Amis des arts et de la culture de Palestine

Bon ramadan, sans dattes israéliennes !

Comme chaque année au moment du ramadan, nous attirons l’attention sur les dattes exportées par l’occupant israélien et provenant le plus souvent de terres volées aux Palestiniens dans la vallée du Jourdain. Soyez vigilants : assurez-vous, vous aussi que des commerçants ne vous trompent pas.

Ces dattes sont du reste reconnaissables. Elles sont plus grosses et plus brillantes parce qu’elles sont un croisement entre la prune et la datte, ce qui leur donne cet aspect.

Achetez plutôt des dattes tunisiennes, vous soutiendrez ainsi l’économie “post-Ben Ali” !

La plupart des dattes exportées par Israël sont produites dans des colonies de la vallée du Jourdain, en Cisjordanie, sur les terres des Palestiniens, avec leur eau et leur sueur. Ceux qui en consomment encouragent la colonisation israélienne.

La majorité de la population palestinienne a été chassée de la région et ceux qui restent sont souvent contraints de se faire exploiter par les entreprises israéliennes, Carmel, Mehadrin, Hadiklaim qui maintiennent l’apartheid.

Ainsi, l’armée israélienne a démoli les villages de Ras al-Ahmar et Hadidiya dans la vallée du Jourdain. Elle a détruit ou confisqué les moyens d’accès à l’eau dont les villageois dépendent pour survivre en travaillant le peu de terres qui leur restent. Du coup, beaucoup sont obligés d’aller travailler et d’envoyer leurs enfants dans les colonies.

Là, ils passent plusieurs heures sur des palmiers de 10 à 12 mètres de haut sans pouvoir descendre pour aller aux toilettes. Sous le soleil ou secoués par le vent, dérangés par des insectes ou des scorpions, et parfois des serpents, ils doivent rester accrochés par un bras et travailler de l’autre sans interruption pour remplir leurs quotas. S’ils se plaignent ou ne respectent pas leurs quotas, ils perdent leur travail et les ressources de leur famille.

Depuis deux ou trois ans, nos enquêtes ont relevé que de nombreux commerçants ont renoncé à importer ces dattes, car les consommateurs musulmans sont de moins en moins dupes. C’est une bonne chose et il faut encourager et féliciter ces petits commerçants comme les supermarchés qui ne mettent plus en rayons des produits de l’occupation.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Flottille vers Gaza : la procureure de la CPI réitère son refus de poursuivre Israël

    La procureure de la Cour pénale internationale (CPI) a réaffirmé lundi qu’il n’y avait pas matière à poursuivre Israël pour le raid meurtrier contre une flottille humanitaire à destination de Gaza en mai 2010.
    La décision de la procureure Fatou Bensouda survient trois mois après que la CPI lui a ordonné, pour la deuxième fois, de réexaminer la nécessité ou non de poursuivre Israël.
    "Il n’y a toujours pas de base raisonnable pour ouvrir une enquête", a déclaré Mme Bensouda à la Cour, dans un document (...)

  • Pourquoi j’ai intenté un procès à l’UE pour son commerce avec les colonies de peuplement

    Je fais partie d’un groupe de sept personnes qui ont intenté un procès à l’exécutif de l’Union européenne pour son commerce avec des colonies de peuplement dans des territoires sous occupation militaire.
    Il peut sembler étrange que nous ayons agi ainsi au même moment où le plus haut tribunal de l’UE statuait que tous les produits en provenance des colonies d’Israël en Cisjordanie et sur le plateau du Golan devaient être étiquetés avec précision.
    Toutefois, il faut souligner qu’en dépit de ce verdict, (...)

  • « Soumaya présente le point de vue des victimes de l’état d’urgence »

    Premier film à revenir sur les dégâts humains de l’état d’urgence instauré au lendemain des attentats de novembre 2015 à Paris, Soumaya n’a pas encore trouvé de distributeur.
    Soumaya est cadre dans une entreprise responsable de la sécurité de l’aéroport Charles de Gaulle. Musulmane, mère d’une petite fille, elle voit du jour au lendemain sa vie bouleversée lorsqu’elle est licenciée après avoir subi une perquisition administrative.
    Sur la base d’une dénonciation anonyme sans doute due à un collègue envieux, (...)