Amis des arts et de la culture de Palestine

Compte-rendu de voyage du 17 au 28 JUIN 2007

Jonathan Daitch et Jean-Claude Ponsin nous sommes rendus en Palestine en juin 2007. Nous avions l’intention de :

  • présenter à Jonathan le projet photo que mène à Aïda depuis plus d’un an notre amie Anne (ils sont tous les deux amateurs éclairés) – et aider Jonathan à prendre contact avec la réalité palestinienne – Voir ci-dessous ses impressions de voyage.
  • présenter aux brodeuses notre projet de « mode palestinienne »
  •  faire le point sur le nouveau projet de tournée théâtrale française en Palestine et de tournée palestinienne en France.

Projet photo :

Depuis plusieurs mois, Anne anime dans le camp d’Aïda, au sein du Centre Culturel Al-Rowwad, une formation à la photo et à l’audiovisuel des enfants et adolescents du camp. Elle a commencé cette formation en 2006, avant le départ de la troupe Al-Rowwad pour sa tournée européenne pendant laquelle nous avons vendu les photos (exposition en ligne) faites par les enfants sous sa direction.
En janvier 2007 nous avions emporté le labo-photo donné par Jonathan (pour développer, agrandir et tirer les photos en noir et blanc).
Dès son arrivée, Jonathan a pris en mains le labo, qui était déjà installé dans l’ancien centre Al-Rowwad et a développé des photos qu’il a prises dans le camp avec les enfants, qui ont été séduits et enthousiasmés par cette opération magique.
Nous avions emporté des appareils photos, donnés par des amis de Clermont-Ferrand. D’autres appareils, donnés par des amis d’Orly, me sont parvenus après notre retour et d’autres, en provenance de cette même ville, nous sont promis, qui partiront cet été avec des militants qui se rendent en Palestine.
Le centre Al-Rowwad est donc d’ores et déjà, bien équipé et des équipes de photographes qualifiés sont sur place. Anne, après quelques jours de vacances dans sa famille et juillet, reprendra son activité début août et Jonathan reviendra bientôt pour un nouveau séjour. Le centre Al-Rowwad va devenir sans aucun doute une référence en Palestine et sera capable de former très vite d’autres équipes de photographes à Bethléem et en Cisjordanie.
C’est un bel exemple de solidarité, qui aide concrètement les Palestiniens a sauvegarder leur culture et à résister aux forces sionistes qui cherchent à les faire disparaître.
D’autres se joindront à nous pour nous envoyer du matériel photo, acheter et vendre les photos réalisées par les enfants et ados d’Al-Rowwad.
Nous nous sommes moins intéressés à la formation audiovisuelle pour adultes et ados, qui a continué pendant tout notre séjour, avec la participation de bénévoles de Grande Bretagne, qui logeaient comme nous dans la maison des internationalistes du camp (l’ancienne maison des parents d’Abdelfattah, pour ceux qui connaissent). Nous ferons le point à l’occasion d’un prochain séjour.

La mode palestinienne :

J’ai déjà présenté ce projet sur le site, mais je le résume à nouveau. Nous vendons depuis plusieurs années de la broderie palestinienne faite par des brodeuses d’Aïda et de Bethléem. Afin de faire face à la concurrence des objets en provenance d’Asie et d’Amérique du sud, nous le vendons au prix d’achat, sans rien ajouter pour le transport, le magasinage et les frais de vente. Certains objets se vendent très bien mais d’autres ont beaucoup moins de succès. Bien souvent les clients (qui sont souvent des militants) hésitent à acheter des vêtements parce que le tissu ou la coupe ne leur conviennent pas. Nous avons donc décidé de faire broder sur des tissus coupés selon des patrons français. A l’occasion de ce dernier voyage, j’ai donc emporté des modèles de pantalons et de corsage français et j’ai demandé à la responsable des brodeuses de les reproduire et de les broder. Le résultat est très encourageant (Voir sur le site les échantillons rapportés ).

Nous avons rapporté aussi pour environ 2.000 euros d’artisanat classique (sacs, porte-monnaie, etc.).

Tournées :

J’utilise le pluriel car deux tournées sont programmées, la première cette année de troupes françaises en Palestine où sept centres culturels nous ont donné leur accord, Halhul, Bethléem, Aïda, Jerusalem, Ramallah, Naplouse et Jénine. En France trois troupes de théâtre au moins sont partantes. Cette tournée coûterait cher car, outre les voyages avion et les déplacements locaux, il faut rémunérer les acteurs. Nous avons fait plusieurs demandes de subvention, auprès d’organismes français et internationaux. Tous nous ont dit que ce projet est excellent, mais tous ont finalement refusé, le dernier en date étant la mairie de Paris, dont les inclinations sionistes sont bien connues.
Nous n’abandonnons pas pour autant : cet automne, après le Ramadan, une petite troupe de Nice (SIN) se rendra en Palestine. Nous avons demandé une subvention au Centre Culturel Français et espérons bien obtenir quelque argent pour n’avoir pas à financer nous-mêmes l’ensemble de cette manifestation de la culture française en Palestine.
Il faut noter que nous ne sommes pas seuls à présenter la culture française en Palestine : plusieurs concerts ont eu lieu en juin, dont un récemment à Jéricho, financé en partie par le Centre Culturel Français de Jérusalem et d’autres auront lieu, comme le concert de chant de Baudin (gw.baudin Croisons donc les doigts.

L’autre tournée sera celle de la troupe Al-Rowwad en France, pour la troisième fois après 2003 et 2006. Le grand changement c’est que la pièce que préparent les enfants est nouvelle : j ai déjà mis sur le site un aperçu de celle-ci. C est, en résumé, un plaidoyer pour la présomption d innocence, le coupable du forfait n’étant pas toujours celui qu’on désigne a priori. Les enfants viendront, en fait, avec les deux pièces et pourront donc jouer l une ou l autre selon la demande. La nouvelle pièce (C’est la faute au loup) est probablement moins tournée vers la dénonciation de l’occupation et de la colonisation israéliennes, mais il faut attendre le livret définitif avant d’en juger car Abdelfattah a apporté de nombreuses modifications au texte original de Douglas Love. En ce qui concerne la deuxième partie du spectacle, musique et danse, nos amis d’Orléans pensaient organiser la venue de jeunes du camp d’Askar, à Naplouse. Nous avons, avec Jonathan, été à Naplouse, mais rien n’a été arrêté à ce jour. Nous prendrons prochainement contact avec les amis d’Orléans à ce sujet.

Je vous invite à lire les commentaires de Jonathan, qui est Français, juif des Etats-Unis par sa naissance et son éducation.

Envoyez vos dons et cotisations aux Amis d’Al-Rowwad, 24 rue Custine 75018 Paris (ou bien en paiement sécurisé en ligne sur le site) .

Amitiés a toutes et a tous
Jean-Claude PONSIN

e-mails : Jonathan : jdaitch@, Anne : apaquier@, Baudin : gwbaudin@



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Lettre de Salah Hamouri à Emmanuel Macron, depuis la cellule n°4 de la prison d’Ofer

    Depuis la cellule n°4 de la prison d’Ofer, Salah Hamouri, actuellement en détention administrative adresse une lettre ouverte à Emmanuel Macron à l’occasion de la Fête nationale française.
    Monsieur le Président de la République,
    Je vous écris cette lettre à l’approche du 14 juillet, cette date qui a changé la face du monde en portant les valeurs d’humanité et de démocratie, et qui a donné à la République française sa devise : « liberté, égalité, fraternité ».
    Des normes et des valeurs humaines résultant (...)

  • Ben & Jerry’s poursuit en justice sa maison-mère afin de geler les ventes en Israël

    Ben & Jerry’s poursuit en justice sa maison mère Unilever, pour bloquer la vente de sa marque et de ses droits en Israël à une compagnie israélienne qui vend ses produits dans les colonies de Cisjordanie occupée.
    Le fabricant de glaces demande aussi à un tribunal fédéral de New York qu’il lance une injonction d’urgence pour arrêter le transfert de tout actif de Ben & Jerry’s à AQP, l’entreprise israélienne, et à son propriétaire, Avi Zinger.
    Cette initiative est un nouveau coup porté à ce (...)

  • General Mills va désinvestir de l’apartheid israélien.

    General Mills, la compagnie mère de Pillsbury, a vendu les parts de sa coentreprise dans l’Israël de l’apartheid, après plusieurs années de pression de BDS contre sa production de produits Pillsbury dans la zone industrielle d’Atarot, une colonie israélienne illégale sur une terre palestinienne volée. Date d’origine : 01/06/2022, Traduit par : CG pour BDS France
    Hier, General Mills a annoncé que la compagnie a vendu les parts de sa coentreprise dans l’Israël de l’apartheid, après plusieurs années de (...)