Amis des arts et de la culture de Palestine

Exil dans l’exil de Hiyam Bseiso

Exil dans l’exil, c’est le titre du dernier ouvrage de Hiyam Bseiso écri­vaine pales­ti­nienne, ori­gi­naire de Gaza.
Un livre d’une brûlante actualité, à lire de toute urgence.

Contact Presse
Hiyam Bseiso
Tél : 06 79 95 48 46
alrimel@gmail.com

« Exil dans l’exil » de Hiyam Bseiso

Être obligé de partir, être interdit de retour, ne plus connaître de repos ni de lieu où se poser, c’est bien là le véritable exil que nous raconte Hiyam Bseiso.
« C’est être comme l’oiseau pourchassé, qui vole d’un arbre à l’autre, d’un
endroit à un autre », exprime t-elle à travers une parole à la fois imagée et émouvante qui traverse Exil dans l’exil, son dernier ouvrage.
Le récit s’engage sur son expulsion en 2000 du logement parisien où elle avait vécu quinze ans, à partir de laquelle se déroule le fil d’une histoire douloureuse qui est celle du peuple palestinien privé de sa terre depuis la Nabka, « la catastrophe » de 1948.
« Pour résister à cette dureté, mon esprit réussissait à s’évader, loin de la réalité de ce double exil. Alors je rêvais de mon enfance heureuse, emplie d’images colorées qui venaient de la terre, des arbres, des fleurs et de la mer. » Les années ont passé, et Gaza, la ville de son enfance, s’éloigne de plus en plus...
« Comment peut-on oublier la beauté gravée dans les souvenirs d’enfance, les arbres,les lauriers, qui cachaient le mur et grimpaient au ciel,comme s’ils avaient ouvert les mains pour invoquer les dieux afin de protéger la maison et ses habitants. Il semble que Dieu n’ait pas répondu à leurs prières, car les guerres ont dispersé la majorité des habitants de cette maison, dont les lauriers ancestraux avaient des corps si élancés et des feuilles frémissantes pareilles aux plumes d’un paon. »

Hiyam raconte des histoires d’exil, la vie de ces Palestiniennes qui ont subi l’expulsion de 1948, qui sont nées dans les camps, ont connu la terreur des massacres de Sabra et Chatila en 1982 à Beyrouth. Rencontres qui couronnaient de longues années d’action auprès des réfugiés du Sud-Liban, rescapés du massacre du camp de Tel el Zaatar en 1976.

Hiyam se rendait à nouveau au Liban en 1986, pour un travail de terrain lié à sa thèse sur les camps soutenue à Paris 7, et y retournait en 2006. Elle revoit les amis et les familles qui ne l’avaient pas oubliée, et c’est de là que naquit l’idée de cet ouvrage. Un livre d’une brûlante actualité, à lire de toute urgence.

Hiyam Bseiso
Est écri­vaine pales­ti­nienne, ori­gi­naire de Gaza.
Elle est l’auteur notamment de Un sourire en exil - chro­niques pales­ti­niennnes, elle a par­ticipé à l’anthologie 100 Femmes Poètes pour la Paix en Palestine, Etin­celle de nuit pales­ti­nienne recueil de poésie avec une présentation de Salah Stetié.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • L’apartheid d’Israël contre la population palestinienne : un système cruel de domination et un crime contre l’humanité

    Notre rapport révèle la véritable ampleur du régime d’apartheid d’Israël.
    Que ce soit dans la bande de Gaza, à Jérusalem-Est, à Hébron ou en Israël, la population palestinienne est traitée comme un groupe racial inférieur et elle est systématiquement privée de ses droits. Nous avons conclu que les politiques cruelles de ségrégation, de dépossession et d’exclusion mises en œuvre par Israël dans tous les territoires sous son contrôle constituent clairement un apartheid. La communauté internationale a le devoir (...)

  • Un message de Salah Hamouri « Rester, c’est déjà résister »

    Chers amies et Chers amis,
    Je veux juste faire un point avec vous sur là où nous en sommes de la volonté israélienne qui concentre ses coups contre moi mais aussi contre tous mes camarades palestiniens de Jérusalem-Est où je réside.
    Comme vous le savez, les Palestiniens qui résident à JérusalemEst ont un statut très précaire et particulier ; ils ne sont ni Israéliens ni Palestiniens. Ils sont des « résidents » de Jérusalem. Ils ont, à ce titre, une carte « de résident » délivrée par l’occupant. Pour être (...)

  • Le blanchiment par le sport est associé à certains pays – pourquoi pas Israël ?

    L’objectif en douceur du sport israélien est de nous pousser à nous focaliser sur une équipe cycliste ou une visite de Lionel Messi plutôt que sur la Palestine.
    Pendant l’été 2020, un groupe de cinq cyclistes de Ramallah étaient sortis faire un tour quand ils ont été arrêtés par un groupe de colons israéliens. D’après Reuters, en découvrant que les cyclistes étaient Palestiniens, les colons ont commencé à leur lancer des pierres. Quatre se sont échappés dans un champ voisin. Un, Samer Kurdi, a perdu (...)