Amis des arts et de la culture de Palestine

Le Savon Naturel à l’Huile d’Olives de Palestine

Naplouse, entre histoire et espoir, ville six fois millénaire

Les Cananéens l’appelaient Schem, les Romains lui ont donné le nom de Flavia Neapolis, les Ottomans Nablus. Aujourd’hui ses habitants l’appellent "la grande prison", car cette ville palestinienne est celle qui subit le plus durement les bouclages et la répression de l’occupant.

Naplouse la commerçante, l’industrieuse, est aussi célèbre pour la beauté de sa vieille ville. La fabrication du savon remonte à plus de 1 000 ans, la recette de la knafé, délicieux gâteau à base de fromage, s’y transmet de génération en génération, les étudiants de l’université Al Najah continuent, entre deux couvre-feux, à étudier et rêver comme tous les jeunes, les chants de Fadwa Touquan, pionnière de la poésie arabe au féminin du début du siècle et native de Naplouse, courent encore sur la ville, avec leurs paroles d’astres, de liberté et d’envol.

Un patrimoine mémoriel

Les savonneries séculaires constituent aussi un patrimoine architectural et mémoriel au coeur de la vieille ville, avec leurs bâtiments spécifiques, comprenant de larges fenêtres au premier étage pour le séchage et une pièce centrale, la Dîwâniyya qui servait de lieu d’assemblée aux notables de la ville. C’est par exemple dans la savonnerie Shak’a que fut prise la décision de lancer la grande grève contre l’occupant britannique de la Palestine en 1936.

Le savon de Naplouse représente la permanence d’un savoir-faire traditionnel. Le Cheikh Al Rabûh al Dimashqî, mort en 1327, écrivait : "Naplouse est une ville où il fait bon se promener (...) Dieu très haut et tout-puissant l’a comblée de l’arbre béni, l’olivier, et son huile est transportée dans les régions égyptiennes, et du Levant et au Hedjaz (...) dans des caravanes, (...) et on en fait un savon délicat, transporté jusque dans les îles de la Méditerranée."

Le procédé de fabrication du savon de Naplouse a même été rapporté par les Croisés jusqu’en Europe et notamment dans la ville de Marseille.

Ce savon est entièrement naturel. Il comprend 72 % d’huile d’olive palestinienne, aucun produit pharmaceutique, résiste à l’usure, lave bien... et ne fond pas.

La cuisson se fait au rez-de-chaussée dans une grande cuve appelée "halla" ou "quidra". Les ouvriers versent l’huile d’olive et la mélangent pendant trois jours avec de la soude et de l’eau. Sous la cuve, on allume un feu, traditionnellement alimenté par des noyaux d’olive.

Une fois le mélange prêt, il est monté au premier étage et versé sur le sol appelé "mafrach", où il sèche pendant une journée avant d’être quadrillé en petits carrés avec un fil, puis tamponné à la marque de la savonnerie. Il est ensuite découpé et empilé en de savantes pyramides appelées "tananîr", mises à sécher 15 jours au moins avant emballage.

Darna Fi Naplouse

C’est Darna, maison des associations créée en mais 2005 par Youssef Haji pour venir en aide aux jeunes de la ville, avec des salles de réunion, des formations, des ordinateurs, un restaurant social... qui a eu l’idée d’exporter du savon de Naplouse et de donner ainsi du travail aux artisans et aux producteurs d’huile d’olive.
De 35 savonneries avant la Nakba en 1948, il n’en reste plus que trois actuellement, après les destructions de l’armée israélienne, l’étranglement de l’économie palestinienne par les bouclages incessants, les difficultés de circulation et d’exportation, y compris vers la Jordanie.


Achetez le savon de Naplouse de Darna dans notre boutique

Achetez le savon de Naplouse dans notre boutique


FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Arrêtez de comparer Israël à l’Afrique du Sud de l’apartheid ; c’est pire Par Thembisa Fakude

    Il est courant de nos jours de comparer le racisme institutionnel d’Israël et son occupation de la Palestine à l’apartheid sud-africain. Jusqu’à un certain point, c’est une comparaison raisonnable. Jusqu’à un certain point. Malgré toutes ses horreurs et sa brutalité, le régime d’apartheid en Afrique du Sud n’a jamais utilisé d’avions de chasse et d’artillerie pour bombarder les personnes opprimées vivant dans les townships. Israël l’a fait, et continue de le faire. C’est maintenant devenu presque une (...)

  • Gaza : la librairie al-Mansour, temple des livres de l’enclave palestinienne, détruite par un bombardement israélien

    Dans la bande de Gaza, le site était considéré comme le temple des livres. C’était le lieu où les lycéens pouvaient trouver un manuel scolaire, les plus pratiquants leur coran et les esprits bohèmes des traductions de Dostoïevski en arabe. Mais mardi dernier, 18 mai, la librairie al-Mansour a été réduite en poussière.
    « Il y a 100 000 livres sous ces ruines »
    Vers 5H00 du matin, Samir al-Mansour, son propriétaire, était chez lui et regardait les chaînes d’info arabes lorsqu’il a appris qu’un (...)

  • Médias détruits à Gaza : RSF demande à la procureure de la CPI de déterminer si ces bombardements constituent des crimes de guerre

    Depuis une semaine, les locaux de 23 médias locaux et internationaux ont été détruits par des frappes aériennes israéliennes ciblées. Les derniers bombardements en date ont détruit, samedi 15 mai, les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press (AP) et de la chaîne qatarie Al-Jazeera. L’armée israélienne justifie ces frappes en expliquant que des équipements du "renseignement militaire" du Hamas, le mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, se trouvaient dans les immeubles visés. (...)