Amis des arts et de la culture de Palestine

Dix mille amants

Au-delà de la magnifique histoire d’amour qu’elle nous offre, Edeet Ravel dresse un tableau juste et nuancé de la société israélienne dans ses rapports complexes avec l’Autre palestinien. L’auteur tresse la maille de son récit en entrecroisant trois fils, et deux temps : d’une part, celui de Lily adulte qui écrit dans sa maison londonienne et mêle à son récit une recherche étymologique passionnante sur la manière dont l’hébreu moderne s’accommode de la langue hébraïque de la Bible, et sur les implications fondamentales que cette transposition a sur le psyché israélien ; et d’autre part, celui de Lily, jeune étudiante de 20 ans à l’université de Jérusalem : née dans un kibboutz, elle a grandi au Canada et revient faire ses études supérieures en Israël.

Un matin, alors qu’elle cherche à rejoindre Tel-Aviv, elle est prise en auto-stop par Ami. Commence alors une relation passionnée dont le cœur bat au rythme des troubles et questions suscités par la profession d’Ami : il travaille pour l’armée israélienne en tant qu’interrogateur. D’abord révulsée par cette découverte qui correspond bien peu à ce qu’elle connaît d’Ami, Lily comprend peu à peu que, grâce à sa finesse psychologique et à son humanité, Ami a développé des méthodes particulières, non-violentes, qui, tout en faisant de lui le meilleur interrogateur de l’armée, rendent aux prisonniers un semblant de dignité. Jusqu’à ce que le gouffre qui s’élargit entre ses convictions et son action, le mène à la démission...

La tension continuelle qui les déchire tous deux, entre leur loyauté patriotique et leurs sympathies palestiniennes, constitue la colonne vertébrale de ce roman dont les nuances offrent un point de vue juste et loin de tout simplisme sur les questions d’ordre ontologique qui minent la société israélienne.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Arrêtez de comparer Israël à l’Afrique du Sud de l’apartheid ; c’est pire Par Thembisa Fakude

    Il est courant de nos jours de comparer le racisme institutionnel d’Israël et son occupation de la Palestine à l’apartheid sud-africain. Jusqu’à un certain point, c’est une comparaison raisonnable. Jusqu’à un certain point. Malgré toutes ses horreurs et sa brutalité, le régime d’apartheid en Afrique du Sud n’a jamais utilisé d’avions de chasse et d’artillerie pour bombarder les personnes opprimées vivant dans les townships. Israël l’a fait, et continue de le faire. C’est maintenant devenu presque une (...)

  • Gaza : la librairie al-Mansour, temple des livres de l’enclave palestinienne, détruite par un bombardement israélien

    Dans la bande de Gaza, le site était considéré comme le temple des livres. C’était le lieu où les lycéens pouvaient trouver un manuel scolaire, les plus pratiquants leur coran et les esprits bohèmes des traductions de Dostoïevski en arabe. Mais mardi dernier, 18 mai, la librairie al-Mansour a été réduite en poussière.
    « Il y a 100 000 livres sous ces ruines »
    Vers 5H00 du matin, Samir al-Mansour, son propriétaire, était chez lui et regardait les chaînes d’info arabes lorsqu’il a appris qu’un (...)

  • Médias détruits à Gaza : RSF demande à la procureure de la CPI de déterminer si ces bombardements constituent des crimes de guerre

    Depuis une semaine, les locaux de 23 médias locaux et internationaux ont été détruits par des frappes aériennes israéliennes ciblées. Les derniers bombardements en date ont détruit, samedi 15 mai, les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press (AP) et de la chaîne qatarie Al-Jazeera. L’armée israélienne justifie ces frappes en expliquant que des équipements du "renseignement militaire" du Hamas, le mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, se trouvaient dans les immeubles visés. (...)