Amis des arts et de la culture de Palestine

Microsoft se retire de la société israélienne de reconnaissance faciale AnyVision

Microsoft a expliqué qu’il avait décidé de mettre fin à tous ses investissements minoritaires dans des sociétés qui vendent des technologies de reconnaissance faciale.

Les groupes pro-BDS ont salué comme une victoire la décision de Microsoft Corp. de se retirer de la société israélienne AnyVision après une campagne soutenue contre la société pour l’utilisation de sa technologie de reconnaissance faciale contre les Palestiniens de Cisjordanie.

"BDS Win !" a tweeté l’ONG de gauche "Jewish Voice for Peace" en apprenant la nouvelle.

« La campagne #DropAnyVision célèbre une énorme victoire alors que Microsoft se retire de la société de technologie israélienne AnyVision. 75 000 signatures, protestation du siège de Microsoft, partenariats et organisation puissants ont mené à cette victoire. »

Un audit réalisé par la firme internationale américaine Covington & Burling LLP a confirmé que « la technologie AnyVision est utilisée dans les points de contrôle de passage des frontières entre Israël et la Cisjordanie, comme l’a reconnu AnyVision en réponse aux demandes des médias et confirmée à Microsoft ».

L’audit, dirigé par l’ancien procureur général américain Eric Holder, a cependant rejeté les allégations selon lesquelles la technologie faisait partie d’un programme de surveillance de masse.

"Les preuves disponibles, cependant, démontrent que la technologie d’AnyVision n’a pas auparavant et n’alimente pas actuellement un programme de surveillance de masse en Cisjordanie comme cela a été allégué dans les rapports des médias", a déclaré la firme dans un communiqué rédigé à la fois par Microsoft et AnyVision. Il a été publié vendredi sur le site Web de Microsoft.

L’investissement de Microsoft dans AnyVision n’est donc pas une violation de la politique de l’entreprise, a expliqué Covington.

Microsoft a toutefois déclaré que le problème l’avait alerté des problèmes inhérents à "être un investisseur minoritaire dans une entreprise qui vend des technologies sensibles".

La société a expliqué que « ces investissements ne permettent généralement pas le niveau de surveillance ou de contrôle que Microsoft exerce sur l’utilisation de sa propre technologie ».

Microsoft a expliqué qu’il avait décidé de mettre fin à tous ses investissements minoritaires dans des sociétés qui vendent des technologies de reconnaissance faciale. » Au lieu de cela, at-elle déclaré, se concentrerait sur « des relations qui permettent à Microsoft de mieux surveiller et contrôler l’utilisation des technologies sensibles ».

https://m.jpost.com/jpost-tech/microsoft-divests-from-israeli-facial-recognition-firm-anyvision-622828



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Covid-19 : les Palestiniens abandonnés à leur sort pendant qu’Israël vaccine à tour de bras

    Alors que les Israéliens enregistrent un nombre record de vaccinations, les territoires occupés font toujours des pieds et des mains pour obtenir un vaccin contre le coronavirus.
    Israël s’est vanté de surpasser les autres pays avec sa campagne de vaccination contre le virus Covid-19, plus de 12 % de sa population ayant reçu la première de deux injections depuis décembre.
    Pfizer se vend au plus offrant
    Le pays cherche à être le premier au monde à réussir à se libérer de la Covid-19, en faisant (...)

  • COMMENT UN HOMME INTÈGRE ET COURAGEUX, À LA TÊTE DE L’UNRWA, A ÉTÉ LAMINÉ PAR LES MÉTHODES NAUSÉABONDES DU LOBBY ISRAÉLIEN

    L’enquête de l’ONU sur Pierre Krähenbühl, ancien commissaire général de l’UNRWA, obligé de démissionner après avoir été traîné dans la boue, montre que les accusations portés contre lui étaient fausses, et que le dossier est vide.
    Pierre Krahenbühl, a en fait commis une faute impardonnable : il a défendu les réfugiés palestiniens jusqu’au bout. Il s’est démené pour faire vivre cet organisme des Nations Unies, chargé de veiller à la sécurité alimentaire, sanitaire et éducative des réfugiés palestiniens. Y compris (...)

  • Christophe Oberlin : « L’avenir est à la judiciarisation de la question palestinienne »

    La nouvelle est tombée le 20 décembre 2019. La Procureure auprès de la CPI, Fatou Bensouda annonçait « qu’au terme d’un examen préliminaire approfondi, mené en toute indépendance et objectivité, de l’ensemble des renseignements fiables qui sont en la possession de son Bureau, ce dernier est parvenu à la conclusion que tous les critères définis dans le Statut de Rome pour l’ouverture d’une enquête étaient remplis ».
    L’enjeu de cette enquête ? « Les crimes présumés commis sur le territoire palestinien occupé, (...)