Amis des arts et de la culture de Palestine

La Haute Cour de justice israélienne : un leurre, dénonce Gideon Levy

Dans un article intitulé "Où a été la Haute Cour de justice jusqu’ici ?", Gidéon Levy s’attaque à ceux qui essaient de faire passer cette dernière pour un parangon de justice et Israël pour une démocratie.

"La Haute Cour de justice est l’un des stratagèmes les plus intelligents d’Israël. Rien ne vaut la Haute Cour pour incarner Israël tel qu’il souhaite être vu : éclairé, constitutionnel, démocratique.
La Haute Cour est son Dôme de fer en matière de démocratie. S’il y a des injustices, la Haute Cour les réparera. Comme la Haute Cour est charmante, comme nous sommes charmants. Yitzhak Rabin aurait peut-être rêvé d’un pays sans Haute Cour, mais la Haute Cour ne l’a pas empêché de faire quoi que ce soit, y compris l’expulsion criminelle de 415 activistes du Hamas au Liban, et l’aura du phare de la justice et des Lumières n’a fait que se renforcer.
La guerre menée contre la Haute Cour ces dernières années par la droite n’a fait qu’ajouter à l’illusion : "c’est une guerre pour la démocratie que l’ennemi de droite cherche à détruire, alors qui sinon la Haute Cour nous sauvera ?"
Il en va de même des commentaires accompagnant les audiences de la Haute Cour sur Benjamin Netanyahou : Nous avons une démocratie glorieuse, Netanyahou souhaite la détruire, la Haute Cour est censée l’arrêter. Les yeux du camp libéral sont maintenant levés vers les juges masqués, attendant le salut.
C’est de l’auto-tromperie. Même à Pretoria à l’époque de l’apartheid, il y avait une Cour suprême. Il y a même eu des élections démocratiques. Quelqu’un a-t-il pensé à appeler le régime sud-africain une démocratie ? L’Afrique du Sud était également un État de droit, mais de quel type de loi s’agissait-il ? En Israël, une lutte est en train d’être menée "pour la démocratie" - ce n’est peut-être pas vraiment une lutte, et ce n’est certainement pas pour la démocratie. Quand comprendra-t-on que si 4,5 millions de personnes vivent depuis des décennies sans droits en vertu de la tyrannie d’un autre État, cet État ne peut pas être qualifié de démocratie ? Il n’existe tout simplement pas une telle démocratie.
Israël est une démocratie tout comme l’Afrique du Sud était auparavant une démocratie. L’apartheid n’a pas été inscrit dans la loi ici, mais la voie a été pavée - grâce en partie à la Haute Cour. La Haute Cour n’arrêtera pas le glissement vers l’apartheid comme elle n’a pas arrêté l’occupation.
Étonnamment, cette grande façade morale et juridique suscite encore des attentes libérales. Sur quelle base ? Des précédents passés ? Maintenant, on s’attend à ce que les juges de Jérusalem sauvent Israël de l’abîme juridique et moral où le système politique est arrivé. Mais ce n’est pas la démocratie qui est aux portes de la Cour - cette démocratie est de toute façon douteuse et l’accord de coalition ne la détruira certainement pas.
La plupart des personnes qui brandissent maintenant des drapeaux noirs et attendent le salut de la Haute Cour ne sont pas descendues dans la rue avec les mêmes drapeaux lorsque la Haute Cour a autorisé et blanchi les crimes de guerre. Maintenant, vous élevez vos voix ? Trop tard. La Haute Cour est déjà corrompue. La cour, qui n’a jamais osé exprimer son opinion sur les colonies, par exemple, ne trouvera pas le courage de décider qu’une personne mise en accusation ne peut pas être Premier ministre.
Pourquoi défendre la Haute Cour ? Pour qu’elle autorise de nouveaux actes de dépossession et de vol ? Plus de crimes de guerre ?"
Par Gideon Levy
Source : Haaretz

Traduction : CAPJPO-EuroPalestine

Documents à télécharger

  Article en Arabe


FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Christophe Oberlin : « L’avenir est à la judiciarisation de la question palestinienne »

    La nouvelle est tombée le 20 décembre 2019. La Procureure auprès de la CPI, Fatou Bensouda annonçait « qu’au terme d’un examen préliminaire approfondi, mené en toute indépendance et objectivité, de l’ensemble des renseignements fiables qui sont en la possession de son Bureau, ce dernier est parvenu à la conclusion que tous les critères définis dans le Statut de Rome pour l’ouverture d’une enquête étaient remplis ».
    L’enjeu de cette enquête ? « Les crimes présumés commis sur le territoire palestinien occupé, (...)

  • Déclaration sur l’antisémitisme et la question de Palestine

    Cent vingt-deux intellectuels et intellectuelles palestiniens et arabes répondent à la définition de l’antisémitisme promue par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste qui est utilisée, dans plusieurs pays d’Europe et d’Amérique, pour réprimer le soutien aux droits palestiniens. Cette Déclaration est publiée conjointement en arabe par Al-Quds (Londres) et Al-Ayyam (Ramallah), en hébreu par Haaretz (Tel-Aviv), en anglais par The Guardian (Londres), en allemand par Die Tageszeitung (Berlin) (...)

  • Appel au boycott des produits israéliens : quand le ministère français de la Justice refuse de distinguer entre des produits et des hommes

    Peut-on encore espérer des autorités françaises une attitude rationnelle au sujet des appels au boycott des produits israéliens ? On peut légitimement se poser la question à la lecture d’une récente dépêche du ministère de la justice.
    Dans son arrêt Baldassi du 11 juin 2020 condamnant la France [1], la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a jugé que l’appel au boycott des produits israéliens ne peut pas en soi constituer une infraction pénale : il est en effet couvert par la liberté d’expression (...)