Amis des arts et de la culture de Palestine

« La Cigogne » d’Akram Musallam

Dans un village de Palestine, un modeste enfant aux longues jambes grêles, aux épaules tombantes et au nez allongé se retrouve affublé par sa grand-mère d’un malencontreux sobriquet composé en arabe de deux segments identiques – laqlaq (“la cigogne”) –, sobriquet qui inoculera à l’enfant la manie d’en inverser les syllabes à l’infini. La vie du personnage sera à l’image de son nom : une suite absurde de séparations, de dislocations, de dédoublements, qui l’amèneront, comme un oiseau déboussolé, à ne plus savoir de quel côté de la ligne il se trouve.

Après L’Histoire du scorpion qui ruisselait de sueur, où il creusait la métaphore du vide et de l’absence, Akram Musallam nous offre un nouvel opus subtilement mené, dans lequel, explorant la figure de la frontière, il s’attache à déconstruire les logiques spatiales de la domination. Avec une ironie mordante, qui n’est pas sans rappeler celle de son compatriote Émile Habibi dans Les Aventures extraordinaires de Sa’îd le Peptimiste, il met à nu leurs effets sur la vie intime de gens paisibles et ordinaires – un grand-père attaché à ses oliviers et au souvenir des morts, une grand-mère espiègle, une vieille voisine diseuse de bonne aventure, son fils arriviste – que rien ne destinait à faire face à de telles équivoques ni de tels imbroglios.
Akram Musallam

Né en 1972 à Talfit, près de Naplouse, en Palestine, Akram Musallam a obtenu un diplôme en littérature arabe à l’université de Bir Zeit. Journaliste et reporter au quotidien Al-Ayyâm de Ramallah, il a publié deux romans, Hawâjis al-Iskandar (Les Tourments d’Alexandre, Ramallah, 2003) et Sîrat al-‘aqrab alladhî yatasabbabu ‘araqan (L’Histoire du scorpion qui ruisselait de sueur, Beyrouth, 2008 et Actes Sud/ Sindbad, 2010). Il a en outre participé à l’édition critique du journal de Khalîl al-Sakâkînî (Beyrouth, Institut des études palestiniennes). Il a obtenu le prix du roman de la Fondation Qattan pour L’Histoire du scorpion qui ruisselait de sueur.

Editions Actes Sud / Sinbad – La Bibliothèque arabe
Traduit de l’arabe (Palestine) par : Stéphanie DUJOLS

Dispo en ligne chez ormouz http://www.ormouz.com/produit/la-cigogne/



PROCHAIN RDV

FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • LE CHAR ET L’OLIVIER, UNE AUTRE HISTOIRE DE LA PALESTINE

    Bonjour,
    Nous sommes heureux de vous annoncer la sortie du film :
    LE CHAR ET L’OLIVIER, UNE AUTRE HISTOIRE DE LA PALESTINE France | 2019 | 1h41 | Couleur Un documentaire de Roland NURIER
    AU CINÉMA LE 6 NOVEMBRE 2019
    Dates à retenir : ? Mois du Film Documentaire du 1er au 30 Novembre 2019 ? Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien le 29 Novembre 2019
    Ce documentaire essentiel permet d’avoir un éclairage nécessaire sur l’histoire de la Palestine. Apprendre du passé pour (...)

  • Ilhan Omar, la députée américaine raconte ce qu’on ne l’a pas laissée voir

    "On ne m’a pas laissée rentrer, mais je vais vous raconter ce qu’on m’a empêchée de voir", a dit la parlementaire américaine Ilhan Omar, Interdite d’entrée en Israël, et donc en Palestine...
    L’élue au congrès américain n’a pas froid aux yeux, pas plus que sa langue dans sa poche. Difficile de l’intimider !
    Dans une série de tweets, elle a cité vendredi la longue liste des crimes commis par le gouvernement israélien à l’encontre des Palestiniens.
    “Soyons clairs, déclare-t-elle d’emblée. Le but de notre (...)

  • "Les efforts israéliens pour annuler L’exposition sur la Palestine s’avèrent être un échec épique

    La Palestine Expo, qui est le plus grand événement palestinien en Europe, a débuté samedi à l’Olympia, dans la capitale britannique, en dépit des tentatives fébriles israéliennes de l’annuler.
    L’événement, qui est une célébration de deux jours de la culture, de l’histoire et des arts palestiniens, a attiré plus de 15 000 visiteurs à ses débuts en 2017.
    Plusieurs journalistes, hommes politiques, défenseurs des droits de l’homme, professeurs et scientifiques ont participé à l’événement.
    Le petit-fils (...)