Amis des arts et de la culture de Palestine

Appel à action : Non à une résolution par l’assemblée nationale condamnant la critique de l’état d’Israël !

LE SAVIEZ VOUS ?

Le député Sylvain Maillard, président du groupe d’études sur l’antisémitisme, a proposé à d’autres députés de voter une résolution visant à assimiler la critique légitime du régime israélien à de l’antisémitisme.

Contactez vos députés pour leur demander de s’opposer à cet amalgame honteux !

ECRIVEZ A VOS DEPUTES dont l’adresse est ici :

http://www2.assemblee-nationale.fr/qui

Le texte de cette résolution est consultable ici : Proposition de re ?solution de ?finition IHRA (mai 2019).

Il est possible de leur envoyer cette fiche d’information de l’Agence Média Palestine :

10 raisons pour lesquelles l’anti-sionisme n’est pas l’antisémitisme et pourquoi les députés français doivent rejeter la résolution sur ce sujet :

Fiche de l’Agence Média Palestine – Juin 2019

- L’anti-sionisme est une idéologie politique qui s’oppose au nationalisme, alors que l’antisémitisme est une haine raciste à l’égard des Juifs/ves. L’antisionisme est une idéologie politique née parmi les Juifs et qui s’oppose au sionisme, qui est un nationalisme qui prétend que les Juifs ne peuvent échapper à l’antisémitisme que s’ils vivent dans le pays d’Israël, dont ils seraient les dirigeants exclusifs. L’antisémitisme est le racisme dirigés contre les Juifs.

- De nombreux juif/ves partout dans le monde se réclame de l’anti-sionisme, les accuserait-on d’être « antisémite » ?

- Toute critique d’un Etat, d’un nationalisme, d’un projet raciste et/ou ségrégationniste devrait pouvoir exister en démocratie sans être soupçonné d’être raciste, ou alors ça n’aurait plus rien à voir avec la démocratie.

- Les soutiens d’Israël ne luttent pas contre l’ antisémitisme : Ils l’alimentent au contraire faisant croire qu’Israël représente les Juifs du monde entier , et ils sont étrangement silencieux au regard de l’alliance entre Netanyahou et des dirigeants d’extrême droite xénophobe, comme en Hongrie par exemple.

- Les principales associations de solidarité avec la Palestine en France et à l’international ont affirmées à plusieurs reprises et de manière publique leur rejet de l’antisémitisme.

- Cet amalgame ayant pour objectif de défendre le régime raciste israélien qui a voté la loi « Etat nation » qui institutionnalise officiellement l’apartheid dessert gravement la lutte nécessaire contre l’antisémitisme et toute autre forme de racisme.

- Pour les relais d’Israël en France, ne pas reconnaître la légitimité d’un régime d’apartheid à occuper, coloniser un peuple signifie « vouloir la destruction de l’état d’Israël ».

- Affirmer sa solidarité avec les peuples opprimés, et avec le peuple palestinien c’est soutenir les droits humains, c’est un engagement antiraciste.

- Reconnaitre Israël en tant qu’ » Etat Juif » comme le note le projet de résolution consiste à établir une hiérarchie nationaliste et religieuse entre les peuples qui vivent en Israël/Palestine

- Hiérarchiser la lutte contre le racisme, séparer l’antisémitisme des autres formes de racisme alimente le racisme : A qui doit-on encore expliquer cette triste réalité ? S’il est important de reconnaître la spécificité de chaque racisme (antisémitisme, islamophobie, negrophobie, romophobie..), faire croire que certains seraient plus graves que d’autres comme le font de nombreux acteurs politiques ne fait qu’accroitre cette terrible situation.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Arrêtez de comparer Israël à l’Afrique du Sud de l’apartheid ; c’est pire Par Thembisa Fakude

    Il est courant de nos jours de comparer le racisme institutionnel d’Israël et son occupation de la Palestine à l’apartheid sud-africain. Jusqu’à un certain point, c’est une comparaison raisonnable. Jusqu’à un certain point. Malgré toutes ses horreurs et sa brutalité, le régime d’apartheid en Afrique du Sud n’a jamais utilisé d’avions de chasse et d’artillerie pour bombarder les personnes opprimées vivant dans les townships. Israël l’a fait, et continue de le faire. C’est maintenant devenu presque une (...)

  • Gaza : la librairie al-Mansour, temple des livres de l’enclave palestinienne, détruite par un bombardement israélien

    Dans la bande de Gaza, le site était considéré comme le temple des livres. C’était le lieu où les lycéens pouvaient trouver un manuel scolaire, les plus pratiquants leur coran et les esprits bohèmes des traductions de Dostoïevski en arabe. Mais mardi dernier, 18 mai, la librairie al-Mansour a été réduite en poussière.
    « Il y a 100 000 livres sous ces ruines »
    Vers 5H00 du matin, Samir al-Mansour, son propriétaire, était chez lui et regardait les chaînes d’info arabes lorsqu’il a appris qu’un (...)

  • Médias détruits à Gaza : RSF demande à la procureure de la CPI de déterminer si ces bombardements constituent des crimes de guerre

    Depuis une semaine, les locaux de 23 médias locaux et internationaux ont été détruits par des frappes aériennes israéliennes ciblées. Les derniers bombardements en date ont détruit, samedi 15 mai, les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press (AP) et de la chaîne qatarie Al-Jazeera. L’armée israélienne justifie ces frappes en expliquant que des équipements du "renseignement militaire" du Hamas, le mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, se trouvaient dans les immeubles visés. (...)