Amis des arts et de la culture de Palestine

"C’est seulement à Gaza !"

C’est seulement à Gaza, une région au bord de la mer, une région méditerranéenne, qui n’a toujours pas le droit encore à un port par décision de l’armée de l’occupation.

C’est seulement à Gaza que la population vit dans une prison à ciel ouvert.

C’est seulement à Gaza, que le nombre d’habitants est en augmentation permanente, malgré les conditions de vie chaotiques, malgré l’interdiction aux malades de se soigner à l’étranger, et malgré la pénurie de médicaments, et la faiblesse des moyens médicaux.

C’est seulement à Gaza, qu’on a le droit à deux heures d’électricité par jour.

C’est seulement à Gaza que les jeunes ne pensent pas à partir et quitter leur région en dépit de toutes les conditions inhumaines sur place.

C’est seulement à Gaza que personne ne dort dans la rue malgré la précarité, et les conditions de vie très dures dans cette région sous blocus.

C’est seulement à Gaza, que le nombre d’étudiants dans les universités et les facultés augmente, et que le nombre d’université s’accroit , avec 15 grandes universités et facultés qui accueillent plus de 120.000 étudiants , malgré le taux de chômage qui dépasse les 65%, et l’absence de perspectives pour l’avenir.

C’est seulement à Gaza que presque le tiers de la population n’a jamais voyagé.

C’est seulement à Gaza que presque toute la population passe les vacances sur place, à cause de la fermeture des passages.

C’est seulement à Gaza, que le taux de scolarisation dépasse les 93%, en dépit d’une situation catastrophique.

C’est seulement à Gaza qu’on vit encore à côté des ruines des maisons détruites.

C’est seulement à Gaza que les cours se font dans des classes et écoles détruites.

C’est seulement à Gaza qu’on supporte un blocus inhumain qui dure depuis plus de dix ans.

C’est seulement à Gaza, qu’on n’a pas droit à une liste de 1300 produits qui n’entrent pas dans cette région par ordre militaire de l’occupation.

C’est seulement à Gaza, que quand il y a un bombardement, les habitants avec leur courage se rassemblent sur le lieu du bombardement pour aider les secouristes et les pompiers.

C’est seulement à Gaza que les paysans continuent de cultiver leurs terrains dans les zones tampons et frontalières, malgré la présence et les menaces des soldats de l’occupation.

C’est seulement à Gaza que les pêcheurs continuent de pêcher dans des zones limitées, malgré la présence et les menaces de la marine de l’occupation.

C’est seulement à Gaza, que la moitié de la population vit avec moins de 2 euros par jour.

C’est seulement à Gaza que la population a subi trois offensives militaires en 5 ans.

C’est seulement à Gaza, cette région sur la côte, que les habitants n’ont pas un accès facile à la mer, soit à cause de la présence de la marine de l’occupation, soit à cause de la pollution.

C’est seulement à Gaza que la majorité des fonctionnaires touchent entre 30 et 40 % de leurs salaires et continuent à travailler.

C’est seulement à Gaza qu’une mère de famille se réveille à deux heures du matin quand il y a du courant pour faire fonctionner les appareils électriques.

C’est seulement à Gaza, que les jeunes fréquentent les cafés munis des générateurs pour réviser leurs cours et préparer leurs examens .

C’est seulement à Gaza que des personnes se lèvent à n’importe quel moment, la nuit, quand il y a le courant, pour donner des nouvelles sur la situation sur place et pour témoigner pour le mouvement de solidarité.

C’est seulement à Gaza que la solidarité familiale et l’accueil des étrangers se développent malgré la pauvreté et le manque de ressources.

C’est seulement à Gaza, que la population s’accroche à la vie, alors que les voisins plus que les ennemis veulent qu’elle disparaisse.

C’est seulement à Gaza qu’on continue à vivre alors que tous les secteurs vitaux sont paralysés.

C’est seulement à Gaza que la population est toujours debout malgré la crise humanitaire et malgré toutes les mesures atroces de l’occupation.

C’est seulement à Gaza que le sourire des enfants est un acte de résistance !

C’est seulement à Gaza qu’on supporte l’insupportable !

C’est seulement à Gaza qu’on réclame dignité avant nourriture !

C’est seulement à Gaza qu’on résiste pour vivre, et qu’on vit pour résister !

C’est seulement à Gaza qu’on vit l’injustice et le malheur, mais on garde espoir pour l’avenir !

ZIad Medoukh



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Lettre de Salah Hamouri à Emmanuel Macron, depuis la cellule n°4 de la prison d’Ofer

    Depuis la cellule n°4 de la prison d’Ofer, Salah Hamouri, actuellement en détention administrative adresse une lettre ouverte à Emmanuel Macron à l’occasion de la Fête nationale française.
    Monsieur le Président de la République,
    Je vous écris cette lettre à l’approche du 14 juillet, cette date qui a changé la face du monde en portant les valeurs d’humanité et de démocratie, et qui a donné à la République française sa devise : « liberté, égalité, fraternité ».
    Des normes et des valeurs humaines résultant (...)

  • Ben & Jerry’s poursuit en justice sa maison-mère afin de geler les ventes en Israël

    Ben & Jerry’s poursuit en justice sa maison mère Unilever, pour bloquer la vente de sa marque et de ses droits en Israël à une compagnie israélienne qui vend ses produits dans les colonies de Cisjordanie occupée.
    Le fabricant de glaces demande aussi à un tribunal fédéral de New York qu’il lance une injonction d’urgence pour arrêter le transfert de tout actif de Ben & Jerry’s à AQP, l’entreprise israélienne, et à son propriétaire, Avi Zinger.
    Cette initiative est un nouveau coup porté à ce (...)

  • General Mills va désinvestir de l’apartheid israélien.

    General Mills, la compagnie mère de Pillsbury, a vendu les parts de sa coentreprise dans l’Israël de l’apartheid, après plusieurs années de pression de BDS contre sa production de produits Pillsbury dans la zone industrielle d’Atarot, une colonie israélienne illégale sur une terre palestinienne volée. Date d’origine : 01/06/2022, Traduit par : CG pour BDS France
    Hier, General Mills a annoncé que la compagnie a vendu les parts de sa coentreprise dans l’Israël de l’apartheid, après plusieurs années de (...)