Amis des arts et de la culture de Palestine

La Haute Cour de justice israélienne : un leurre, dénonce Gideon Levy

Dans un article intitulé "Où a été la Haute Cour de justice jusqu’ici ?", Gidéon Levy s’attaque à ceux qui essaient de faire passer cette dernière pour un parangon de justice et Israël pour une démocratie.

"La Haute Cour de justice est l’un des stratagèmes les plus intelligents d’Israël. Rien ne vaut la Haute Cour pour incarner Israël tel qu’il souhaite être vu : éclairé, constitutionnel, démocratique.
La Haute Cour est son Dôme de fer en matière de démocratie. S’il y a des injustices, la Haute Cour les réparera. Comme la Haute Cour est charmante, comme nous sommes charmants. Yitzhak Rabin aurait peut-être rêvé d’un pays sans Haute Cour, mais la Haute Cour ne l’a pas empêché de faire quoi que ce soit, y compris l’expulsion criminelle de 415 activistes du Hamas au Liban, et l’aura du phare de la justice et des Lumières n’a fait que se renforcer.
La guerre menée contre la Haute Cour ces dernières années par la droite n’a fait qu’ajouter à l’illusion : "c’est une guerre pour la démocratie que l’ennemi de droite cherche à détruire, alors qui sinon la Haute Cour nous sauvera ?"
Il en va de même des commentaires accompagnant les audiences de la Haute Cour sur Benjamin Netanyahou : Nous avons une démocratie glorieuse, Netanyahou souhaite la détruire, la Haute Cour est censée l’arrêter. Les yeux du camp libéral sont maintenant levés vers les juges masqués, attendant le salut.
C’est de l’auto-tromperie. Même à Pretoria à l’époque de l’apartheid, il y avait une Cour suprême. Il y a même eu des élections démocratiques. Quelqu’un a-t-il pensé à appeler le régime sud-africain une démocratie ? L’Afrique du Sud était également un État de droit, mais de quel type de loi s’agissait-il ? En Israël, une lutte est en train d’être menée "pour la démocratie" - ce n’est peut-être pas vraiment une lutte, et ce n’est certainement pas pour la démocratie. Quand comprendra-t-on que si 4,5 millions de personnes vivent depuis des décennies sans droits en vertu de la tyrannie d’un autre État, cet État ne peut pas être qualifié de démocratie ? Il n’existe tout simplement pas une telle démocratie.
Israël est une démocratie tout comme l’Afrique du Sud était auparavant une démocratie. L’apartheid n’a pas été inscrit dans la loi ici, mais la voie a été pavée - grâce en partie à la Haute Cour. La Haute Cour n’arrêtera pas le glissement vers l’apartheid comme elle n’a pas arrêté l’occupation.
Étonnamment, cette grande façade morale et juridique suscite encore des attentes libérales. Sur quelle base ? Des précédents passés ? Maintenant, on s’attend à ce que les juges de Jérusalem sauvent Israël de l’abîme juridique et moral où le système politique est arrivé. Mais ce n’est pas la démocratie qui est aux portes de la Cour - cette démocratie est de toute façon douteuse et l’accord de coalition ne la détruira certainement pas.
La plupart des personnes qui brandissent maintenant des drapeaux noirs et attendent le salut de la Haute Cour ne sont pas descendues dans la rue avec les mêmes drapeaux lorsque la Haute Cour a autorisé et blanchi les crimes de guerre. Maintenant, vous élevez vos voix ? Trop tard. La Haute Cour est déjà corrompue. La cour, qui n’a jamais osé exprimer son opinion sur les colonies, par exemple, ne trouvera pas le courage de décider qu’une personne mise en accusation ne peut pas être Premier ministre.
Pourquoi défendre la Haute Cour ? Pour qu’elle autorise de nouveaux actes de dépossession et de vol ? Plus de crimes de guerre ?"
Par Gideon Levy
Source : Haaretz

Traduction : CAPJPO-EuroPalestine

Documents à télécharger

  Article en Arabe


FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Comment les fouilles archéologiques d’Israël participent à la réécriture de l’histoire à Jérusalem

    Les tunnels sous Jérusalem visent à impulser un récit exclusivement juif sur la ville tout en mettant en danger la vie de Palestiniens, disent les critiques. Un marteau à la main, David Friedman, ambassadeur des États-Unis en Israël, a ouvert la voie lors de l’inauguration du tunnel dit « Chemin des Pèlerins » en juin 2019.
    Tout de suite au sud de l’esplanade de la mosquée Al-Aqsa dans Jérusalem-Est occupée, le tunnel, d’environ 850 mètres de long et huit mètres de large, passe à trois ou quatre mètres (...)

  • archéologie : vol d’un baptistère chrétien datant du VIe siècle près de Bethléem

    Des images vidéo postées en ligne par le Département de la diplomatie et de la politique publiques de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) montrent les forces israéliennes escortant un gros camion à plateau depuis la ville de Tuqua, dans le district de Bethléem en Cisjordanie occupée.
    L’objet en question, un artefact rare et ancien qui remonte à l’époque byzantine, était utilisé comme fonts baptismaux. (la photo ci-jointe date de 1940) Il s’agit de l’une des trois reliques connues de ce (...)

  • Des personnalités culturelles palestiniennes arrêtées par l’occupation israélienne, des institutions culturelles envahies

    Le mercredi 22 juillet, les forces d’occupation israéliennes ont attaqué le Centre culturel Yabous à Jérusalem, un centre actif pour les arts culturels et du spectacle, en saccageant des dossiers et en saisissant des biens appartenant au centre ; elles ont enlevé la directrice du Centre culturel Yabous, Rania Elias, de son domicile ainsi que son mari, Suhail Khoury, le directeur de l’Institut national de musique. Les forces d’occupation ont également attaqué le domicile du Jerusalem Arts Network, (...)