Amis des arts et de la culture de Palestine

Palestine Cinéma Days, le plus grand festival de Cinéma Palestinien du 02 au 09 octobre 2019

Télécharger le catalogue :
http://pcd.flp.ps/sites/default/files/catalogue_2019.pdf

Les Journées du cinéma palestinien
Hanna Atallah et Dr. Brigitte Boulad
Responsables de Filmlab Palestine, 09/2019

Nous sommes fiers de vous présenter la 6ème édition des Journées du cinéma palestinien.

Atteindre notre 6ème année a été un défi constant partagé avec le public palestinien.

Nous pouvons proposer cette prometteuse édition grâce au nombre croissant de cinéastes en Palestine et dans le monde arabe, à l’intérêt et au soutien croissants du peuple palestinien dans son ensemble et aux encouragements de personnalités impliquées qui assistent et participent au festival. La présence à nos côtés des communautés régionale et internationale contribue sans aucun doute à ce succès.

La fidélité de nos invités et la confiance qu’ils nous accordent permettent au festival de figurer sur la scène internationale. Au fil des années, le festival du film a consolidé sa mission et sa vision : créer une culture du cinéma en Palestine, sensibiliser le public de tout âge au pouvoir de l’image et mettre les films à sa portée.

Les films ont une place importante dans les cultures. Les films peuvent communiquer des concepts, des idées et des histoires. Ils nous permettent d’être transportés dans un temps et dans un endroit différent et d’expérimenter la vie avec d’autres yeux – en acquérant de nouvelles perspectives, inspirations et compréhensions.

Ils font naître un sentiment d’émerveillement, nous engagent dans de nouvelles conversations. Ils nous mènent hors de nos propres mondes et créent des ambiances inhabituelles. Les films sont l’un des outils les plus puissants pour sensibiliser et impliquer le public, ce qui revêt une importance particulière en ce qui concerne la Palestine.

Cette année, le festival présente plusieurs sections qui susciteront l’intérêt des professionnels et des cinéphiles. En 2017, nous avions organisé la première édition de notre plate-forme commerciale.Palestine Film Meetings » (PFM), un espace ouvert permettant aux professionnels du cinéma palestinien et international de débattre à la fois de l’art et des affaires. La PFM est devenue un pôle d’innovation au sein du festival et le succès des deux premières années témoigne de l’intérêt croissant que suscite cette plate-forme aux niveaux national et international. « Ramallah Doc », organisé tous les deux ans en coopération avec l’Institut Goethe, le Consulat général de France à Jérusalem et La Fondation A.M. Qattan, aura également lieu lors de cette édition, permettant aux cinéastes palestiniens de présenter leurs projets documentaires devant les spécialistes du cinéma.

Aux Journées du cinéma palestinien, nous sommes toujours intéressés à encourager les rencontres et les débats sur les thèmes abordés par le cinéma qui méritent d’être portés à l’attention du public.

Nous le faisons dans cette 6ème édition avec un nouveau sous-programme intitulé « No Means No » où nous présenterons une sélection de films documentaires sur la violence et les inégalités basées sur le genre. Une table ronde sera également consacrée à la question de la représentation de la femme au cinéma, de son image et de son impact sur la manière dont les femmes sont considérées dans le monde arabe.

Cette année, le festival se déroule dans des conditions plus délicates que nos précédentes éditions : de nouvelles difficultés se sont ajoutées à la situation du peuple palestinien en proie à l’insécurité politique, aux obstacles dans sa vie quotidienne, au désespoir, au manque de perspectives et aux changements d’état d’esprit. Bien que les films, les récits et le festival reflètent la réalité palestinienne et la complexité de la vie quotidienne par ailleurs, ils expriment aussi la résistance et la résilience, le désespoir et la désolation, la violence et la destruction, l’humour et la légèreté, l’empathie et la solidarité. En tant que tels, ils réussissent à nous offrir un espace pour rendre vivants notre humanité commune et nos liens indestructibles.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • FESTIVAL DE CANNES : LETTRE D’ARTISTES PALESTINIENS CONCERNANT LEUR REFUS DE PARTICIPER AU FESTIVAL

    Nous, l’équipe de tournage du film ‘Let It Be Morning’ souhaitons faire le communiqué suivant concernant notre décision de ne pas participer au festival de Cannes :
    Nous soutenons notre ami et camarade Eran Kolirin et nous sommes fiers d’avoir participé au projet de film inspiré du roman éponyme de Sayed Kashua ‘Let It Be Morning’. Nous sommes heureux que le film ait été sélectionné à Cannes.
    Ce film est le fruit d’une production collective qui décrit “l’état de siège” que nous vivons comme l’a écrit le (...)

  • La NAKBA continue

    Ayaled Shaked demande l’expulsion de Salah Hamouri
    Le 30 juin 2021, la ministre de l’Intérieur israélienne a annoncé sur les réseaux sociaux avoir signé la révocation du titre de résidence à Jérusalem de Salah Hamouri.
    Cette décision de l’actuelle ministre de l’Intérieur israélienne met à exécution ce que son prédécesseur avait déjà réclamé en septembre 2020. Cette mesure entraînerait une expulsion définitive et l’impossibilité pour Salah de vivre à Jérusalem mais également en Palestine, c’est à dire l’exil (...)

  • Arrêtez de comparer Israël à l’Afrique du Sud de l’apartheid ; c’est pire Par Thembisa Fakude

    Il est courant de nos jours de comparer le racisme institutionnel d’Israël et son occupation de la Palestine à l’apartheid sud-africain. Jusqu’à un certain point, c’est une comparaison raisonnable. Jusqu’à un certain point. Malgré toutes ses horreurs et sa brutalité, le régime d’apartheid en Afrique du Sud n’a jamais utilisé d’avions de chasse et d’artillerie pour bombarder les personnes opprimées vivant dans les townships. Israël l’a fait, et continue de le faire. C’est maintenant devenu presque une (...)