Amis des arts et de la culture de Palestine

Jeudi 9 novembre

Ce matin, Jérusalem est déserte, tous les magasins fermés pour cause de grève générale. Nous profitons d’une heure libre pour visiter l’esplanade des mosquées. La vieille ville arabe est presque vide, le souk plus que calme. Un des rares commerçants ouverts nous apprend que des échauffourées ont lieu à la porte de Damas, à peine à 500 m de là. Le contraste est frappant lorsque nous débouchons sur le mur des lamentations : touristes, soleil et ambiance bon enfant.
L’accès à l’esplanade des mosquées est fermé. Un des gardes de sécurité israélien nous explique, dans un français "parisien" : « mesure de sécurité. Ils sont en train de tout casser là haut, ils brûlent tout... ces animaux... »
Ma remarque comme quoi « cela n’a sûrement aucun rapport avec les 18 femmes et enfants tués à Gaza » a le don de l’énerver :
« Mais tu connais rien, t’es qu’un touriste ! »

Un quart d’heure plus tard, la radio du bus pour Bethléem nous annonce que 9 femmes ont été blessées porte de Damas.

L’arrivée au camp d’Aïda a quelque peu changé. Le centre de tri est ouvert, plus de brèche dans le mur de séparation de 8 m de hauteur. Nous passons donc à pied le dédale de béton et de grillage, filtré par des tourniquets digne des stations de métro des années 70 (la station Barbes en possède encore. Lampe verte, on passe, lampe rouge, on attend. Certains attendent bloqués à l’intérieur des tourniquets, le changement de couleur ne prévient pas. Les ordres nous parviennent par hauts parleurs, les militaires israéliens nous surveillent par vidéo. Ils sont postés dans des guichets blindés. Les palestiniens travaillant à Jérusalem doivent passer par ici matin et soir.

A la sortie, un immense panneau peint sur les 8 mètres de hauteur du mur de séparation, près du mirador blindé, proclame en trois langues et en lettres colorées :
« Que la paix soit avec vous »

La tombe de Rachel est maintenant inaccessible, le mur a fait un crochet de 500 m en tricotant dans la ville. Un bâtiment, encore habité, s’est retrouvé piégé sur 3 côtés, le mur passant à 4 m de distance de ses fenêtres.

Nous arrivons au centre Al Rowwad, dans les nouveaux locaux inaugurés en avril. Les enfants qui faisaient partie de la troupe de cet été nous font un accueil triomphal.

Abed nous héberge pour la nuit. Il a commandé un repas aux femmes du camp qui ont monté une cuisine communautaire qui sert de traiteur pour les délégations de passage. Une des cuisinières a deux fils en prison : un an et demi pour le premier pour avoir jeté des pierres, 15 ans pour le second pour avoir projeté un attentat. Il sortira pour son 31ème anniversaire.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Arrêtez de comparer Israël à l’Afrique du Sud de l’apartheid ; c’est pire Par Thembisa Fakude

    Il est courant de nos jours de comparer le racisme institutionnel d’Israël et son occupation de la Palestine à l’apartheid sud-africain. Jusqu’à un certain point, c’est une comparaison raisonnable. Jusqu’à un certain point. Malgré toutes ses horreurs et sa brutalité, le régime d’apartheid en Afrique du Sud n’a jamais utilisé d’avions de chasse et d’artillerie pour bombarder les personnes opprimées vivant dans les townships. Israël l’a fait, et continue de le faire. C’est maintenant devenu presque une (...)

  • Gaza : la librairie al-Mansour, temple des livres de l’enclave palestinienne, détruite par un bombardement israélien

    Dans la bande de Gaza, le site était considéré comme le temple des livres. C’était le lieu où les lycéens pouvaient trouver un manuel scolaire, les plus pratiquants leur coran et les esprits bohèmes des traductions de Dostoïevski en arabe. Mais mardi dernier, 18 mai, la librairie al-Mansour a été réduite en poussière.
    « Il y a 100 000 livres sous ces ruines »
    Vers 5H00 du matin, Samir al-Mansour, son propriétaire, était chez lui et regardait les chaînes d’info arabes lorsqu’il a appris qu’un (...)

  • Médias détruits à Gaza : RSF demande à la procureure de la CPI de déterminer si ces bombardements constituent des crimes de guerre

    Depuis une semaine, les locaux de 23 médias locaux et internationaux ont été détruits par des frappes aériennes israéliennes ciblées. Les derniers bombardements en date ont détruit, samedi 15 mai, les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press (AP) et de la chaîne qatarie Al-Jazeera. L’armée israélienne justifie ces frappes en expliquant que des équipements du "renseignement militaire" du Hamas, le mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, se trouvaient dans les immeubles visés. (...)