Amis des arts et de la culture de Palestine

Pavillon de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes

L’Institut du Film de Palestine est heureux d’annoncer la participation de la Palestine pour la première fois au Festival de Cannes avec un Pavillon au Village International de Pontiero. Cette participation au Festival, qui se déroule du 8 au 19 mai 2018, est une étape importante qui renforce le statut de la Palestine sur la carte du cinéma mondial, suite à une présence importante de films palestiniens au prestigieux festival au cours des dernières décennies.

Cet événement important est organisé par le Palestine Film Institute et financé par le ministère palestinien de la Culture en partenariat avec le consulat de France à Jérusalem. L’Institut du Film Palestine, un organisme professionnel qui prend en charge les productions cinématographiques pour et de la Palestine, facilitera les occasions de réseautage pour les cinéastes palestiniens pendant le festival et travaillera sur la promotion de films palestiniens. L’institut organisera un certain nombre d’événements qui mettent en valeur la Palestine en soulignant le secteur cinématographique et ses différentes composantes. Il produira et distribuera également des documents pertinents et examinera des bandes-annonces de films palestiniens au pavillon pendant toute la durée du festival.

Plus tôt cette année, en coopération avec "Producers Market" au Festival de Cannes, l’Institut du Film de Palestine a lancé un appel ouvert ciblant les films sur la Palestine dans la phase de développement. Dix films ont été choisis par le jury pour participer au Producers Network du festival. Le jury était composé de : Adriek van Nieuwenhuyzen, chef du bureau de l’industrie de l’IDFA, Rasha Salti, chercheur et mise en service Editeur de La Lucarne d’Arte France, Rula Nasser, producteur de films, Lina Boukhari, le chef du département cinéma au ministère palestinien de Culture, et Mahmoud Abu Hashhash, directeur du programme Culture et Arts à la Fondation AM Qattan.

Cinq films de fiction et cinq documentaires ont été choisis par le jury. Les films de fiction sont : "Une famille Respectable" par Ismahane Lahmar, "Barzakh" par Laila Abbas, "Dessert Dogs" par Ihab Jadallah, "in vitro" par Larissa Sansour et "Où ai-je quitté mon visage" par Ramzi Makdessi. Les cinq documentaires sont : "Displaced in Heaven" par Khaled Jarrar, "maire" par David Osit, "Stateless" par Mohammad Jabaly, "Les pilotes du diable" par Daniel Carsently et Mohammad Abugeth, et "dédaigné" par Nehad Khader.

L’Institut organise également une des rencontres individuelles pour chacun des comme un moyen cinéastes sélectionnés et leurs projets avec les producteurs participants de soutenir et de promouvoir ces projets afin d’obtenir les ressources nécessaires à la production et la distribution, tout en préparant le terrain pour de futures collaborations avec des professionnels du cinéma du monde entier.

L’Institut du film Palestine (PFI) est une structure qui prend en charge la production de films et de la Palestine, en fournissant le développement et le conseil, l’accessibilité croissante au financement, et la connexion des talents cinématographiques et des experts. Le PFI est enraciné dans la tradition du cinéma politique, de la pratique du cinéma indépendant et de l’engagement à filmer comme outil de changement social.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Déclaration sur l’antisémitisme et la question de Palestine

    Cent vingt-deux intellectuels et intellectuelles palestiniens et arabes répondent à la définition de l’antisémitisme promue par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste qui est utilisée, dans plusieurs pays d’Europe et d’Amérique, pour réprimer le soutien aux droits palestiniens. Cette Déclaration est publiée conjointement en arabe par Al-Quds (Londres) et Al-Ayyam (Ramallah), en hébreu par Haaretz (Tel-Aviv), en anglais par The Guardian (Londres), en allemand par Die Tageszeitung (Berlin) (...)

  • Appel au boycott des produits israéliens : quand le ministère français de la Justice refuse de distinguer entre des produits et des hommes

    Peut-on encore espérer des autorités françaises une attitude rationnelle au sujet des appels au boycott des produits israéliens ? On peut légitimement se poser la question à la lecture d’une récente dépêche du ministère de la justice.
    Dans son arrêt Baldassi du 11 juin 2020 condamnant la France [1], la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a jugé que l’appel au boycott des produits israéliens ne peut pas en soi constituer une infraction pénale : il est en effet couvert par la liberté d’expression (...)

  • Gare au faucon : Ce que nous réserve Joe Biden en matière de politique étrangère

    Le monde sera-t-il un endroit plus sûr si Joe Biden remplace Donald Trump à la Maison-Blanche ? Rien n’est moins sûr. Le futur nouveau président des États-Unis a commencé sa carrière politique en protestant contre la guerre au Vietnam. Mais par la suite, le sénateur démocrate devenu vice-président d’Obama a pris fait et cause pour toutes sortes de guerres directes et indirectes. Portrait d’un produit pur jus de l’impérialisme US qui ne présage rien de bon pour la paix dans le monde. (IGA)
    Des millions de (...)