Amis des arts et de la culture de Palestine

D’anciens soldats israéliens en tournée aux États-Unis pour dénoncer l’occupation des territoires palestiniens

Un groupe d’anciens soldats de combat israéliens est en pleine tournée aux États-Unis pour parler de la réalité de l’occupation à long terme des territoires palestiniens. La tournée, qui a débuté à Philadelphie la semaine dernière, était organisée par Breaking the Silence, une organisation de soldats vétérans qui "sont chargés d’exposer au public la réalité de la vie quotidienne dans les territoires occupés".

Breaking the Silence a été fondé en 2004. Comme expliqué sur son site web, "nous recueillons et publions des témoignages de soldats qui, comme nous, ont servi en Cisjordanie, à Gaza et à Jérusalem-Est depuis septembre 2000".

"Les soldats qui servent dans les territoires sont des témoins et participent à des actions militaires qui les modifient considérablement", rapporte Breaking the Silence. "Les cas d’abus de Palestiniens, de pillage et de destruction de biens sont la norme depuis des années, mais ces incidents sont toujours officiellement décrits comme des cas" extrêmes "et" uniques ". Nos témoignages dépeignent une image différente et bien plus encore sinistre, dans lequel la dégradation des normes morales trouve son expression dans le caractère des ordres militaires et les règles de confrontation que l’État considère comme justifiées au nom de la sécurité d’Israël. "

L’organisation organise des conférences et d’autres manifestations, des visites à Hébron et dans les collines du sud d’Hébron, en Cisjordanie, et recueille des témoignages, y compris des témoignages vidéo, de soldats ayant servi dans les territoires. Il a compilé de tels témoignages de plus de 1 000 soldats israéliens ; un reflet du mécontentement croissant, en particulier parmi les jeunes et ceux qui ont vu la réalité de l’occupation, à propos de ce qui est devenu un assaut permanent et cruel contre les droits fondamentaux du peuple palestinien sur les terres occupées par Israël après la guerre de 1967.

Toutes les déclarations des soldats font "l’objet d’une enquête minutieuse", confirmées par d’autres témoins et vérifiées par des tiers. La plupart des soldats demandent l’anonymat en raison de pressions militaires internes et externes.

Breaking the Silence a été dénoncé comme "antipatriotique" et "traître" en Israël, et ils ont été confrontés à ce qu’ils décrivent comme "une intimidation et une persécution violente". Alors qu’il a fréquemment amené des délégations d’anciens combattants israéliens aux États-Unis, la tournée en cours est la première avec des "soldats solitaires", rapporte le site Web Haaretz. Ce terme décrit les soldats dont les familles vivent en dehors d’Israël. Environ 3 500 d’entre eux servent dans l’armée israélienne à tout moment, dont environ un tiers provient des États-Unis.

La tournée actuelle, qui comprend 20 événements à New York, Philadelphie, dans la région de Boston, à St. Louis et à Washington DC, met en vedette six anciens soldats originaires des États-Unis. Son voyage n’a presque pas été couvert par les principaux médias américains. Haaretz interview un certain nombre de soldats lors de la tournée américaine, y compris Nathan Hersh, qui vit maintenant à Philadelphie. Hersh a déclaré que sa période de service en Cisjordanie avait révélé qu’ "il s’agissait davantage de protéger les communautés [juives] de Cisjordanie que de protéger l’État... Tout à coup, il s’agissait d’applications non létales, de perturbations de la circulation et de d’arrêter les gens à minuit ".

Les anciens soldats expliquent, dans une lettre publiée par Breaking the Silence : « Toute notre expérience - des choses qui semblaient éthiquement grises aux erreurs morales qui nous empêchent de dormir la nuit - était le résultat de politiques qui faisaient partie intégrante de la politique occupation et colonisation de la société. "Ils décrivent leurs tâches en Cisjordanie :" Patrouiller les villes et villages palestiniens, "affirmant notre présence" en envahissant des maisons au milieu de la nuit, en arrêtant de jeunes Palestiniens et en utilisant un équipement anti-émeute pour disperser des manifestations. "

La plupart des sentiments et des motivations des soldats israéliens sont similaires à ceux des soldats américains dont l’expérience au Vietnam les a amenés à se rebeller contre la guerre et à soutenir le mouvement anti-guerre. Cependant, leur objectif est limité à la fin de l’occupation, ce qui pour eux est lié à la tentative de susciter une opinion publique libérale, à la fois en Israël et aux États-Unis.

Ceci est lié au travail de J Street, le lobby libéral sioniste aux États-Unis. UU. qui a critiqué la politique israélienne, et le gouvernement Netanyahu en particulier, et a gagné un certain soutien parmi les jeunes Juifs américains, ainsi qu’au sein du parti démocrate. Par exemple, J Street a commencé à proposer des visites incluant la visite de la Cisjordanie occupée aux « Juifs américains » offerts gratuitement aux jeunes Juifs américains par le « droit de naissance ». Breaking the Silence a présenté sa propre exposition de photos lors de la conférence annuelle de J Street à Washington, à la fin du mois d’octobre.

Cependant, J Street et les autres sionistes craintifs ou repoussés par les crimes commis quotidiennement dans les territoires occupés n’ont pas d’autre choix à offrir. Ils essaient de séparer la défense de l’État sioniste de l’occupation, mais la croissance de la colonisation et le pouvoir de veto virtuel exercé par les dirigeants des colons d’extrême droite dans la politique israélienne expriment la logique du sionisme.

Les anciens soldats dénoncent à juste titre une oppression semblable à l’apartheid qu’ils ont été invités à appliquer, et leur témoignage témoigne de l’opposition croissante, en Israël comme aux États-Unis, y compris parmi les Juifs américains, à l’annexion de facto de la Cisjordanie. dans le contexte de plus de 50 ans d’occupation.

Cependant, il est nécessaire de tirer des conclusions plus profondes. L’occupation, avec plus de 622 000 colons (y compris Jérusalem-Est), est en soi un moyen de sortir des tensions croissantes entre les classes au sein même d’Israël. L’État sioniste, créé par la dépossession du peuple palestinien, n’a pu maintenir son contrôle que grâce à la combinaison d’un soutien financier et militaire massif de la part de l’impérialisme américain et de la mise en place d’une couche ouvertement fasciste au sein même d’Israël de la direction des colons.

Comme le soulignent les soldats, les conditions qu’ils révèlent ne sont pas le résultat de "mauvaises pommes", mais plutôt "d’une part intégrante de l’occupation". Mais l’occupation fait partie intégrante de l’Etat sioniste et aucune des tentatives faibles pour ressusciter la "solution à deux Etats" en train de mourir ne peut changer ce fait historique.

Comme le WSWS l’observait il y a plusieurs années, « un État de garnisons maintenu par un flot ininterrompu de soutiens militaire et économique du sionisme mondial et de l’impérialisme américain n’a masqué que temporairement les tensions de classe explosives en Israël, qui ne manqueront certainement pas d’exploser à l’avenir. loin." La réponse aux crimes dénoncés par les "soldats solitaires" israéliens ne peut être que la lutte pour unir les travailleurs arabes et juifs dans une lutte commune contre le système capitaliste des États-nations et la lutte pour le socialisme."

https://www.wsws.org/es/articles/2019/11/14/isra-n14.html



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Flottille vers Gaza : la procureure de la CPI réitère son refus de poursuivre Israël

    La procureure de la Cour pénale internationale (CPI) a réaffirmé lundi qu’il n’y avait pas matière à poursuivre Israël pour le raid meurtrier contre une flottille humanitaire à destination de Gaza en mai 2010.
    La décision de la procureure Fatou Bensouda survient trois mois après que la CPI lui a ordonné, pour la deuxième fois, de réexaminer la nécessité ou non de poursuivre Israël.
    "Il n’y a toujours pas de base raisonnable pour ouvrir une enquête", a déclaré Mme Bensouda à la Cour, dans un document (...)

  • Pourquoi j’ai intenté un procès à l’UE pour son commerce avec les colonies de peuplement

    Je fais partie d’un groupe de sept personnes qui ont intenté un procès à l’exécutif de l’Union européenne pour son commerce avec des colonies de peuplement dans des territoires sous occupation militaire.
    Il peut sembler étrange que nous ayons agi ainsi au même moment où le plus haut tribunal de l’UE statuait que tous les produits en provenance des colonies d’Israël en Cisjordanie et sur le plateau du Golan devaient être étiquetés avec précision.
    Toutefois, il faut souligner qu’en dépit de ce verdict, (...)

  • « Soumaya présente le point de vue des victimes de l’état d’urgence »

    Premier film à revenir sur les dégâts humains de l’état d’urgence instauré au lendemain des attentats de novembre 2015 à Paris, Soumaya n’a pas encore trouvé de distributeur.
    Soumaya est cadre dans une entreprise responsable de la sécurité de l’aéroport Charles de Gaulle. Musulmane, mère d’une petite fille, elle voit du jour au lendemain sa vie bouleversée lorsqu’elle est licenciée après avoir subi une perquisition administrative.
    Sur la base d’une dénonciation anonyme sans doute due à un collègue envieux, (...)