Amis des arts et de la culture de Palestine

Pavillon de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes

L’Institut du Film de Palestine est heureux d’annoncer la participation de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes avec un Pavillon au Village International de Pontiero. Cette participation au Festival, qui se déroule du 8 au 19 mai 2018, est une étape importante qui renforce le statut de la Palestine sur la carte du cinéma mondial, suite à une présence importante de films palestiniens au prestigieux festival au cours des dernières décennies.

Cet événement important est organisé par le Palestine Film Institute et financé par le ministère palestinien de la Culture en partenariat avec le consulat de France à Jérusalem. L’Institut du Film Palestine, un organisme professionnel qui prend en charge les productions cinématographiques pour et de la Palestine, facilitera les occasions de réseautage pour les cinéastes palestiniens pendant le festival et travaillera sur la promotion de films palestiniens. L’institut organisera un certain nombre d’événements qui mettent en valeur la Palestine en soulignant le secteur cinématographique et ses différentes composantes. Il produira et distribuera également des documents pertinents et examinera des bandes-annonces de films palestiniens au pavillon pendant toute la durée du festival.

Plus tôt cette année, en coopération avec "Producers Market" au Festival de Cannes, l’Institut du Film de Palestine a lancé un appel ouvert ciblant les films sur la Palestine dans la phase de développement. Dix films ont été choisis par le jury pour participer au Producers Network du festival. Le jury était composé de : Adriek van Nieuwenhuyzen, chef du bureau de l’industrie de l’IDFA, Rasha Salti, chercheur et mise en service Editeur de La Lucarne d’Arte France, Rula Nasser, producteur de films, Lina Boukhari, le chef du département cinéma au ministère palestinien de Culture, et Mahmoud Abu Hashhash, directeur du programme Culture et Arts à la Fondation AM Qattan.

Cinq films de fiction et cinq documentaires ont été choisis par le jury. Les films de fiction sont : "Une famille Respectable" par Ismahane Lahmar, "Barzakh" par Laila Abbas, "Dessert Dogs" par Ihab Jadallah, "in vitro" par Larissa Sansour et "Où ai-je quitté mon visage" par Ramzi Makdessi. Les cinq documentaires sont : "Displaced in Heaven" par Khaled Jarrar, "maire" par David Osit, "Stateless" par Mohammad Jabaly, "Les pilotes du diable" par Daniel Carsently et Mohammad Abugeth, et "dédaigné" par Nehad Khader.

L’Institut organise également une des rencontres individuelles pour chacun des comme un moyen cinéastes sélectionnés et leurs projets avec les producteurs participants de soutenir et de promouvoir ces projets afin d’obtenir les ressources nécessaires à la production et la distribution, tout en préparant le terrain pour de futures collaborations avec des professionnels du cinéma du monde entier.

L’Institut du film Palestine (PFI) est une structure qui prend en charge la production de films et de la Palestine, en fournissant le développement et le conseil, l’accessibilité croissante au financement, et la connexion des talents cinématographiques et des experts. Le PFI est enraciné dans la tradition du cinéma politique, de la pratique du cinéma indépendant et de l’engagement à filmer comme outil de changement social.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • « Soumaya présente le point de vue des victimes de l’état d’urgence »

    Premier film à revenir sur les dégâts humains de l’état d’urgence instauré au lendemain des attentats de novembre 2015 à Paris, Soumaya n’a pas encore trouvé de distributeur.
    Soumaya est cadre dans une entreprise responsable de la sécurité de l’aéroport Charles de Gaulle. Musulmane, mère d’une petite fille, elle voit du jour au lendemain sa vie bouleversée lorsqu’elle est licenciée après avoir subi une perquisition administrative.
    Sur la base d’une dénonciation anonyme sans doute due à un collègue envieux, (...)

  • L’Autorité palestinienne pensait que son respect des règles mènerait à l’indépendance, mais elle n’a fait que renforcer la domination israélienne

    Le texte qui suit est un extrait du nouveau livre de Noura Erakat Justice For Some : Law and the Question of Palestine (Justice pour certains : Le droit et la question de la Palestine). N. Erakat y expose comment la « quête illusoire » d’un État de l’Autorité palestinienne « a façonné chez les dirigeants palestiniens un attachement à la tutelle états-unienne et une réticence à adopter une ligne plus radicale, qui serait basée sur une politique de la résistance ».
    En 2018, la perspective d’un État (...)

  • LE CHAR ET L’OLIVIER, UNE AUTRE HISTOIRE DE LA PALESTINE

    Bonjour,
    Nous sommes heureux de vous annoncer la sortie du film :
    LE CHAR ET L’OLIVIER, UNE AUTRE HISTOIRE DE LA PALESTINE France | 2019 | 1h41 | Couleur Un documentaire de Roland NURIER
    AU CINÉMA LE 6 NOVEMBRE 2019
    Dates à retenir : ? Mois du Film Documentaire du 1er au 30 Novembre 2019 ? Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien le 29 Novembre 2019
    Ce documentaire essentiel permet d’avoir un éclairage nécessaire sur l’histoire de la Palestine. Apprendre du passé pour (...)