Amis des arts et de la culture de Palestine

Le 1er mai 2022 pour les travailleurs palestiniens : Souffrance permanente, colonisation ,occupation et apartheid.

Souffrance permanente, colonisation ,occupation et apartheid.

Dans une conjoncture particulière et un contexte difficile, marqué notamment par la poursuite de l’occupation, le maintien de la colonisation et les mesures atroces de l’occupation que les travailleurs palestiniens célèbrent la journée mondiale du travail, ce premier mai 2022.

Les travailleurs palestiniens, en souffrance au quotidien à cause de la colonisation qui avale chaque jours les terrains appartiennent aux Palestiniens , de l’occupation et ses pratiques inhumaines et criminelles contre toute une population civile, célèbrent cette journée alors que règnent pauvreté, chômage, crise sanitaire et absence de perspectives, en Cisjordanie et plus encore dans la bande de Gaza.

En dépit de tous ces dispositifs inhumains infligés par les bottes d’une armée coloniale déferlant la misère et toutes leurs calamités qui nous paralysent, empêchant notre sérénité de fleurir en toute liberté, le peuple palestinien n’a point cédé, il n’a jamais cessé de nourrir le besoin de se libérer du joug venimeux de l’oppresseur, vivant dans sa survie pour reprendre les rênes de sa liberté.?

Et pendant que trône le silence de la communauté internationale officielle vis-à-vis des arrestations, de l’emprisonnement arbitraire, des attaques sanglantes, des offensives militaires, de l’injustice, de la spoliation et la destruction des maisons et infrastructures palestiniennes.

Très engagés en première ligne et d’une patience exemplaire pendant cette situation exceptionnelle, les travailleurs persistent à œuvrer au cœur du conflit. Ils exercent un rôle crucial dans notre société de sorte que les futures générations accèdent à un plus brillant avenir.

Le nombre total des travailleurs palestiniens est estimé à un million de personnes, , dont plus de 665 ?000 s’activent dans le secteur privé, parmi eux 630 .000 en Cisjordanie occupée, 259.000 dans la bande de Gaza, et 145.00 dans les usines et les champs de l’occupation.

Au mépris de la colonisation, de l’apartheid et de l’occupation, es travailleurs palestiniens sont réputés pour leur résistance, leur attachement à leur patrie, leur volonté, leur détermination, leur patience, leur dignité, leur lutte sans relâche, leur persévérance et leur courage contre les attaques sanglantes répétées des colons et soldats israéliens.

Ils sont exploités par des discriminations raciales, leurs employeurs israéliens profitent de ce contexte et refusent de leurs accorder une assurance. Ils sont sous rémunérés vis-à-vis des travailleurs israéliens. Possédant une protection minimale, les travailleurs palestiniens sont obligés de payer les contributions de la sécurité sociale et les frais d’adhésion au syndicat des travailleurs israéliens, sans y être représentés.

L’armée de l’occupant israélienne harcèle les travailleurs palestiniens, au passage des check-points en les humiliant, les blessant physiquement et les assassinant lâchement,

Le ministère palestinien du travail a indiqué que 40 travailleurs palestiniens sont morts sur leurs lieux de travail dans les champs et usines de l’occupation.

Dans son bulletin de fin mars 2022, le bureau des Statistiques palestiniennes, confirme que le PIB a diminué de 5 %, et que les pertes économiques dans les territoires palestiniens, dépassent un milliard de dollars pour les premiers semestres 2022.

La Chambre de commerce et d’industrie de Gaza, a montré que tous les secteurs économiques dans cette région sous blocus israélien ont été paralysés avec une baisse de 60 % du pouvoir d’achat chez les Palestiniens de Gaza après la dernière offensive militaire de mai 2021. Par conséquent, le nombre de personnes qui dépendent des aides nationales et internationales a augmenté de 20 %. Le taux de chômage dépasse les 43 % en Cisjordanie et les 67 % dans la bande de Gaza, avec plus de 72 % des Palestiniens qui vivent en dessous du seuil de la pauvreté.

Malgré les chiffres catastrophiques, d’une vie économique paralysée à cause de la fermeture des frontières et de l’enfermement de toute une population civile dans une prison à ciel ouvert. Les travailleurs palestiniens qu’ils soient en Cisjordanie, dans la bande de Gaza, dans les territoires de 1948, où en l’exil, ils sont plus que jamais déterminés, ils espèrent comme toute notre population, des lendemains de changement, de liberté et de justice.

Le peuple palestinien célèbre cette journée mondiale du travail avec une singulière pensée pour les travailleurs détenus dans les prisons israéliennes et, pour ceux de Cisjordanie, ensemble ces travailleurs prisonniers illégalement défient l’occupation, la colonisation, le mur de la honte et les check-points, ainsi que le blocus inhumain imposé depuis plus de 15 ans par le joug de l’oppresseur.

Une pensée particulière pour tous les travailleurs palestiniens assassinés par les colons et les soldats israéliens sur leurs lieux de travail, devant le mur d’apartheid, dans les barrages militaires et dans les manifestations pacifiques contre la confiscation de leurs Terres. Une pensée pour nos travailleurs qui subissent les humiliations israéliennes dans d’interminables files d’attente aux check-points, pour se rendre sur leur lieu de travail dans l’espoir de faire vivre dignement leurs familles.

Une pensée pour nos citoyens qui sont depuis des années sans emploi en raison des dispositifs barbares israéliens et antidémocratiques, contre un peuple qui affronte une réalité dure et qui n’arrive pas à répondre aux besoins de leurs enfants.

Un grand hommage à nos travailleurs, à nos syndicats, à tous les ouvriers, artisans, pêcheurs, paysans et fonctionnaires pour leur patience, pour leur combat, pour leur détermination et leur lutte pour la dignité. Un grand hommage à nos travailleurs assassinés et blessés brutalement par les colons et les soldats israéliens sur leur terre et leurs lieux de travail.

Merci à tous les solidaires, les syndicats et les travailleurs du monde entier qui célèbrent ce premier mai 2022, avec des drapeaux palestiniens et des banderoles en saluant le courage, la détermination et la résistance des travailleurs palestiniens, hurlant avec un héroïsme sans failles la levée du blocus israélien contre la bande de Gaza, la fin de la colonisation, de l’occupation, de l’apartheid, et l’application du droit international.

Les travailleurs palestiniens fêtent le 1er Mai dans le sang, les larmes et la douleur, ils résistent en souffrance permanente depuis des décennies contre la colonisation, ils sont conscients que le chemin est encore très long pour obtenir leurs droits avec la décolonisation de tous les territoires palestiniens.

Les travailleurs palestiniens n’abdiqueront jamais pour que la Palestine vive libre et souveraine sur sa terre.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Oui, la résolution parlementaire sur l’apartheid israélien est justifiée, et opportune !

    La résolution « condamnant l’institutionnalisation par Israël d’un régime d’apartheid à l’encontre du peuple palestinien » proposée par 38 député.e.s de la NUPES est une initiative courageuse et justifiée. Elle doit être saluée pour cela, et elle ne tombe pas « au mauvais moment ». Bien au contraire, elle est un premier pas pour permettre à la Gauche française de sortir enfin du déni et reconnaître aux droits nationaux des Palestiniens la même valeur qu’à ceux des Israéliens juifs.
    Elle est parfaitement (...)

  • Lettre de Salah Hamouri à Emmanuel Macron, depuis la cellule n°4 de la prison d’Ofer

    Depuis la cellule n°4 de la prison d’Ofer, Salah Hamouri, actuellement en détention administrative adresse une lettre ouverte à Emmanuel Macron à l’occasion de la Fête nationale française.
    Monsieur le Président de la République,
    Je vous écris cette lettre à l’approche du 14 juillet, cette date qui a changé la face du monde en portant les valeurs d’humanité et de démocratie, et qui a donné à la République française sa devise : « liberté, égalité, fraternité ».
    Des normes et des valeurs humaines résultant (...)

  • Ben & Jerry’s poursuit en justice sa maison-mère afin de geler les ventes en Israël

    Ben & Jerry’s poursuit en justice sa maison mère Unilever, pour bloquer la vente de sa marque et de ses droits en Israël à une compagnie israélienne qui vend ses produits dans les colonies de Cisjordanie occupée.
    Le fabricant de glaces demande aussi à un tribunal fédéral de New York qu’il lance une injonction d’urgence pour arrêter le transfert de tout actif de Ben & Jerry’s à AQP, l’entreprise israélienne, et à son propriétaire, Avi Zinger.
    Cette initiative est un nouveau coup porté à ce (...)