Amis des arts et de la culture de Palestine

Message de Salah Hamouri pour le congrés de l’AFPS

Salah Hamouri, Prison de Guilboa
Guilboa, le 1er avril 2009

Chers amis,

Je vous écris ce message depuis ma cellule, en mon nom et au nom de mes camarades, combattants de la liberté qui ne renonceront jamais à leurs principes de liberté, de justice et d ?humanité.

Nous sommes heureux, malgré les difficultés du monde d ?aujourd ?hui, de participer de notre prison israélienne à votre congrès qui se tient le 17 mai, une date qui nous rappelle « la catastrophe », l ?expulsion du peuple palestinien de sa terre il y a 61 ans.

Malgré toutes les résolutions de l ?ONU, l ?Etat sioniste continue à perpétrer ses massacres dans l ?indifférence et le silence complices de la communauté internationale. Le dernier ayant eu lieu à Gaza cet hiver. Pendant la guerre contre Gaza, les manifestations de solidarité avec la Palestine, en France où ailleurs, nous ont redonné du courage et de l ?espoir.

Les événements de ces dernières années, les Accords d ?Oslo finalement refusés par la majorité des Palestiniens car ils ne prenaient notamment pas en compte le droit au retour et n ?ont pas ouvert de perspective, l ?échec du processus de paix, l ?expansion de la colonisation ont rendu impossible la réalisation des objectifs légitimes du peuple palestinien.

Devant ces obstacles, nous n ?avons pas d ?autre choix que celui de la résistance pour obtenir nos droits qui sont : la fin de l ?occupation ; l ?application du droit international, comme la résolution 194 par exemple qui reconnaît le droit au retour des réfugiés ; la création d ?un Etat palestinien avec Jérusalem-Est comme capitale ; la libération de tous les prisonniers politiques. Enfin, tout « simplement » le droit de vivre librement et dignement comme les peuples libres du monde.

Nous devons résister pour exister et les Français savent ce que cela veut dire.

L ?histoire nous montre que l ?occupation d ?une terre, d ?un peuple peut durer longtemps mais qu ?elle n ?est jamais éternelle. C ?est en relisant l ?histoire du monde que nous gardons espoir dans nos cellules, l ?occupant ne cassera jamais nos volontés, mes camarades combattants et moi-même avons fait le choix de rester aux côtés de notre peuple.

Comme le disait le Che : « Mieux vaut mourir debout que vivre à genoux ! »

Avec vous, ensemble en France et en Palestine, nous devons lutter pour les mêmes valeurs. La liberté, l ?égalité et la fraternité sont un droit pour tous les peuples du monde.

Je remercie l ?AFPS de m ?avoir choisi comme invité d ?honneur à ce congrès. J ?espère que grâce à vous je pourrai y participer une prochaine fois, vous rencontrer et parler au nom de mes camarades.

Avec mes chaleureuses salutations

Salah



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Pascal Boniface porte plainte contre la « Brigade juive »

    "Pascal Boniface est soulagé. Sa plainte contre la « Brigade juive » pour dégradations, initialement refusée, vient d’être acceptée" , annonce Nadir Dendoune dans le Courrier de l’Atlas
    « C’est le commissariat du 11è qui m’a appelé pour nous annoncer la bonne nouvelle », témoigne le géopolitologue français, spécialiste de la question israélo-palestinienne et qui est régulièrement la cible d’attaques émanant des mouvements pro-israéliens. « C’est une victoire pour la liberté d’expression et contre les violences (...)

  • Cour Pénale Internationale : face aux Palestiniens, Badinter défend Netanyahou

    La Procureure de la Cour Pénale Internationale, Fatou Bensouda, a annoncé le 20 décembre 2019 son intention d’ouvrir une enquête sur les éventuels crimes de guerre commis depuis juin 2014 en Israël-Palestine. Afin de délimiter son travail d’enquête, la procureure a demandé officiellement à la Cour de préciser que la juridiction de la Cour Pénale Internationale s’applique bien à la Palestine et que le territoire d’enquête comprend la Cisjordanie, Jérusalem Est et Gaza. Fatou Bensouda a également conseillé à (...)

  • Un texte d’Eléonore Bronstein, en soutien à Mohamad Bakri, réalisateur du film "Jénine Jénine" :

    "Modestement, je voudrais exprimer toute ma solidarité avec Mohammad Bakri convoqué aujourd’hui devant un tribunal israélien suite à une plainte d’un ancien soldat d’élite pour diffamation.
    Le tort de Mohammad ? (en plus d’être Palestinien, je veux dire) : avoir réalisé, il y a presque 20 ans, un film documentaire intitulé " Jénine Jénine" dans lequel il exposait des témoignages de survivant.e.s du massacre israélien du camp pendant la répression de la seconde Intifada.
    Il est, depuis, harcelé, empêché de (...)