Amis des arts et de la culture de Palestine

"C’est seulement à Gaza !"

C’est seulement à Gaza, une région au bord de la mer, une région méditerranéenne, qui n’a toujours pas le droit encore à un port par décision de l’armée de l’occupation.

C’est seulement à Gaza que la population vit dans une prison à ciel ouvert.

C’est seulement à Gaza, que le nombre d’habitants est en augmentation permanente, malgré les conditions de vie chaotiques, malgré l’interdiction aux malades de se soigner à l’étranger, et malgré la pénurie de médicaments, et la faiblesse des moyens médicaux.

C’est seulement à Gaza, qu’on a le droit à deux heures d’électricité par jour.

C’est seulement à Gaza que les jeunes ne pensent pas à partir et quitter leur région en dépit de toutes les conditions inhumaines sur place.

C’est seulement à Gaza que personne ne dort dans la rue malgré la précarité, et les conditions de vie très dures dans cette région sous blocus.

C’est seulement à Gaza, que le nombre d’étudiants dans les universités et les facultés augmente, et que le nombre d’université s’accroit , avec 15 grandes universités et facultés qui accueillent plus de 120.000 étudiants , malgré le taux de chômage qui dépasse les 65%, et l’absence de perspectives pour l’avenir.

C’est seulement à Gaza que presque le tiers de la population n’a jamais voyagé.

C’est seulement à Gaza que presque toute la population passe les vacances sur place, à cause de la fermeture des passages.

C’est seulement à Gaza, que le taux de scolarisation dépasse les 93%, en dépit d’une situation catastrophique.

C’est seulement à Gaza qu’on vit encore à côté des ruines des maisons détruites.

C’est seulement à Gaza que les cours se font dans des classes et écoles détruites.

C’est seulement à Gaza qu’on supporte un blocus inhumain qui dure depuis plus de dix ans.

C’est seulement à Gaza, qu’on n’a pas droit à une liste de 1300 produits qui n’entrent pas dans cette région par ordre militaire de l’occupation.

C’est seulement à Gaza, que quand il y a un bombardement, les habitants avec leur courage se rassemblent sur le lieu du bombardement pour aider les secouristes et les pompiers.

C’est seulement à Gaza que les paysans continuent de cultiver leurs terrains dans les zones tampons et frontalières, malgré la présence et les menaces des soldats de l’occupation.

C’est seulement à Gaza que les pêcheurs continuent de pêcher dans des zones limitées, malgré la présence et les menaces de la marine de l’occupation.

C’est seulement à Gaza, que la moitié de la population vit avec moins de 2 euros par jour.

C’est seulement à Gaza que la population a subi trois offensives militaires en 5 ans.

C’est seulement à Gaza, cette région sur la côte, que les habitants n’ont pas un accès facile à la mer, soit à cause de la présence de la marine de l’occupation, soit à cause de la pollution.

C’est seulement à Gaza que la majorité des fonctionnaires touchent entre 30 et 40 % de leurs salaires et continuent à travailler.

C’est seulement à Gaza qu’une mère de famille se réveille à deux heures du matin quand il y a du courant pour faire fonctionner les appareils électriques.

C’est seulement à Gaza, que les jeunes fréquentent les cafés munis des générateurs pour réviser leurs cours et préparer leurs examens .

C’est seulement à Gaza que des personnes se lèvent à n’importe quel moment, la nuit, quand il y a le courant, pour donner des nouvelles sur la situation sur place et pour témoigner pour le mouvement de solidarité.

C’est seulement à Gaza que la solidarité familiale et l’accueil des étrangers se développent malgré la pauvreté et le manque de ressources.

C’est seulement à Gaza, que la population s’accroche à la vie, alors que les voisins plus que les ennemis veulent qu’elle disparaisse.

C’est seulement à Gaza qu’on continue à vivre alors que tous les secteurs vitaux sont paralysés.

C’est seulement à Gaza que la population est toujours debout malgré la crise humanitaire et malgré toutes les mesures atroces de l’occupation.

C’est seulement à Gaza que le sourire des enfants est un acte de résistance !

C’est seulement à Gaza qu’on supporte l’insupportable !

C’est seulement à Gaza qu’on réclame dignité avant nourriture !

C’est seulement à Gaza qu’on résiste pour vivre, et qu’on vit pour résister !

C’est seulement à Gaza qu’on vit l’injustice et le malheur, mais on garde espoir pour l’avenir !

ZIad Medoukh



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Arrêtez de comparer Israël à l’Afrique du Sud de l’apartheid ; c’est pire Par Thembisa Fakude

    Il est courant de nos jours de comparer le racisme institutionnel d’Israël et son occupation de la Palestine à l’apartheid sud-africain. Jusqu’à un certain point, c’est une comparaison raisonnable. Jusqu’à un certain point. Malgré toutes ses horreurs et sa brutalité, le régime d’apartheid en Afrique du Sud n’a jamais utilisé d’avions de chasse et d’artillerie pour bombarder les personnes opprimées vivant dans les townships. Israël l’a fait, et continue de le faire. C’est maintenant devenu presque une (...)

  • Gaza : la librairie al-Mansour, temple des livres de l’enclave palestinienne, détruite par un bombardement israélien

    Dans la bande de Gaza, le site était considéré comme le temple des livres. C’était le lieu où les lycéens pouvaient trouver un manuel scolaire, les plus pratiquants leur coran et les esprits bohèmes des traductions de Dostoïevski en arabe. Mais mardi dernier, 18 mai, la librairie al-Mansour a été réduite en poussière.
    « Il y a 100 000 livres sous ces ruines »
    Vers 5H00 du matin, Samir al-Mansour, son propriétaire, était chez lui et regardait les chaînes d’info arabes lorsqu’il a appris qu’un (...)

  • Médias détruits à Gaza : RSF demande à la procureure de la CPI de déterminer si ces bombardements constituent des crimes de guerre

    Depuis une semaine, les locaux de 23 médias locaux et internationaux ont été détruits par des frappes aériennes israéliennes ciblées. Les derniers bombardements en date ont détruit, samedi 15 mai, les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press (AP) et de la chaîne qatarie Al-Jazeera. L’armée israélienne justifie ces frappes en expliquant que des équipements du "renseignement militaire" du Hamas, le mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, se trouvaient dans les immeubles visés. (...)