Amis des arts et de la culture de Palestine

Pavillon de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes

L’Institut du Film de Palestine est heureux d’annoncer la participation de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes avec un Pavillon au Village International de Pontiero. Cette participation au Festival, qui se déroule du 8 au 19 mai 2018, est une étape importante qui renforce le statut de la Palestine sur la carte du cinéma mondial, suite à une présence importante de films palestiniens au prestigieux festival au cours des dernières décennies.

Cet événement important est organisé par le Palestine Film Institute et financé par le ministère palestinien de la Culture en partenariat avec le consulat de France à Jérusalem. L’Institut du Film Palestine, un organisme professionnel qui prend en charge les productions cinématographiques pour et de la Palestine, facilitera les occasions de réseautage pour les cinéastes palestiniens pendant le festival et travaillera sur la promotion de films palestiniens. L’institut organisera un certain nombre d’événements qui mettent en valeur la Palestine en soulignant le secteur cinématographique et ses différentes composantes. Il produira et distribuera également des documents pertinents et examinera des bandes-annonces de films palestiniens au pavillon pendant toute la durée du festival.

Plus tôt cette année, en coopération avec "Producers Market" au Festival de Cannes, l’Institut du Film de Palestine a lancé un appel ouvert ciblant les films sur la Palestine dans la phase de développement. Dix films ont été choisis par le jury pour participer au Producers Network du festival. Le jury était composé de : Adriek van Nieuwenhuyzen, chef du bureau de l’industrie de l’IDFA, Rasha Salti, chercheur et mise en service Editeur de La Lucarne d’Arte France, Rula Nasser, producteur de films, Lina Boukhari, le chef du département cinéma au ministère palestinien de Culture, et Mahmoud Abu Hashhash, directeur du programme Culture et Arts à la Fondation AM Qattan.

Cinq films de fiction et cinq documentaires ont été choisis par le jury. Les films de fiction sont : "Une famille Respectable" par Ismahane Lahmar, "Barzakh" par Laila Abbas, "Dessert Dogs" par Ihab Jadallah, "in vitro" par Larissa Sansour et "Où ai-je quitté mon visage" par Ramzi Makdessi. Les cinq documentaires sont : "Displaced in Heaven" par Khaled Jarrar, "maire" par David Osit, "Stateless" par Mohammad Jabaly, "Les pilotes du diable" par Daniel Carsently et Mohammad Abugeth, et "dédaigné" par Nehad Khader.

L’Institut organise également une des rencontres individuelles pour chacun des comme un moyen cinéastes sélectionnés et leurs projets avec les producteurs participants de soutenir et de promouvoir ces projets afin d’obtenir les ressources nécessaires à la production et la distribution, tout en préparant le terrain pour de futures collaborations avec des professionnels du cinéma du monde entier.

L’Institut du film Palestine (PFI) est une structure qui prend en charge la production de films et de la Palestine, en fournissant le développement et le conseil, l’accessibilité croissante au financement, et la connexion des talents cinématographiques et des experts. Le PFI est enraciné dans la tradition du cinéma politique, de la pratique du cinéma indépendant et de l’engagement à filmer comme outil de changement social.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • L’annexion ne concerne pas seulement le vol de terres – elle expulse les Palestiniens

    Ce que la communauté internationale considère comme une démarche illégale sous occupation est en fait une autre étape du projet colonial de peuplement vieux d’un siècle.
    Pour de nombreux lecteurs des sites d’information grand public ces dernières semaines, il peut sembler qu’Israël se prépare à mettre en œuvre un plan drastique d’annexion de la Cisjordanie occupée, suite à l’accord de coalition du nouveau gouvernement israélien et au soi-disant « Deal du siècle » des États-Unis.
    Mais les Palestiniens (...)

  • Ce que vous devez savoir sur l’enquête de la CPI sur les crimes de guerre en Palestine occupée

    Fatou Bensouda, procureur en chef de la Cour pénale internationale (CPI), a, une fois pour toutes, levé les doutes sur la compétence de la Cour pour enquêter sur les crimes de guerre commis en Palestine occupée.
    Le 30 avril, Bensouda a publié un document de 60 pages établissant dans le détail les bases juridiques de cette décision, concluant que « l’Accusation a soigneusement examiné les observations des participants, et reste d’avis que la Cour a compétence sur le Territoire palestinien occupé ». (...)

  • La Haute Cour de justice israélienne : un leurre, dénonce Gideon Levy

    Dans un article intitulé "Où a été la Haute Cour de justice jusqu’ici ?", Gidéon Levy s’attaque à ceux qui essaient de faire passer cette dernière pour un parangon de justice et Israël pour une démocratie.
    "La Haute Cour de justice est l’un des stratagèmes les plus intelligents d’Israël. Rien ne vaut la Haute Cour pour incarner Israël tel qu’il souhaite être vu : éclairé, constitutionnel, démocratique. La Haute Cour est son Dôme de fer en matière de démocratie. S’il y a des injustices, la Haute Cour les (...)