Amis des arts et de la culture de Palestine

L’UE élargit son partenariat avec un constructeur de colonies israéliennes

L’Union européenne élargit actuellement son partenariat avec la Banque Leumi, un important financier des colonies israéliennes sur les terres palestiniennes en Cisjordanie occupée.

L’UE prétend s’opposer à la construction des colonies par Israël dans les territoires occupées, un crime de guerre.

Lundi, Emanuele Giaufret, l’ambassadeur de l’UE à Tel Aviv, a pourtant annoncé fièrement que le Fonds européen d’investissement et la Banque Leumi étaient en train de développer un programme de prêts pour les entreprises de technologie d’Israël.

Du nom de LeumiTech, ce programme a été lancé en 2016 avec un montant de départ de 100 millions de dollars.

Dans le cadre de ce partenariat élargi, le Fonds européen d’investissement de l’UE va apporter sa caution sur les prêts LeumiTech allant jusqu’à 620 millions de dollars.

https://twitter.com/EGiaufretEU/status/1130477354864840704

EU in Israel
 ?
@EUinIsrael
The European Investment Fund and Israel’s Bank Leumi Expand Tech Loan Programhttps://www.calcalistech.com/ctech/articles/0,7340,L-3762411,00.html
8
4:11 PM - May 20, 2019
Twitter Ads info and privacy
The European Investment Fund and Israel’s Bank Leumi Expand Tech Loan Program
LeumiTech, a technology-focused subsidiary of Israel’s second largest bank, can offer to finance a combined sum of up to $620 million with EIF providing a guarantee for the funds as part of Horizon...
calcalistech.com
See EU in Israel’s other Tweets

Des colonies de peuplement en expansion

L’an dernier, Human Rights Watch a publié un rapport exposant comment toutes les grandes banques israéliennes, dont la Banque Leumi, participent activement à la dépossession des Palestiniens.

À titre d’exemple, le rapport cite une colonie, financée pour un montant de 53 millions de dollars par la Banque Leumi, qui avait été présentée comme une « charmante ville au centre d’Israël… avec une vue pastorale à vous couper le souffle, au milieu des oliviers et des scilles en fleur ».

Cette colonie de peuplement, Alfei Menashe, est en réalité construite sur une terre volée au village palestinien d’Azzun.

La Banque Leumi finance les colonies de peuplement et leur infrastructure dans toute la Cisjordanie occupée, indique l’organisme de surveillance Who Profits.

« Les colonies de peuplement contribuent intrinsèquement à des violations graves des droits de l’homme et du droit humanitaire internationaux » selon Human Rights Watch.

« Les sociétés, notamment les banques, qui font des affaires dans ou avec ces colonies ne peuvent ni réduire ni éviter leur contribution à ces violations, car les activités qu’elles mènent se déroulent sur des terres saisies en toute illégalité, dans des conditions de discrimination, et en violation grave des obligations d’Israël en tant que puissance occupante ».

Le groupe a exhorté les banques à « cesser totalement de faire des affaires dans ou avec les colonies israéliennes », parce que, « de l’avis de Human Rights Watch, ces activités contribuent intrinsèquement à de graves abus ».

L’implication des banques israéliennes dans le vol méthodique de la terre palestinienne a incité certaines institutions financières à s’en désinvestir.

Cependant l’Union européenne tient à ce que l’argent continue d’affluer à travers son fonds d’investissement.

Un soutien à l’industrie de guerre d’Israël

En plus de soutenir et de promouvoir une banque profondément impliquée dans le vol de la terre palestinienne, l’apport de l’UE à LeumiTech constitue un canal de plus pour renforcer les industries de guerre et d’espionnage d’Israël, étant donné les liens étroits de celles-ci avec les entreprises de technologie.

C’est le Fonds européen d’investissements qui fournit les cautions pour les prêts de LeumiTech dans le cadre de Horizon 2020, un programme scientifique de l’UE qui remet les fonds aux entreprises d’armement israéliennes.

Les liens étroits entre le secteur technologique d’Israël et son armée ont été mis en avant par la directrice générale de LeumiTech, Yifat Oron, qui déclarait au Newsweek le mois dernier que de nombreux entrepreneurs israéliens « avaient débuté avec des technologies axées sur le militaire ».

Mme Oron elle-même a travaillé auparavant pour le compte du ministère de la Défense israélien, dont elle gérait le budget de la Recherche et du Développement.

LeumiTech cherche à promouvoir les entreprises qui ont des liens avec l’armée. En 2016, par exemple, il a parrainé un « pitch-off » – une compétition pour obtenir des fonds d’investissement – pour les entreprises israéliennes.

L’un des gagnants fut Arbe Robotics, une société qui, selon le journal Haaretz, « prend ses racines dans l’armée et la sécurité intérieure ».

Au fond, l’UE récompense et incite Israël à tester son armement sur les Palestiniens, et particulièrement sur les deux millions qu’il a mis en cage dans la bande de Gaza assiégée.

La Banque Leumi soutient et renforce elle-même directement l’armée israélienne, notamment avec ses programmes visant à « accroître l’éligibilité des recrues des FDI à l’accès à de meilleures situations durant leur service militaire ».

Au cours de l’agression d’Israël contre Gaza en 2014, qui a tué plus de 2200 Palestiniens dont plus de 550 enfants, la Banque Leumi a envoyé « des paquets cadeaux » aux familles des soldats.

« Chaque employé revenant de son service de réserve au cours de cette période a bénéficié d’un jour de congé supplémentaire, pour se reposer et se réorganiser », selon le rapport annuel de la banque elle-même.

Traduction : JPP

Source : Electronic Intifada



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Flottille vers Gaza : la procureure de la CPI réitère son refus de poursuivre Israël

    La procureure de la Cour pénale internationale (CPI) a réaffirmé lundi qu’il n’y avait pas matière à poursuivre Israël pour le raid meurtrier contre une flottille humanitaire à destination de Gaza en mai 2010.
    La décision de la procureure Fatou Bensouda survient trois mois après que la CPI lui a ordonné, pour la deuxième fois, de réexaminer la nécessité ou non de poursuivre Israël.
    "Il n’y a toujours pas de base raisonnable pour ouvrir une enquête", a déclaré Mme Bensouda à la Cour, dans un document (...)

  • Pourquoi j’ai intenté un procès à l’UE pour son commerce avec les colonies de peuplement

    Je fais partie d’un groupe de sept personnes qui ont intenté un procès à l’exécutif de l’Union européenne pour son commerce avec des colonies de peuplement dans des territoires sous occupation militaire.
    Il peut sembler étrange que nous ayons agi ainsi au même moment où le plus haut tribunal de l’UE statuait que tous les produits en provenance des colonies d’Israël en Cisjordanie et sur le plateau du Golan devaient être étiquetés avec précision.
    Toutefois, il faut souligner qu’en dépit de ce verdict, (...)

  • « Soumaya présente le point de vue des victimes de l’état d’urgence »

    Premier film à revenir sur les dégâts humains de l’état d’urgence instauré au lendemain des attentats de novembre 2015 à Paris, Soumaya n’a pas encore trouvé de distributeur.
    Soumaya est cadre dans une entreprise responsable de la sécurité de l’aéroport Charles de Gaulle. Musulmane, mère d’une petite fille, elle voit du jour au lendemain sa vie bouleversée lorsqu’elle est licenciée après avoir subi une perquisition administrative.
    Sur la base d’une dénonciation anonyme sans doute due à un collègue envieux, (...)