Amis des arts et de la culture de Palestine

Le film de cette semaine "SAKEN" de Sandra Madi, en accès libre jusqu’au 14 aout

"SAKEN", de Sandra MADI en accès libre jusqu’au 14 AOUT

Merci à toute l’équipe du film

Pour visionner le film cliquez ICI
En arabe, sous-titré en anglais

SAKEN : ce documentaire raconte l’amitié entre Ibrahim et Walid.
Ibrahim, un combattant palestinien, a été blessé au Liban avant l’invasion israélienne de 1982. Depuis, il est paralysé.

Walid est Egyptien, il accompagne et prend soin d’Ibrahim depuis 15 ans.
Saken est un film sur l’amitié et le sacrifice.

Sandra MADI est Palestinienne, née à Amman en Jordanie en 1976. Elle est réalisatrice, actrice, scénariste. Elle a réalisé en 2020 "Paradis suspendus",
qui a été diffusé sur France 2.

Bonne projection !



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Christophe Oberlin : « L’avenir est à la judiciarisation de la question palestinienne »

    La nouvelle est tombée le 20 décembre 2019. La Procureure auprès de la CPI, Fatou Bensouda annonçait « qu’au terme d’un examen préliminaire approfondi, mené en toute indépendance et objectivité, de l’ensemble des renseignements fiables qui sont en la possession de son Bureau, ce dernier est parvenu à la conclusion que tous les critères définis dans le Statut de Rome pour l’ouverture d’une enquête étaient remplis ».
    L’enjeu de cette enquête ? « Les crimes présumés commis sur le territoire palestinien occupé, (...)

  • Déclaration sur l’antisémitisme et la question de Palestine

    Cent vingt-deux intellectuels et intellectuelles palestiniens et arabes répondent à la définition de l’antisémitisme promue par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste qui est utilisée, dans plusieurs pays d’Europe et d’Amérique, pour réprimer le soutien aux droits palestiniens. Cette Déclaration est publiée conjointement en arabe par Al-Quds (Londres) et Al-Ayyam (Ramallah), en hébreu par Haaretz (Tel-Aviv), en anglais par The Guardian (Londres), en allemand par Die Tageszeitung (Berlin) (...)

  • Appel au boycott des produits israéliens : quand le ministère français de la Justice refuse de distinguer entre des produits et des hommes

    Peut-on encore espérer des autorités françaises une attitude rationnelle au sujet des appels au boycott des produits israéliens ? On peut légitimement se poser la question à la lecture d’une récente dépêche du ministère de la justice.
    Dans son arrêt Baldassi du 11 juin 2020 condamnant la France [1], la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a jugé que l’appel au boycott des produits israéliens ne peut pas en soi constituer une infraction pénale : il est en effet couvert par la liberté d’expression (...)