Amis des arts et de la culture de Palestine

Au nord de la Cisjordanie : Assassinats, incursions et enlèvements quotidiens

Tout au long du mois de Ramadan, pendant que les regards étaient tournés vers la bande de Gaza et la crise politique qui se développait dans l’Autorité palestinienne, les forces de l’occupation sioniste ont mené une vaste campagne d’incursions sur toute la région de Jénine, assassinant et tentant d’assassiner des dirigeants de la résistance, enlevant des citoyens ordinaires ou des militants, détruisant les maisons et semant le désordre dans cette région qui a déclaré, par l’intermédiaire de toutes ses forces militaires et politiques, la poursuite de la résistance à l’occupation.

Le 22 octobre, la veille de la fête de la rupture du jêun, en Palestine, le jeune Muhammad Abdel Fattah bani Awda, 23 ans a été assassiné et 14 autres jeunes ont été blessés par les forces de l’occupation qui ont mené une opération spéciale dans le village de Tamoun, au sud-ouest de Jénine, visant l’assassinat d’un jeune cadre du Jihad islamique.

Détails de l’opération

Des témoins ont affirmé que l’opération a commencé immédiatement après le moment de la rupture du jeûn, lorsque des unités israéliennes masquées et déguisées par des vêtements civils ont encerclé le village de Tamoun, utilisant une voiture portant un numéro palestinien. L’unité a encerclé une des maisons et les témoins affirment que les unités spéciales ont réussi à maîtriser leur encerclement, avant que vingt blindés n’entrent par tous les axes du village, accompagnés par un bulldozer, en tirant des coups de feu nourris, afin de participer à l’opération visant le jeune Murad Samara Bani Awda, que les forces de l’occupation accusent d’être un des cadres du Jihad islamique.

Encerclement et interrogatoire

Les familles ont affirmé que les forces de l’occupation ont occupé toutes les maisons donnant sur le site visé et ont lancé des appels par haut-parleur demandant à Murad de se rendre. Les propriétaires de la maison ont été arrêtés et des dizaines de jeunes ont subi des interrogatoires sur le tas.
Pendant ce moment, des affrontements très sérieux se sont déroulés dans le village. Des dizaines de jeunes sont sortis dans les rues, bravant le déploiement des forces de l’occupation, et les ont affrontées. Des témoins ont affirmé que les soldats ont tiré des coups nourris de feu en direction des manifestants, touchant le jeune martyr Muhammad Bani Awda, à la tête, qui est décédé du fait de ses blessures lors de son transport à l’hôpital. Les sources du dispensaires du Shifaa, à Toubas, ont cité le nombre de 10 blessés arrivés, et auxquels les premiers soins ont été donnés, avant qu’ils ne soient transportés vers l’hôpital du martyr Khalil Sulayman, à Jénine. Muhammad Abu Ghali, directeur de l’hôpital, a déclaré que le bilan de l’opération est de un martyr touché par balle à la tête et 14 blessés, dont une enfant, leur situation étant moyennement ou légèrement blessés.

Poursuite

Les forces de l’occupation ont mené une large campagne de fouilles cherchant Bani Awda. Le mouvement du Jihad islamique a affirmé qu’il ne savait pas où il se trouvait pour l’instant, à cause du déploiement intensif de l’occupant, mais des témoins ont affirmé qu’ils l’ont vu s’enfuit de la région, avant que les forces de l’occupation n’aient entièrement maîtrisé le blocus.
Un porte-parole du mouvement à Tamouin a déclaré que la poursuite des opérations contre les membres militants du Jihad, à Tamoun, Jénine, dans le camp et à Qabatiya ne fait que renforcer la détermination du mouvement à poursuivre sa lutte et la défense des droits de notre peuple, ajoutant "ce qui se passe montre comment Israël intensifie sa guerre contre notre peuple, et même les fêtes ne représentent pour lui aucune occasion pour au moins cesser les opérations. Les haibtants de Tamoun et de Jénine accueillent la fête avec le sang des martyrs qui coule"

Traduction : Palestine en marche



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Kafr Kassem, 1956. Derrière le massacre, un plan d’expulsion des Palestiniens d’Israël

    Des archives longtemps censurées confortent ceux qui lient le sort des quelque cinquante victimes arabes israéliennes du massacre de Kafr Kassem en 1956 en Israël à un plan officiel secret annulé trop tard. Le plan voulait forcer par la violence les Palestiniens israéliens de la région dite du « triangle » à fuir vers la Jordanie.
    Ce 29 juillet 2022, la justice militaire israélienne a pris une décision qui a surpris maints observateurs en Israël : elle a levé la censure sur une partie des (...)

  • Monsieur le chancelier allemand Olaf Scholz : voici ce qui est vraiment dégoûtant

    L’Europe et les États Unis croient apparemment aux calomnies antisémites selon lesquelles Israël, organisation moderne entièrement juive, serait une pieuvre aux multiples bras omnipotente qui ne devrait pas être mise en colère.
    Au-delà du droit international et sans frontières : c’est l’espace infini d’Israël où il conduit sa guerre prolongée contre le peuple palestinien.
    « Notre » holocauste a duré 12 ans et le sionisme en a toujours bénéficié depuis. Le non-holocauste des Palestiniens a déjà duré 75 ans. (...)

  • 53 organisations de la société civile solidaires des organisations palestiniennes désignées par Israël comme « associations terroristes »

    Défendre les droits de l’homme, ce n’est pas du terrorisme. Israël persiste dans sa déclaration d’éminentes organisations de la société civile palestinienne comme associations terroristes. Récemment, l’armée a mis ses mots en action en pillant leurs bureaux et en les fermant.
    Ces déclarations sont sans fondement. En fait, l’Administration des États-Unis, l’Union Européenne et autres alliés d’Israël ont trouvé que ces allégations n’étaient pas convaincantes. Après avoir minutieusement examiné le matériel (...)