Amis des arts et de la culture de Palestine

Philippe Karsenty, le calomniateur de Charles Enderlin, enfin condamné

La Cour de Cassation vient de rejeter le pourvoi formé par Philippe Karsenty, condamné pour diffamation du correspondant de France 2 en Israël Charles Enderlin. Ce qui rend la décision définitive.

Mais à notre connaissance, la majorité des merdias se sont bien gardés de traiter le sujet, qui a pourtant défrayé la chronique de manière aussi prolongée.
La Cour d’Appel de Paris avait condamné en juin 2013 l’agent provocateur Philippe Karsenty à verser 7.000 € de dommages et intérêts à Charles Enderlin, victime d’une campagne de haine de la part du lobby sioniste pendant près de quinze ans.
Karsenty a accusé de manière répétée Charles Enderlin d’avoir inventé la mort, sous les balles israéliennes, de l’enfant palestinien Mohammed Al Dura, le 30 septembre 2000 dans la bande de Gaza.
Charles Enderlin et la chaîne ont eu beau fournir toutes les preuves qu’ils avaient travaillé de manière professionnelle pour apporter à leur public une information la plus exacte possible, rien n’y a fait.
Karsenty avait reçu le soutien d’une meute de chacals, allant de la « Ligue de Défense Juive » à Finkielkraut, en passant par l’ex-président du CRIF Richard Prasquier, sans oublier les « journalistes » type Elisabeth Levy, Daniel Leconte ou Luc Rosenzweig, ni le sioniste « libéral de gauche » Elie Barnavi, tous unis dans leur théorie du complot : « l’enfant Mohammed Al Dura n’est pas mort ; en faisant un reportage bidon, diffusé dans le monde entier, Enderlin a présenté les soldats israéliens comme des tueurs d’enfants ; sans lui il n’y aurait pas eu la deuxième intifada ! ». Peu importe évidemment à ces individus que dans le monde réel, depuis 2000, plus de 2.000 enfants palestiniens aient été assassinés par l’armée israélienne.
Enderlin avait donc porté plainte pour diffamation, et obtenu une première condamnation de Karsenty en 2006. En 2008 cependant, la Cour d’appel de Versailles relaxait Karsenty, non pas parce qu’il n’aurait pas tenu de propos diffamatoires, mais au bénéfice de la « bonne foi ».
Charles Enderlin et France Télévisions formaient alors un pourvoi devant la Cour de Cassation, qui, en 2012, cassait la décision de la Cour d’Appel et renvoyait l’affaire devant une autre chambre. Et le 26 juin 2013, la Cour d’appel de Paris donnait raison à Enderlin, condamnant Karsenty.
Charles Enderlin a publié un livre très éclairant sur la campagne de haine dont il a été la cible pendant tant d’années, intitulé « Un enfant est mort »*.
Un enfant est mort - Netzarim, 30 septembre 2000 (Charles Enderlin, éditions Don Quichotte, 204 pages, 18 €)



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • L’annexion ne concerne pas seulement le vol de terres – elle expulse les Palestiniens

    Ce que la communauté internationale considère comme une démarche illégale sous occupation est en fait une autre étape du projet colonial de peuplement vieux d’un siècle.
    Pour de nombreux lecteurs des sites d’information grand public ces dernières semaines, il peut sembler qu’Israël se prépare à mettre en œuvre un plan drastique d’annexion de la Cisjordanie occupée, suite à l’accord de coalition du nouveau gouvernement israélien et au soi-disant « Deal du siècle » des États-Unis.
    Mais les Palestiniens (...)

  • Ce que vous devez savoir sur l’enquête de la CPI sur les crimes de guerre en Palestine occupée

    Fatou Bensouda, procureur en chef de la Cour pénale internationale (CPI), a, une fois pour toutes, levé les doutes sur la compétence de la Cour pour enquêter sur les crimes de guerre commis en Palestine occupée.
    Le 30 avril, Bensouda a publié un document de 60 pages établissant dans le détail les bases juridiques de cette décision, concluant que « l’Accusation a soigneusement examiné les observations des participants, et reste d’avis que la Cour a compétence sur le Territoire palestinien occupé ». (...)

  • La Haute Cour de justice israélienne : un leurre, dénonce Gideon Levy

    Dans un article intitulé "Où a été la Haute Cour de justice jusqu’ici ?", Gidéon Levy s’attaque à ceux qui essaient de faire passer cette dernière pour un parangon de justice et Israël pour une démocratie.
    "La Haute Cour de justice est l’un des stratagèmes les plus intelligents d’Israël. Rien ne vaut la Haute Cour pour incarner Israël tel qu’il souhaite être vu : éclairé, constitutionnel, démocratique. La Haute Cour est son Dôme de fer en matière de démocratie. S’il y a des injustices, la Haute Cour les (...)