Amis des arts et de la culture de Palestine

Microsoft se retire de la société israélienne de reconnaissance faciale AnyVision

Microsoft a expliqué qu’il avait décidé de mettre fin à tous ses investissements minoritaires dans des sociétés qui vendent des technologies de reconnaissance faciale.

Les groupes pro-BDS ont salué comme une victoire la décision de Microsoft Corp. de se retirer de la société israélienne AnyVision après une campagne soutenue contre la société pour l’utilisation de sa technologie de reconnaissance faciale contre les Palestiniens de Cisjordanie.

"BDS Win !" a tweeté l’ONG de gauche "Jewish Voice for Peace" en apprenant la nouvelle.

« La campagne #DropAnyVision célèbre une énorme victoire alors que Microsoft se retire de la société de technologie israélienne AnyVision. 75 000 signatures, protestation du siège de Microsoft, partenariats et organisation puissants ont mené à cette victoire. »

Un audit réalisé par la firme internationale américaine Covington & Burling LLP a confirmé que « la technologie AnyVision est utilisée dans les points de contrôle de passage des frontières entre Israël et la Cisjordanie, comme l’a reconnu AnyVision en réponse aux demandes des médias et confirmée à Microsoft ».

L’audit, dirigé par l’ancien procureur général américain Eric Holder, a cependant rejeté les allégations selon lesquelles la technologie faisait partie d’un programme de surveillance de masse.

"Les preuves disponibles, cependant, démontrent que la technologie d’AnyVision n’a pas auparavant et n’alimente pas actuellement un programme de surveillance de masse en Cisjordanie comme cela a été allégué dans les rapports des médias", a déclaré la firme dans un communiqué rédigé à la fois par Microsoft et AnyVision. Il a été publié vendredi sur le site Web de Microsoft.

L’investissement de Microsoft dans AnyVision n’est donc pas une violation de la politique de l’entreprise, a expliqué Covington.

Microsoft a toutefois déclaré que le problème l’avait alerté des problèmes inhérents à "être un investisseur minoritaire dans une entreprise qui vend des technologies sensibles".

La société a expliqué que « ces investissements ne permettent généralement pas le niveau de surveillance ou de contrôle que Microsoft exerce sur l’utilisation de sa propre technologie ».

Microsoft a expliqué qu’il avait décidé de mettre fin à tous ses investissements minoritaires dans des sociétés qui vendent des technologies de reconnaissance faciale. » Au lieu de cela, at-elle déclaré, se concentrerait sur « des relations qui permettent à Microsoft de mieux surveiller et contrôler l’utilisation des technologies sensibles ».

https://m.jpost.com/jpost-tech/microsoft-divests-from-israeli-facial-recognition-firm-anyvision-622828



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Une Nakba permanente à Jérusalem

    Israël commet une Nakba permanente à Jérusalem-Est occupée.
    Des organisations de colons menacent d’expulser par la force 15 familles palestiniennes de leurs domiciles à Jérusalem dans les quelques mois à venir.
    Cela correspond à 37 maisonnées et à environ 195 individus, selon le groupe palestinien de défense des droits humains Al-Haq.
    Les familles résident dans le secteur de Karm al-Jaouni, quartier de Sheikh Jarrah, et dans le secteur de Batan al-Hawa, quartier de Silwan.
    En novembre, des (...)

  • Une réalisatrice palestinienne pré-sélectionnée pour la 93e Cérémonie des Oscars

    La cinéaste palestino-britannique Farah Nabulsi est en lice pour présenter, lors de la 93e cérémonie ds Oscars « The Present », ce film est sélectionné pour la catégorie Action court-métrage.
    Filmé en moins d’une semaine en Palestine, le film raconte l’histoire de Yousef et de sa fille partis chercher un cadeau pour leur épouse et mère à l’occasion de leur anniversaire de mariage. Une tâche qui s’avère presque impossible, et raconte les difficultés de la vie sous occupation israélienne.
    Le film a déjà (...)

  • La Chambre préliminaire de la CPI rend sa décision sur la demande du Procureur relative à la compétence territoriale concernant la Palestine

    Aujourd’hui, le 5 février 2021, la Chambre préliminaire I de la Cour pénale internationale (« CPI » ou « la Cour ») a décidé, à la majorité, que la compétence territoriale de la Cour dans la situation en Palestine, un État partie au Statut de Rome de la CPI, s’étend aux territoires occupés par Israël depuis 1967, à savoir Gaza et la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est.
    Le 20 décembre 2019, le Procureur a annoncé la conclusion de l’examen préliminaire de la situation en Palestine. Le Procureur avait conclu que (...)