Amis des arts et de la culture de Palestine

La nouvelle carte de l’ONU montre la réalité en Cisjordanie

Une nouvelle carte de la Cisjordanie, 40 ans après sa conquête par Israel au cours de la Guerre des Six Jours, donne la toute dernière image qui fait autorité d’un territoire dans lequel 2 millions et demi de Palestiniens sont confinés dans des dizaines d’enclaves séparées par des routes, des colonies, des barrières et des zones militaires israéliennes.

Nouvelle carte de la Cisjordanie publiée par l’ONU. En rouge, les secteurs interdits ou à l’accès limité pour les Palestiniens

Réalisée par le Bureau de Coordination aux Affaires Humanitaires des Nations Unies, elle est basée sur une importante observation sur le terrain ainsi que sur une analyse des images satellites.

Elle fournit une image globale qui, selon les officiels est bien plus complète que des cartes dessinées par les militaires israéliens.

L’impact de l’infrastructure civile et militaire israélienne a pour but est d’interdire aux Palestiniens 40% de leur territoire, qui représente à peu près la taille de l’Etat du Delaware aux Etats-Unis ou du Comté anglais du Norfolk (ndt : ou d’un département français).

Le reste du territoire, dont les principaux centres comme Naplouse et Jéricho, est divisé en coupé en secteurs isolés. Le déplacement entre eux est limité par 450 barrages routiers et 70 checkpoints contrôlés par des soldats armés. Les cartographes de l’ONU se sont concentrés sur les terres réservées aux colonies juives, aux routes réservées pour l’accès des colons, à la barrière de Séparation de Cisjordanie, aux zones militaires fermés et aux réserves naturelles.

Ce qui reste est un secteur d’habitations remarquablement proche du territoire réservé à la population palestinienne dans les propositions de sécurité israéliennes remontant à l’après-guerre de 1967. Le processus d’enfermement des enclaves civiles s’est accéléré au cours des années suite au soulèvement palestinien en 2000 et de la réintroduction par Israel de sa loi militaire même dans les secteurs précédemment sous contrôle des services de sécurité de l’Autorité Palestinienne. Un réseau des routes conçu pour faciliter le déplacement des colons juifs limite l’accès entre les enclaves palestiniennes. Un réseau secondaire en construction pourrait permettre un déplacement limité aux Palestiniens via des tunnels, des ponts et des fossés.

Les diplomates disent que les changements de l’infrastructure pourraient formaliser la cantonisation de facto de la Cisjordanie. Environ 450.000 Israéliens habitent en Cisjordanie, dans Jérusalem-Est Occupé et les colonies se sont développées d’au moins 5.5% par an comparés aux 3% de développement pour les Palestiniens.

La carte est l’un des nombreux documents dont la publication coïncide avec l’anniversaire de la guerre de 1967 qui a eu lieu lundi. Amnesty, le groupe des droits de l’Homme, a publié un rapport qui accuse Israel de saisir la terre en Cisjordanie et a réclamé une action urgente pour examiner "les nombreux abus aux droits de l’homme commis sous l’occupation."

Le ministère israélien de la Justice a qualifié le rapport de "partial, immoral et criblé d’erreurs."

Source : The Financial Times 4 juin 2007
Traduction : MG pour ISM



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Arrêtez de comparer Israël à l’Afrique du Sud de l’apartheid ; c’est pire Par Thembisa Fakude

    Il est courant de nos jours de comparer le racisme institutionnel d’Israël et son occupation de la Palestine à l’apartheid sud-africain. Jusqu’à un certain point, c’est une comparaison raisonnable. Jusqu’à un certain point. Malgré toutes ses horreurs et sa brutalité, le régime d’apartheid en Afrique du Sud n’a jamais utilisé d’avions de chasse et d’artillerie pour bombarder les personnes opprimées vivant dans les townships. Israël l’a fait, et continue de le faire. C’est maintenant devenu presque une (...)

  • Gaza : la librairie al-Mansour, temple des livres de l’enclave palestinienne, détruite par un bombardement israélien

    Dans la bande de Gaza, le site était considéré comme le temple des livres. C’était le lieu où les lycéens pouvaient trouver un manuel scolaire, les plus pratiquants leur coran et les esprits bohèmes des traductions de Dostoïevski en arabe. Mais mardi dernier, 18 mai, la librairie al-Mansour a été réduite en poussière.
    « Il y a 100 000 livres sous ces ruines »
    Vers 5H00 du matin, Samir al-Mansour, son propriétaire, était chez lui et regardait les chaînes d’info arabes lorsqu’il a appris qu’un (...)

  • Médias détruits à Gaza : RSF demande à la procureure de la CPI de déterminer si ces bombardements constituent des crimes de guerre

    Depuis une semaine, les locaux de 23 médias locaux et internationaux ont été détruits par des frappes aériennes israéliennes ciblées. Les derniers bombardements en date ont détruit, samedi 15 mai, les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press (AP) et de la chaîne qatarie Al-Jazeera. L’armée israélienne justifie ces frappes en expliquant que des équipements du "renseignement militaire" du Hamas, le mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, se trouvaient dans les immeubles visés. (...)