Amis des arts et de la culture de Palestine

Le cri des oliviers

Une Palestinienne en lutte pour la paix - Sumaya Farhat-Naser

Née en 1948 dans un village proche de Ramallah au sein d’une
famille traditionnelle, Sumaya Farhat-Naser refuse d’être
mariée à 14 ans selon la coutume. Sa scolarité
terminée, elle poursuit ses études en Allemagne. Confrontée
à l’histoire germano-juive, elle découvre la réalité
des victimes de l’holocauste et de l’antisémitisme.
Dans le même temps, elle prend conscience de son identité
palestinienne et de l’ignorance entourant l’histoire de
son propre peuple. Cette double expérience la marque profondément.


De retour dans ce qui est devenu les territoires occupés, l’auteure
qui enseigne à l’Université de Bir-Zeit, s’engage
dans un travail pour la paix avec des femmes palestiniennes et israéliennes.
Ce livre raconte la difficile approche de ces femmes qui apprennent
à se connaître, à surmonter la méfiance et
les malentendus, et peu à peu, alors que de part et d’autre
la situation se tend, osent se parler franchement.

Editions Labor et Fides

Achetez ce livre sur :
Chapitre.com

Les Amis d'Al-Rowwad receveront ainsi une aide financière de 5 € par commande.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • L’apartheid d’Israël contre la population palestinienne : un système cruel de domination et un crime contre l’humanité

    Notre rapport révèle la véritable ampleur du régime d’apartheid d’Israël.
    Que ce soit dans la bande de Gaza, à Jérusalem-Est, à Hébron ou en Israël, la population palestinienne est traitée comme un groupe racial inférieur et elle est systématiquement privée de ses droits. Nous avons conclu que les politiques cruelles de ségrégation, de dépossession et d’exclusion mises en œuvre par Israël dans tous les territoires sous son contrôle constituent clairement un apartheid. La communauté internationale a le devoir (...)

  • Un message de Salah Hamouri « Rester, c’est déjà résister »

    Chers amies et Chers amis,
    Je veux juste faire un point avec vous sur là où nous en sommes de la volonté israélienne qui concentre ses coups contre moi mais aussi contre tous mes camarades palestiniens de Jérusalem-Est où je réside.
    Comme vous le savez, les Palestiniens qui résident à JérusalemEst ont un statut très précaire et particulier ; ils ne sont ni Israéliens ni Palestiniens. Ils sont des « résidents » de Jérusalem. Ils ont, à ce titre, une carte « de résident » délivrée par l’occupant. Pour être (...)

  • Le blanchiment par le sport est associé à certains pays – pourquoi pas Israël ?

    L’objectif en douceur du sport israélien est de nous pousser à nous focaliser sur une équipe cycliste ou une visite de Lionel Messi plutôt que sur la Palestine.
    Pendant l’été 2020, un groupe de cinq cyclistes de Ramallah étaient sortis faire un tour quand ils ont été arrêtés par un groupe de colons israéliens. D’après Reuters, en découvrant que les cyclistes étaient Palestiniens, les colons ont commencé à leur lancer des pierres. Quatre se sont échappés dans un champ voisin. Un, Samer Kurdi, a perdu (...)