Amis des arts et de la culture de Palestine

La Palestine aux Oscars 2021

Au moment où certains pays arabes n’ont pas encore choisi le film qui va les représenter aux Oscars, la Palestine a choisi le film « Gaza mon amour », (en référence à Hiroshima mon amour) le dernier film des deux réalisateurs palestiniens Arab et Tarzan Nasser pour représenter leur pays à la 93e cérémonie des Oscars dans la catégorie meilleur film en langue étrangère. C’est la 13e fois que la Palestine est représentée aux Oscars, ce qui est important pour un pays en conflit qui ne possède pas d’industrie ni d’institution de cinéma
Un Long métrage 87’ de Tarzan Nasser, Arab Nasser

Produit par Les Films du Tambour

Année de production : 2020

Sophie Dulac Distribution

Réalisateurs (2)
Tarzan Nasser
Arab Nasser

Avec : Salim Daw, Hiam Abbass, Maisa Abd Elhadi, George Iskandar, Hitham Al Omai, Manal Awad

Photo : Affiche du film Gaza Mon Amour
Source : Ana Arab via Facebook

Le film Gaza Mon Amour fera partie de la sélection officielle de la Mostra de Venise, l’un des cinq plus grands festivals de film au monde, qui se déroulera en septembre 2020.

Synopsis :

Issa, un pêcheur de soixante ans, est secrètement amoureux de Siham, une femme qui travaille comme couturière au marché. Finalement déterminé à proposer, Issa découvre une ancienne statue d’Apollon dans son filet de pêche, qu’il décide de cacher chez lui. Quand les autorités locales découvrent l’existence de ce mystérieux trésor, les ennuis commencent pour Issa. Parviendra-t-il à déclarer son amour à Siham ?

Tarzan et Arab Nasser sont deux frères palestiniens nés à Gaza. Un an suivant leur naissance, les derniers cinémas à Gaza ont dû fermer. C’est après avoir été diplômés des Beaux-Arts de l’université Al-Aqsa, que les deux hommes ont développé leur passion pour le cinéma.

Ce long métrage n’est pas le seul film à succès réalisé par les frères Nasser. À ce jour, les deux frères jumeaux comptent trois long métrages en plus à leur actif ; dont Dégradé (2016) sorti en salle en France qui marque la première coproduction officielle entre la France et la Palestine et Apollo (2019).

En 2010, ils écrivent, produisent et réalisent leur premier court-métrage, Colourful Journey, nominé au Festival du film de Rotterdam en 2012. Condom Lead est leur deuxième court-métrage, sélectionné au Festival de Cannes en mai 2013. Le film raconte l’intimité perturbée d’un couple pendant la guerre. En 2013, ils écrivent et réalisent Apartment 10/14, un court-métrage qui a également été nominé au Festival international du Film de Dubaï en 2014.

Gaza Mon Amour (2020) / Fiction / Arabe / 1h25

« Gaza mon amour » raconte l’histoire d’un pêcheur célibataire d’une soixantaine d’années à Gaza, secrètement amoureux d’une femme couturière dans le marché où il la croise régulièrement. Un jour, il tombe sur une statue antique d’Apollon dans son filet de pêche, qu’il cache chez lui. Quand les autorités locales découvrent l’existence de ce trésor, les ennuis commencent pour le pêcheur. L’histoire est inspirée d’un fait divers : la découverte d’une statue antique d’Apollon qui fut l’objet du documentaire de Nicolas Wadimoff L’Apollon de Gaza (2018). « Gaza mon amour » est le troisième film des frères Nasser. En mai 2013, leur court-métrage « Condom Lead » est le premier film palestinien à être montré en compétition officielle au festival de Cannes. « Dégradé », leur premier long métrage est sélectionné en compétition à la Semaine de la Critique. Le film traverse l’humanité attendrissante des personnages incarnés avec tendresse et délicatesse par Salim Daw et Hiam Abbass. les frères Nasser sont d’excellents directeurs d’acteurs. Ils dressent un portrait pétri d’humanité de Gaza à l’époque actuelle, où l’on peut rire et envisager d’aimer sans que le conflit israélo-palestinien gâche le goût de vivre du quotidien. Le ton privilégie l’humanité des personnages en même temps qu’un portrait chargé d’amour de la ville natale des frères jumeaux cinéastes. La peinture a beau privilégier des couleurs grises, le quotidien n’en est pas moins chaleureux, porté par l’espoir de belles rencontres où tout est possible à l’instar de l’histoire de la rencontre entre Issa et Siham



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • « PayPal collabore avec l’Anti-Defamation League, un important groupe de pression israélien, pour enquêter sur la manière dont les « mouvements extrémistes et haineux » collectent des fonds.

    Et avec les efforts de grande envergure de ce groupe de pression pour étiqueter le soutien aux droits des Palestiniens comme une forme de fanatisme anti-juif, cela pourrait être un autre moyen pour le secteur privé de censurer et d’entraver les militants antiracistes afin de protéger Israël.
    L’ADL se fait passer pour un groupe de défense des droits civiques tout en sapant systématiquement les mouvements de justice sociale et a ainsi dénoncé à plusieurs reprises les militants noirs pour avoir exprimé (...)

  • FESTIVAL DE CANNES : LETTRE D’ARTISTES PALESTINIENS CONCERNANT LEUR REFUS DE PARTICIPER AU FESTIVAL

    Nous, l’équipe de tournage du film ‘Let It Be Morning’ souhaitons faire le communiqué suivant concernant notre décision de ne pas participer au festival de Cannes :
    Nous soutenons notre ami et camarade Eran Kolirin et nous sommes fiers d’avoir participé au projet de film inspiré du roman éponyme de Sayed Kashua ‘Let It Be Morning’. Nous sommes heureux que le film ait été sélectionné à Cannes.
    Ce film est le fruit d’une production collective qui décrit “l’état de siège” que nous vivons comme l’a écrit le (...)

  • La NAKBA continue

    Ayaled Shaked demande l’expulsion de Salah Hamouri
    Le 30 juin 2021, la ministre de l’Intérieur israélienne a annoncé sur les réseaux sociaux avoir signé la révocation du titre de résidence à Jérusalem de Salah Hamouri.
    Cette décision de l’actuelle ministre de l’Intérieur israélienne met à exécution ce que son prédécesseur avait déjà réclamé en septembre 2020. Cette mesure entraînerait une expulsion définitive et l’impossibilité pour Salah de vivre à Jérusalem mais également en Palestine, c’est à dire l’exil (...)