Amis des arts et de la culture de Palestine

Monsieur le chancelier allemand Olaf Scholz : voici ce qui est vraiment dégoûtant

L’Europe et les États Unis croient apparemment aux calomnies antisémites selon lesquelles Israël, organisation moderne entièrement juive, serait une pieuvre aux multiples bras omnipotente qui ne devrait pas être mise en colère.

Au-delà du droit international et sans frontières : c’est l’espace infini d’Israël où il conduit sa guerre prolongée contre le peuple palestinien.

« Notre » holocauste a duré 12 ans et le sionisme en a toujours bénéficié depuis. Le non-holocauste des Palestiniens a déjà duré 75 ans. Et le monde, en d’autres termes les États-Unis et l’Europe, sous la houlette de l’Allemagne, ne restent tout simplement pas à l’écart.

Les pays qui se définissent eux-mêmes comme éclairés, donnent régulièrement le feu vert à Israël pour continue avec le non-holocauste qu’il perpétue depuis si longtemps. Leurs condamnations molles occasionnelles, dénuées d’avertissements diplomatiques et de punition, signalent seulement à Israël qu’il peut continuer à abuser, humilier, écraser et torturer, bombarder, tuer, emprisonner et expulser, voler la terre et l’eau. Et tout cela en exploitant honteusement et cyniquement nos familles assassinées par l’Allemagne nazie et ses collaborateurs. Monsieur le chancelier allemand très honorable – êtes-vous dégoûté ? C’est cela qui est réellement dégoûtant.

Le ministre de la défense Benny Ganz aurait arrêté le processus de mise hors la loi de sept organisations civiles palestiniennes s’il avait su que les pays européens imposeraient une seule action contre Israël. Les cambrioleurs israéliens armés ne se seraient pas introduits dans les bureaux de ces organisations jeudi dernier et pillé ce qu’il y avait si un représentant officiel de l’administration démocratique U.S. du président Joe Biden avait ordonné par avance à Ganz de s’abstenir.

Mais l’Europe et les États-Unis sont forts, et capables d’imposer efficacement diverses sanctions à la nation qui est occupée, dépossédée, expulsée. Comme s’ils croyaient à la calomnie antisémite selon laquelle Israël (en tant qu’organisation supérieure moderne de tous les Juifs) est une pieuvre omnipotente avec tous ses bras, qu’ils doivent prendre soin de ne pas mettre en colère.

Israël ouvre sans arrêt de nouveaux fronts dans sa guerre prolongée contre le peuple palestinien et choisit autant de cibles que possible. Il a pour cet objectif d’inépuisables ressources : de l’argent, des soldats, des experts juridiques, des béni-oui-oui, des citoyens qui s’en fichent et des mensonges qu’il enveloppe dans des mantras de sécurité et de matériau classifié.

Il n’est pas besoin d’attendre 50 ou 60 ans jusqu’à ce que les archives soient ouvertes et que les documents révèlent quelqu’autre plan secret du gouvernement derrière un acte horrible que l’on dit avoir été perpétré par des individus (tel le massacre de Kafr Qasem) ou des intentions différentes de celles qui ont été annoncées (comme le régime militaire imposé aux citoyens arabes d’Israël de 1948 à 1966, conçu pour empêcher leur retour sur leurs terres et pour achever notre vol de ces terres).

Même sans documents nous savons pourquoi Israël interdit l’existence de sept organisations civiles palestiniennes, dont des organisations de premier plan dans la défense des droits humains :

L’activité de ces organisations renforce le sumud palestinien, ou ténacité, face à l’occupation et à son envahissement.
L’information, les témoignages, les documents et les analyses de ces organisations sont une base de données importante pour toute revendication palestinienne contre l’occupation israélienne dans des forums juridiques internationaux, actuellement et à l’avenir.
Les organisations et leurs militants soulèvent aussi des critiques contre l’Autorité Palestinienne, ses pratiques oppressives, ses échecs dans les domaines de la justice sociale et sa politique néo-libérale. La poursuite qu’Israël exerce sur elles intensifie les soupçons et questions sur la possibilité que l’AP aussi souhaite leur fermeture. Semer le soupçon et les accusations mutuelles parmi les Palestiniens est une pratique commune des organisations de renseignement israéliennes.
Ces organisations préservent et alimentent l’esprit palestinien d’unité qui prend la place de la hamula, la famille étendue, contrecarrant ainsi l’intention et la pratique d’Israël consistant à disperser et effriter la société palestinienne de façon que chaque personne, ou au mieux chaque famille soit seule dans sa confrontation avec la cruauté incorporée au régime de contrainte d’Israël.
Tout en adhérant publiquement à la “solution de deux États », les pays européens n’ont pas suspendu leurs relations diplomatiques avec Israël alors qu’il dévore ce qui reste de terre palestinienne en Cisjordanie, en violation des résolutions de l’ONU et du droit international. Ils n’ont pas rappelé leurs ambassadeurs comme moyen de forcer Israël à arrêter d’emprisonner plus de 2 millions de personnes dans le lieu de détention appelé la bande de Gaza. Ils n’ont pas suspendu les accords commerciaux avec Israël parce que depuis le premier jour des accords d’Oslo Israël viole le principe de base sur lequel les accords sont fondés : la bande de Gaza et la Cisjordanie sont une seule unité territoriale.

Ces pays n’annulent pas les accords commerciaux sur les armes et les logiciels espion parce qu’Israël a écrasé et écrase Gaza avec ses armes et de la science-fiction que sont les moyens d’espionner chaque Palestinien de l’âge d’une heure jusqu’à la mort. Ils ne mettent pas de restrictions à l’entrée d’Israéliens sur leurs territoires en réponse aux restrictions de longue date aux déplacements qu’Israël impose aux Palestiniens et à leurs épouses.

Israël ne cesse de détruire et de confisquer les installations humanitaires (panneaux solaires, conduits d’eau et structures mobiles) financées par des pays européens et il sait bien qu’il n’y aura rien de plus qu’une condamnation verbale inoffensive. Israël attribue aussi la terre et l’eau qu’il a volées aux Palestiniens, à des citoyens juifs de Grande Bretagne, de France, des États-Unis, du Canada et d’Argentine, avec l’assurance que ces pays ne puniront personne pour cette rapacité.

Après la fermeture des sept organisations, Israël et ses citoyens juifs obéissants qui profitent de ce vol officiel, vont continuer à franchir de nouvelles lignes rouges, à persécuter d’autres groupes de la société civile et à faire taire d’autres activistes, avec la permission de l’Europe et des États-Unis.

Amira Hass pour Haaretz

Traduction SF pour l’AURDIP



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Kafr Kassem, 1956. Derrière le massacre, un plan d’expulsion des Palestiniens d’Israël

    Des archives longtemps censurées confortent ceux qui lient le sort des quelque cinquante victimes arabes israéliennes du massacre de Kafr Kassem en 1956 en Israël à un plan officiel secret annulé trop tard. Le plan voulait forcer par la violence les Palestiniens israéliens de la région dite du « triangle » à fuir vers la Jordanie.
    Ce 29 juillet 2022, la justice militaire israélienne a pris une décision qui a surpris maints observateurs en Israël : elle a levé la censure sur une partie des (...)

  • Monsieur le chancelier allemand Olaf Scholz : voici ce qui est vraiment dégoûtant

    L’Europe et les États Unis croient apparemment aux calomnies antisémites selon lesquelles Israël, organisation moderne entièrement juive, serait une pieuvre aux multiples bras omnipotente qui ne devrait pas être mise en colère.
    Au-delà du droit international et sans frontières : c’est l’espace infini d’Israël où il conduit sa guerre prolongée contre le peuple palestinien.
    « Notre » holocauste a duré 12 ans et le sionisme en a toujours bénéficié depuis. Le non-holocauste des Palestiniens a déjà duré 75 ans. (...)

  • 53 organisations de la société civile solidaires des organisations palestiniennes désignées par Israël comme « associations terroristes »

    Défendre les droits de l’homme, ce n’est pas du terrorisme. Israël persiste dans sa déclaration d’éminentes organisations de la société civile palestinienne comme associations terroristes. Récemment, l’armée a mis ses mots en action en pillant leurs bureaux et en les fermant.
    Ces déclarations sont sans fondement. En fait, l’Administration des États-Unis, l’Union Européenne et autres alliés d’Israël ont trouvé que ces allégations n’étaient pas convaincantes. Après avoir minutieusement examiné le matériel (...)