Amis des arts et de la culture de Palestine

"Le régime israélien s’inquiète de la décision éventuelle d’un tribunal européen de qualifier ses produits de "fabriqués dans des colonies illégales"

"Le régime israélien s’inquiète de l’éventuelle décision contraignante de la Cour de justice de la Communauté européenne (CJCE) d’étiqueter les produits des colonies israéliennes illégales construites en Cisjordanie occupée, à Jérusalem Al-Quds-Est et dans le Golan occupé, a rapporté Israël Hayom vendredi dernier.

Selon le journal israélien, la Cour de justice de la Communauté européenne devrait rendre sa décision finale à la demande du plus haut tribunal de France à ce sujet, le 12 novembre 2019.

Le journal israélien a révélé que la Cour de justice de la Communauté européenne serait susceptible de statuer que les produits importés de colonies israéliennes illégales devraient être étiquetés comme tels, notant que la décision ne serait pas susceptible d’appel et serait juridiquement contraignante pour tous les États membres de l’UE.

Pour lutter contre cette mesure, le journal a informé des responsables du ministère des Affaires étrangères d’Israël qui avaient déclaré avoir ordonné aux diplomates israéliens en Europe d’intensifier leurs efforts diplomatiques contre cette possible décision.

Selon un responsable israélien, "cette décision sera une bénédiction pour le BDS. Nous savons qu’ils suivent cela avec un grand intérêt."

Dans le même temps, le journal israélien a révélé que les ambassadeurs et consuls israéliens ont été priés de réitérer que l’étiquetage des produits des colonies juives "ne fera rien pour promouvoir le processus de paix entre Israéliens et Palestiniens", et constitue une mesure susceptible d’encourager boycottage des consommateurs

Dans le même temps, le ministère israélien des Affaires étrangères a envoyé une note à ses diplomates en Europe, indiquant que "toute décision de la CJCE dans ce sens serait moralement et éthiquement incorrecte".

Le mémo a également souligné qu’une telle décision "minerait la politique de l’UE selon laquelle seules des négociations directes [entre le régime israélien et les Palestiniens] conduiraient à une solution viable et convenue d’un commun accord".

Il a averti que cette décision "encouragerait ceux qui sapent la légitimité d’Israël et encouragent le boycott contre lui", ajoutant que la mise en œuvre de cette décision "aurait un effet négatif sur les relations d’Israël avec l’UE et ses États membres".

Le journal a également rapporté qu’une source du ministère israélien des Affaires étrangères avait déclaré qu’Israël attendait la décision finale "parce que le libellé lui-même pourrait avoir des conséquences sérieuses et importantes".

"Si vous avez une formulation générale qui ne spécifie pas exactement comment la directive sur l’étiquetage des produits doit être appliquée, alors nous aurons une marge de manœuvre", a déclaré la source juive. "Si les directives sont détaillées, ce sera un coup dur puisque tous les Etats membres de l’UE sont liés par elle", ont expliqué les médias israéliens."

https://ababil.org/archives/15359



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Arrêtez de comparer Israël à l’Afrique du Sud de l’apartheid ; c’est pire Par Thembisa Fakude

    Il est courant de nos jours de comparer le racisme institutionnel d’Israël et son occupation de la Palestine à l’apartheid sud-africain. Jusqu’à un certain point, c’est une comparaison raisonnable. Jusqu’à un certain point. Malgré toutes ses horreurs et sa brutalité, le régime d’apartheid en Afrique du Sud n’a jamais utilisé d’avions de chasse et d’artillerie pour bombarder les personnes opprimées vivant dans les townships. Israël l’a fait, et continue de le faire. C’est maintenant devenu presque une (...)

  • Gaza : la librairie al-Mansour, temple des livres de l’enclave palestinienne, détruite par un bombardement israélien

    Dans la bande de Gaza, le site était considéré comme le temple des livres. C’était le lieu où les lycéens pouvaient trouver un manuel scolaire, les plus pratiquants leur coran et les esprits bohèmes des traductions de Dostoïevski en arabe. Mais mardi dernier, 18 mai, la librairie al-Mansour a été réduite en poussière.
    « Il y a 100 000 livres sous ces ruines »
    Vers 5H00 du matin, Samir al-Mansour, son propriétaire, était chez lui et regardait les chaînes d’info arabes lorsqu’il a appris qu’un (...)

  • Médias détruits à Gaza : RSF demande à la procureure de la CPI de déterminer si ces bombardements constituent des crimes de guerre

    Depuis une semaine, les locaux de 23 médias locaux et internationaux ont été détruits par des frappes aériennes israéliennes ciblées. Les derniers bombardements en date ont détruit, samedi 15 mai, les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press (AP) et de la chaîne qatarie Al-Jazeera. L’armée israélienne justifie ces frappes en expliquant que des équipements du "renseignement militaire" du Hamas, le mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, se trouvaient dans les immeubles visés. (...)