Amis des arts et de la culture de Palestine

Le cri des oliviers

Une Palestinienne en lutte pour la paix - Sumaya Farhat-Naser

Née en 1948 dans un village proche de Ramallah au sein d’une
famille traditionnelle, Sumaya Farhat-Naser refuse d’être
mariée à 14 ans selon la coutume. Sa scolarité
terminée, elle poursuit ses études en Allemagne. Confrontée
à l’histoire germano-juive, elle découvre la réalité
des victimes de l’holocauste et de l’antisémitisme.
Dans le même temps, elle prend conscience de son identité
palestinienne et de l’ignorance entourant l’histoire de
son propre peuple. Cette double expérience la marque profondément.


De retour dans ce qui est devenu les territoires occupés, l’auteure
qui enseigne à l’Université de Bir-Zeit, s’engage
dans un travail pour la paix avec des femmes palestiniennes et israéliennes.
Ce livre raconte la difficile approche de ces femmes qui apprennent
à se connaître, à surmonter la méfiance et
les malentendus, et peu à peu, alors que de part et d’autre
la situation se tend, osent se parler franchement.

Editions Labor et Fides

Achetez ce livre sur :
Chapitre.com

Les Amis d'Al-Rowwad receveront ainsi une aide financière de 5 € par commande.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Arrêtez de comparer Israël à l’Afrique du Sud de l’apartheid ; c’est pire Par Thembisa Fakude

    Il est courant de nos jours de comparer le racisme institutionnel d’Israël et son occupation de la Palestine à l’apartheid sud-africain. Jusqu’à un certain point, c’est une comparaison raisonnable. Jusqu’à un certain point. Malgré toutes ses horreurs et sa brutalité, le régime d’apartheid en Afrique du Sud n’a jamais utilisé d’avions de chasse et d’artillerie pour bombarder les personnes opprimées vivant dans les townships. Israël l’a fait, et continue de le faire. C’est maintenant devenu presque une (...)

  • Gaza : la librairie al-Mansour, temple des livres de l’enclave palestinienne, détruite par un bombardement israélien

    Dans la bande de Gaza, le site était considéré comme le temple des livres. C’était le lieu où les lycéens pouvaient trouver un manuel scolaire, les plus pratiquants leur coran et les esprits bohèmes des traductions de Dostoïevski en arabe. Mais mardi dernier, 18 mai, la librairie al-Mansour a été réduite en poussière.
    « Il y a 100 000 livres sous ces ruines »
    Vers 5H00 du matin, Samir al-Mansour, son propriétaire, était chez lui et regardait les chaînes d’info arabes lorsqu’il a appris qu’un (...)

  • Médias détruits à Gaza : RSF demande à la procureure de la CPI de déterminer si ces bombardements constituent des crimes de guerre

    Depuis une semaine, les locaux de 23 médias locaux et internationaux ont été détruits par des frappes aériennes israéliennes ciblées. Les derniers bombardements en date ont détruit, samedi 15 mai, les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press (AP) et de la chaîne qatarie Al-Jazeera. L’armée israélienne justifie ces frappes en expliquant que des équipements du "renseignement militaire" du Hamas, le mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, se trouvaient dans les immeubles visés. (...)