Amis des arts et de la culture de Palestine

L’université d’Artois décerne un diplôme Honoris Causa à la cinéaste palestinienne Annemarie Jacir

LE 30 septembre 2022 Amphithéâtre Winston Churchill, Arras

À l’occasion de son 30e anniversaire, l’université d’Artois organise une cérémonie de remise de diplômes Honoris Causa à :

Annemarie Jacir, réalisatrice palestinienne, est née en 1974 à Bethléem. Son court métrage Like twenty impossibles (2003) est le premier court métrage arabe à figurer dans la sélection officielle du festival de Cannes, et il est également finaliste aux Oscars. En 2008, elle fait partie de la sélection d’Un Certain Regard pour son premier long métrage, Le Sel de la mer. Son deuxième long métrage, When I saw you (2012), obtient de nombreuses récompenses à Berlin, Abu Dhabi, Amiens, Phoenix.

Elle s’impose très vite comme l’une des réalisatrices les plus reconnues du monde arabe. Elle a écrit, réalisé et produit seize films. Le dernier, Wajib, a recueilli les suffrages de toute la presse.

Parallèlement à sa carrière de chef monteuse, scénariste et réalisatrice, elle a enseigné le cinéma à l’université de Columbia, de Bir Zeit et de Bethléem, ainsi que dans les camps de réfugiés de Palestine. Elle s’est engagée pour la préservation et la promotion du cinéma palestinien, s’affirmant comme une cinéaste qui investit dans l’avenir du 7e art dans son pays.

Source



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Un nouveau rapport de l’ONU accuse Israël de « persécution » à l’encontre des Palestiniens

    La rapporteuse spéciale des Nations unies dénonce « l’occupation coloniale menée par Israël et […] ses pratiques d’apartheid »
    Dans un rapport rendu public mardi 18 octobre 2022, Francesca Albanese, la rapporteuse spéciale des Nations unies sur les droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés (TPO) a déclaré que les agissements d’Israël contre les Palestiniens de Cisjordanie occupée s’apparentent à de la « persécution ». « La concrétisation du droit inaliénable du peuple palestinien à (...)

  • Kafr Kassem, 1956. Derrière le massacre, un plan d’expulsion des Palestiniens d’Israël

    Des archives longtemps censurées confortent ceux qui lient le sort des quelque cinquante victimes arabes israéliennes du massacre de Kafr Kassem en 1956 en Israël à un plan officiel secret annulé trop tard. Le plan voulait forcer par la violence les Palestiniens israéliens de la région dite du « triangle » à fuir vers la Jordanie.
    Ce 29 juillet 2022, la justice militaire israélienne a pris une décision qui a surpris maints observateurs en Israël : elle a levé la censure sur une partie des (...)

  • Monsieur le chancelier allemand Olaf Scholz : voici ce qui est vraiment dégoûtant

    L’Europe et les États Unis croient apparemment aux calomnies antisémites selon lesquelles Israël, organisation moderne entièrement juive, serait une pieuvre aux multiples bras omnipotente qui ne devrait pas être mise en colère.
    Au-delà du droit international et sans frontières : c’est l’espace infini d’Israël où il conduit sa guerre prolongée contre le peuple palestinien.
    « Notre » holocauste a duré 12 ans et le sionisme en a toujours bénéficié depuis. Le non-holocauste des Palestiniens a déjà duré 75 ans. (...)