Amis des arts et de la culture de Palestine

Déclaration de l’ISM sur l’enquête du FBI

Récemment, The Intercept a publié un rapport (1) sur une enquête menée par le FBI sur le Mouvement de solidarité internationale (ISM). Cette enquête très invasive visait les militants de l’ISM, leurs associés et d’autres organisations avec lesquelles l’ISM a travaillé, de 2004 à 2006, en utilisant des informateurs ainsi qu’une surveillance physique et des télécommunications.

Déclaration de l’ISM sur l’enquête du FBI

Nous, au Mouvement de Solidarité Internationale, dénonçons cet abus de pouvoir éhonté et ce détournement de fonds publics dans le but de criminaliser la solidarité palestinienne et l’activisme anti-occupation, ainsi que la campagne actuelle en cours dans certains états américains pour criminaliser le mouvement BDS. Depuis plus de 19 ans, les militants de l’ISM sont secrètement espionnés et ciblés par divers services de renseignement, notamment britanniques, israéliens et américains, simplement pour avoir défendu les droits des Palestiniens.

Nous appelons ceux qui pensent que les Palestiniens ont les mêmes droits que le reste de l’humanité à agir et à sensibiliser les gens aux tentatives locales, étatiques et nationales visant à criminaliser la résistance non violente comme le BDS et les actions en défense du peuple palestinien, et à boycotter ceux qui profitent de l’occupation de la Palestine.

Selon le rapport Intercept, une enquête du FBI a été lancée après qu’un volontaire américain de l’ISM ait été blessé par balle par les forces israéliennes lors d’une manifestation en Palestine occupée. Au lieu d’enquêter sur l’armée étrangère qui a blessé un citoyen américain exerçant son droit de manifester pacifiquement, protégé par le Premier amendement, la réponse du FBI a été d’enquêter sur le survivant. Alors que les deux enquêtes primaires ont été lancées par les bureaux locaux du FBI de Los Angeles et de St. Louis, des agents d’au moins 11 villes ont été impliqués dans l’espionnage de divers militants de l’ISM et d’organisations connexes. En utilisant des sources d’informations d’extrême-droite et extrémistes, l’enquête a tenté de relier l’ISM au terrorisme international.

Après deux ans d’enquête, de multiples violations des droits et de la vie privée, des centaines de pages de rapports et des dizaines de milliers de dollars du contribuable gaspillés, l’enquête n’a fait que prouver ce que nous avons toujours soutenu : L’ISM est un mouvement non-violent qui s’engage à mettre fin à l’occupation de la Palestine par des moyens non-violents.

L’enquête a notamment débuté en mars 2004, peu après le meurtre de l’Américaine Rachel Corrie et du Britannique Tom Hurndall (2003) par l’armée israélienne. L’enquête a coïncidé avec une campagne du gouvernement israélien visant à délégitimer l’ISM et à discréditer les militants pour les droits des Palestiniens. Elle reflète également l’augmentation, ces dernières années, des enquêtes du FBI sur les organisations militantes non violentes telles que Black Lives Matter et Antiwar.com. Aujourd’hui, les groupes de pression, les politiciens et les dirigeants aux États-Unis continuent de violer les droits à la liberté d’expression protégés par le premier amendement en criminalisant l’activisme palestinien non violent, comme le mouvement de Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS).

"Le fait que l’ISM ait fait l’objet de ce type d’enquête approfondie est ridicule et constitue un gaspillage total de l’argent des contribuables. L’ISM a toujours été ouvert et transparent sur qui nous sommes, ce que nous faisons et ce que nous défendons, ce qui est censé être ce que ce pays défend - la liberté et les droits de l’homme". - Huwaida Arraf, co-fondatrice de l’ISM

"À l’époque du Dr King, la surveillance était justifiée en termes d’influence communiste présumée ; ces dernières années, la surveillance a été justifiée par une association présumée avec des terroristes. Dans les deux cas, les citoyens américains avaient recours à des actions non violentes pour faire face à l’injustice et à l’oppression". - Un militant de l’ISM espionné par le FBI, Mark Chmiel

(1) “FBI opened terrorism in vestigations into nonviolent palestinian solidarity group, documents reveal”, Chip Gibbons, The Intercept, April 5 2020.

Source : Palsolidarity

Traduction : MR pour ISM



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Christophe Oberlin : « L’avenir est à la judiciarisation de la question palestinienne »

    La nouvelle est tombée le 20 décembre 2019. La Procureure auprès de la CPI, Fatou Bensouda annonçait « qu’au terme d’un examen préliminaire approfondi, mené en toute indépendance et objectivité, de l’ensemble des renseignements fiables qui sont en la possession de son Bureau, ce dernier est parvenu à la conclusion que tous les critères définis dans le Statut de Rome pour l’ouverture d’une enquête étaient remplis ».
    L’enjeu de cette enquête ? « Les crimes présumés commis sur le territoire palestinien occupé, (...)

  • Déclaration sur l’antisémitisme et la question de Palestine

    Cent vingt-deux intellectuels et intellectuelles palestiniens et arabes répondent à la définition de l’antisémitisme promue par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste qui est utilisée, dans plusieurs pays d’Europe et d’Amérique, pour réprimer le soutien aux droits palestiniens. Cette Déclaration est publiée conjointement en arabe par Al-Quds (Londres) et Al-Ayyam (Ramallah), en hébreu par Haaretz (Tel-Aviv), en anglais par The Guardian (Londres), en allemand par Die Tageszeitung (Berlin) (...)

  • Appel au boycott des produits israéliens : quand le ministère français de la Justice refuse de distinguer entre des produits et des hommes

    Peut-on encore espérer des autorités françaises une attitude rationnelle au sujet des appels au boycott des produits israéliens ? On peut légitimement se poser la question à la lecture d’une récente dépêche du ministère de la justice.
    Dans son arrêt Baldassi du 11 juin 2020 condamnant la France [1], la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a jugé que l’appel au boycott des produits israéliens ne peut pas en soi constituer une infraction pénale : il est en effet couvert par la liberté d’expression (...)