Amis des arts et de la culture de Palestine

Le Mouvement Israélo-Palestinien pour la Non Violence en tournée de témoignages aux Etats-Unis du 14 octobre au 15 novembre 2005.

Le Mouvement Israélo-Palestinien pour la Non Violence en tournée de témoignages aux Etats-Unis du 14 octobre au 15 novembre 2005.

Lors de cette tournée, organisée par la branche américaine du Mouvement de Solidarité Internationale (ISM), Ayed Morrar, Palestinien de Cisjordanie, et Jonathan Pollak, activiste pour la paix de Tel Aviv, parleront de la Résistance Non Violente en Palestine.
Ils passeront par New York, la Caroline du Nord, Washington D.C., Chicago, Los Angeles, la région de la Baie de San Francisco, Seattle et Olympia (état de Washington), le Michigan, le Minnessota, la Floride et enfin Philadelphia.

Ayed et Jonathan sont amis, et comptent parmi les figures de proue de la lutte non violente mené par les Palestiniens contre l’occupation israélienne. Ayed vient de Budrus, village de Cisjordanie dont il est un des hommes de tête. Avec Jonathan, activiste israélien de Tel Aviv, ils se battent pour promouvoir une nouvelle vision de la collaboration entre Palestiniens et Israéliens, basée sur le respect des droits de l’homme, sans discrimination raciale ni religieuse.

Alors même que les gouvernements du monde voient dans le retrait des troupes israéliennes de Gaza un pas vers la paix, ce dont ils félicitent M. Sharon, et exigent que l’Autorité Palestinienne réprime sévèrement toute résistance armée à l’occupation, les activistes qui, comme Ayed et Jonathan, vivent sur le terrain, dénoncent la répression israélienne de plus en plus brutale contre les activistes palestiniens et israéliens qui luttent, sans recours à la violence, contre l’intensification de la colonisation en Cisjordanie.

Des milliers de Palestiniens et des centaines d’Israéliens font entendre les voix pacifistes des deux peuples en menant une campagne de résistance de première importance, mais largement passée sous silence par les média, contre la construction du Mur. Fermiers, ouvriers, mères et étudiants palestiniens, rejoints par des volontaires israéliens et internationaux, tentent de bloquer la construction du Mur de leur corps, en bravant les gaz lacrymogènes, les passages à tabac, les balles, les arrestations et parfois même, la mort. En 2004, la Cour Internationale de Justice a déclaré que le Mur constituait une violation au droit international car son tracé passe en plein dans les Territoires, s’appropriant ainsi des terres palestiniennes et démolissant des villages pour libérer le terrain nécessaire à l’installation des futures colonies israéliennes.

En 2003-2004, la non violence a remporté une victoire contre les militaires israéliens grâce à l’action menée par le village de Budrus, sous l’égide d’Ayed. Après une campagne de cinquante manifestations, les habitants du village sont parvenus à repousser le tracé du Mur hors des terres du village, jusqu’à la Ligne Verte. Jours après jour, les hommes, femmes et enfants de Budrus ont empêché la destruction de leurs terres et la construction du Mur en se posant en boucliers humains devant les bulldozers, en dépit des menaces des soldats israéliens.

Au cours de cette campagne, des centaines d’habitants ont été blessé par les matraques, le gaz lacrymogène et les balles de plomb recouvertes de caoutchouc, employés par les soldats. Ayed a été emprisonné huit jours par les autorités israéliennes, qui ont fini par le relâcher devant le tollé international que l’affaire a produit, et parce que son seul tort avait été d’organiser des manifestations non violentes. Deux des frères d’Ayed ont également été arrêtés pour avoir organisé des manifestations, mais ont finalement été relâchés.

La résistance de Budrus a été soutenue par des activistes de ISM et des groupes israéliens comme celui des Anarchistes Contre le Mur. La stratégie et les succès de Budrus ont depuis servi de modèles pour d’autres communautés palestiniennes qui tentent de résister sans violence à l’occupation militaire israélienne et à la confiscation des terres palestiniennes. Ayed continue de travailler avec d’autres communautés et organisations pour encourager le développement d’une stratégie de résistance non violente plus large.

Jonathan fut un des premiers Israéliens à commencer, en 2002, à manifester
régulièrement en Cisjordanie aux côtés de Palestiniens et d’internationaux contre la construction du Mur. Il est un des fondateurs du mouvement israélien des Anarchistes Contre le Mur, qui a joué un rôle fondamental ces deux dernières années dans leur soutien aux Palestiniens lors de manifestations non violentes.

Depuis 2002, Jonathan a participé à plus de 200 manifestations en Cisjordanie, et mobilisé des centaines d’Israéliens dans la lutte, aux côtés des Palestiniens, contre le Mur et l’Occupation, ce qui l’amené à être emprisonné à plusieurs reprises par les autorités israéliennes. En avril 2005, lors d’une manifestation sans heurts dans le village de Bila’in, il a été touché à la tête par une bombe lacrymogène tirée d’un fusil M16, par un soldat israélien posté à quarante mètres de là. Hémorragie interne et 23 points de suture. Jonathan fait de fréquentes apparitions dans les média israéliens pour parler des manifestations en Cisjordanie et de la résistance non violente.

Malgré les efforts du gouvernement israélien pour les faire taire, Ayed, Jonathan et leurs collègues palestiniens, israéliens et internationaux sont déterminés à poursuivre leur campagne non violente contre l’occupation israélienne et la négation des droits du peuple palestinien.

La tournée américaine de Témoignages sur la Résistance Non Violente est organisée par ISM-USA, le réseau américain de groupes de soutien au Mouvement de Solidarité Internationale en Palestine. ISM est un mouvement organisé par des Palestiniens pour résister à l’occupation de la terre de Palestine en menant une action directe et non violente.

Pour plus d’informations sur la tournée et sur ISM : http://www.palsolidarity.org/main/speaking-tour/resources/

Programme de la tournée :

• 14-16 octobre : New York City

• 17-18 octobre : Caroline du Nord

• 20-21 octobre : Washington DC

• 22-23 octobre : Chicago

• 24-26 octobre : Los Angeles
• 27 octobre- 1er novembre : région de la Baie de San Francisco (Palo Alto, Oakland, San Francisco, Berkeley)

• 3-4 novembre : Seattle

• 5-7 novembre : Michigan

• 8-11 novembre : région de Minneapolis

• 12-13 novembre : Floride (Miami, Gainsville)

• 14 novembre : Philadelphia

• 15 novembre : Poughkeepsie, New York



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Un texte d’Eléonore Bronstein, en soutien à Mohamad Bakri, réalisateur du film "Jénine Jénine" :

    "Modestement, je voudrais exprimer toute ma solidarité avec Mohammad Bakri convoqué aujourd’hui devant un tribunal israélien suite à une plainte d’un ancien soldat d’élite pour diffamation.
    Le tort de Mohammad ? (en plus d’être Palestinien, je veux dire) : avoir réalisé, il y a presque 20 ans, un film documentaire intitulé " Jénine Jénine" dans lequel il exposait des témoignages de survivant.e.s du massacre israélien du camp pendant la répression de la seconde Intifada.
    Il est, depuis, harcelé, empêché de (...)

  • Quand Bla-Bla Car propose des assurances AXA !

    Merci à François, un lecteur qui nous informe qu’il a reçu en tant que conducteur pratiquant le bla-bla car, une proposition qu’il a déclinée dans ces termes :
    "Nous faisons souvent du covoiturage et j’ai reçu ce matin un mail de Bla-Bla Car me proposant une assurance "très intéressante" pour les gentils conducteurs comme moi, sponsorisée par AXA !!
    Voici ce que je leur ai répondu :
    "Avant qu’AXA puisse proposer son assurance pour les conducteurs utilisant Bla-bla Car, il faudrait qu’AXA cesse son (...)

  • Tour de France pour sensibiliser les Chrétiens au sort des Palestiniens

    Une initiative originale : un tour de France, avec un prêtre palestinien et un directeur d’école chrétienne de Palestine, est organisé du 24 au 30 janvier, à l’initiative d’Alain Duphil diacre à Toulouse, et président de l’association Une fleur pour la Palestine.
    "Nous souhaitons, avec 10 conférences, 8 messes, 3 émissions de radio et un certain nombre de rencontres, faire connaître la situation très difficile des chrétiens de Palestine du fait de l’occupation militaire israélienne et de la colonisation (...)