Amis des arts et de la culture de Palestine

Beaucoup de choses se bousculent

Un message de franco-palestiniens envoyé par Layla Damiri

Beaucoup de choses se bousculent mais je vais essayer de faire le tri et d’être claire...

Aujourd’hui nous nous sommes mobilisés en nombre ce qui n’était plus arrivé depuis longtemps, certaines associations solidaires qui refusaient de défiler ensemble ont partagé le même cortège.
La manifestation a eu lieu, belle, avec du monde, encore évidemment des petits soucis d’organisation, de slogans, d’ego parfois, mais alhamdulillah nous étions nombreux.
Je n’ai pas pu rester jusqu’au bout malheureusement.

Mais posons nous quand même une question : le nom (et l’action) d’annexion contre lequel nous voulons nous faire entendre est il si différent des autres faits accomplis de l’occupation ?
En réalité nous brandissons le droit international et les résolutions de l’ONU comme slogans et revendications comme arguments même, mais face à une organisation telle que l’entreprise sioniste qui s’est, avec ses alliés, donner le droit de diviser la Palestine, en détruisant des villes, des villages, en expulsant ceux qui ne voulaient pas mourir, en tuant ceux qui refusaient de partir, qui se sont autorisés à établir un nouvel « État » reconnu aussitôt par les grandes puissances de l’époque (alors que non le droit international n’a pas validé l’installation de cet État si vous voulez en discuter « ahla wa sahla » ), cette organisation qui a instauré un nouvel apartheid sans jamais être sanctionnée par ce même droit international, qui a évidemment traité les résistants comme des terroristes, cela vous rappelle forcément qqc non ?
Et tant d’autres actions, attaques, assassinants ciblés, génocide à Gaza, emprisonnements, tortures, destructions jusqu’à ces derniers temps de villages ou quartiers, ...

Dans l’actualité de par le monde, les droits sont énoncés, sont inscrits dans des déclarations des Droits de l’Homme ou de l’enfant, des constitutions, dans des codes, dans des résolutions, mais les minorités doivent encore et toujours subir ou se battre pour les faire respecter. #blacklivesmatter #jesuisouighour #jesuisrohingya

N’est-il pas temps de s’affranchir de ces coquilles vides qui finalement servent d’excuses à ceux qui ne veulent pas agir ou à ceux qui agissent à l’inverse
La question d’un ou deux États n’est pas une question légitime, la remise en question des accords Oslo 1, 2 camp David ou je ne sais quoi est déjà obsolète. On peut se poser la question de la réalité sur place, mais d’abord défaisons ce qui a été mal fait, qui a coûté la vie à nos proches, nos voisins, nos arbres, ...

La lutte ici c’est d’abord de faire comprendre que l’annexion - que beaucoup refusent seulement aujourd’hui parce qu’elle mettrait en péril la « solution » à deux États - est en fait le même processus que l’occupation utilise depuis le début sauf que cette année ils l’ont annoncé sans pudeur, sans crainte ...

La remise en question doit se faire en revenant à la base, je viens de cette terre, elle porte en elle ce que je suis, et chaque palestinien porte en lui/elle un bout de sa terre et de son histoire, nous avons été séparées par la force mais je rentrerais, question dois je attendre d’y être autorisée ? Je refuse de reconnaître une autorité sur ma vie à cette entité qui occupe notre pays.
Comme les hommes et femmes qui ont osé se lever, se battre, un jour nous prendrons notre droit... soyons organisés, « si le savoir est une arme soyons armés » (KJ)...
le retour, ce n’est plus un droit que je revendique, c’est une action que j’attends

#delameraujourdain #palestineauxpalestiniens
#menalnahrilaalbahrfalstin7ora
raj3in ya hawa raj3in ila baladna al2asli in sha Allah



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Déclaration sur l’antisémitisme et la question de Palestine

    Cent vingt-deux intellectuels et intellectuelles palestiniens et arabes répondent à la définition de l’antisémitisme promue par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste qui est utilisée, dans plusieurs pays d’Europe et d’Amérique, pour réprimer le soutien aux droits palestiniens. Cette Déclaration est publiée conjointement en arabe par Al-Quds (Londres) et Al-Ayyam (Ramallah), en hébreu par Haaretz (Tel-Aviv), en anglais par The Guardian (Londres), en allemand par Die Tageszeitung (Berlin) (...)

  • Appel au boycott des produits israéliens : quand le ministère français de la Justice refuse de distinguer entre des produits et des hommes

    Peut-on encore espérer des autorités françaises une attitude rationnelle au sujet des appels au boycott des produits israéliens ? On peut légitimement se poser la question à la lecture d’une récente dépêche du ministère de la justice.
    Dans son arrêt Baldassi du 11 juin 2020 condamnant la France [1], la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a jugé que l’appel au boycott des produits israéliens ne peut pas en soi constituer une infraction pénale : il est en effet couvert par la liberté d’expression (...)

  • Gare au faucon : Ce que nous réserve Joe Biden en matière de politique étrangère

    Le monde sera-t-il un endroit plus sûr si Joe Biden remplace Donald Trump à la Maison-Blanche ? Rien n’est moins sûr. Le futur nouveau président des États-Unis a commencé sa carrière politique en protestant contre la guerre au Vietnam. Mais par la suite, le sénateur démocrate devenu vice-président d’Obama a pris fait et cause pour toutes sortes de guerres directes et indirectes. Portrait d’un produit pur jus de l’impérialisme US qui ne présage rien de bon pour la paix dans le monde. (IGA)
    Des millions de (...)