en 2002) ; plus d’accès aux bateaux par la mer ; plus de possibilités pour les Gazaouis de sortir vers la Jordanie, le point de passage israélien d’Erez étant maintenant systématiquement fermé aux habitants de Gaza.
L’aggravation conjoncturelle de la situation de la bande de Gaza met en évidence la monstruosité du blocus et l’absolue nécessité qu’il soit dénoncé et levé.
L’Egypte restera pour nous un pays voisin. Il peut exister entre voisins des moments de relations plus tendues, liées notamment à des périodes de troubles politiques et de changement de pouvoir, mais l’Egypte reste fondamentalement un pays où la solidarité et les liens familiaux entre les Egyptiens et les Palestiniens de Gaza continueront de demeurer forts.
Les Palestiniens espèrent l’accélération de la mise en place du projet déjà ancien d’une zone libre officielle d’échange entre la bande de Gaza et l’Egypte, mais tout cela ne nous fait pas oublier la responsabilité israélienne comme Etat d’occupation de tous les territoires palestiniens et dans le maintien du blocus de Gaza.
On peut ajouter ici que la division entre les partis palestiniens a participé aussi à l’aggravation de la situation actuelle des Gazaouis. Plus que jamais le mot d’ordre de l’unité s’impose.
La mobilisation internationale et la solidarité internationales avec la Palestine et avec la population de Gaza doivent se concentrer, encore plus maintenant, sur la véritable cause, c’est-à-dire le blocus israélien et la nécessité de le lever.
Ce blocus israélien contre un million sept cent mille palestiniens de Gaza qui est intolérable, est une honte à la fois pour l’humanité et en regard du droit international le plus élémentaire.
Le blocus israélien contre Gaza doit être plus que jamais dénoncé
Le blocus israélien contre Gaza doit être plus que jamais condamné
Le blocus israélien contre Gaza doit être plus que jamais levé
Et que, plus que jamais, l’occupation israélienne de tous les territoires palestiniens doit cesser !

Ziad Medoukh



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Arrêtez de comparer Israël à l’Afrique du Sud de l’apartheid ; c’est pire Par Thembisa Fakude

    Il est courant de nos jours de comparer le racisme institutionnel d’Israël et son occupation de la Palestine à l’apartheid sud-africain. Jusqu’à un certain point, c’est une comparaison raisonnable. Jusqu’à un certain point. Malgré toutes ses horreurs et sa brutalité, le régime d’apartheid en Afrique du Sud n’a jamais utilisé d’avions de chasse et d’artillerie pour bombarder les personnes opprimées vivant dans les townships. Israël l’a fait, et continue de le faire. C’est maintenant devenu presque une (...)

  • Gaza : la librairie al-Mansour, temple des livres de l’enclave palestinienne, détruite par un bombardement israélien

    Dans la bande de Gaza, le site était considéré comme le temple des livres. C’était le lieu où les lycéens pouvaient trouver un manuel scolaire, les plus pratiquants leur coran et les esprits bohèmes des traductions de Dostoïevski en arabe. Mais mardi dernier, 18 mai, la librairie al-Mansour a été réduite en poussière.
    « Il y a 100 000 livres sous ces ruines »
    Vers 5H00 du matin, Samir al-Mansour, son propriétaire, était chez lui et regardait les chaînes d’info arabes lorsqu’il a appris qu’un (...)

  • Médias détruits à Gaza : RSF demande à la procureure de la CPI de déterminer si ces bombardements constituent des crimes de guerre

    Depuis une semaine, les locaux de 23 médias locaux et internationaux ont été détruits par des frappes aériennes israéliennes ciblées. Les derniers bombardements en date ont détruit, samedi 15 mai, les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press (AP) et de la chaîne qatarie Al-Jazeera. L’armée israélienne justifie ces frappes en expliquant que des équipements du "renseignement militaire" du Hamas, le mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, se trouvaient dans les immeubles visés. (...)