Amis des arts et de la culture de Palestine

200 METRES Un film de Ameen Nayfeh sortie en France le 09 juin

200 METRES, Un film de Ameen Nayfeh
Palestine, Jordanie, Italie, Qatar, Suède, 2020, 97 mn
Fiction

SORTIE EN SALLES EN FRANCE LE 9 JUIN

Bande Annonce
https://www.youtube.com/watch?v=82dqqUvt-f4

Interprétation : Ali Suliman, Anna Unterberger, Motaz Malhees, Lana Zreik, Gassan Abbas...

Synopsis
Mustafa d’un côté, Salwa et les enfants de l’autre, une famille vit séparée de chaque côté du Mur israélien à seulement 200 mètres de distance. Ils résistent au quotidien avec toute la ruse et la tendresse nécessaires pour « vivre » comme tout le monde, quand un incident grave vient bouleverser cet équilibre éphémère. Pour retrouver son fils blessé de l’autre côté, le père se lance dans une odyssée à travers les checkpoints, passager d’un minibus clandestin où les destins de chacun se heurtent aux entraves les plus absurdes.

Ameen Nayfeh est né en Palestine en 1988 où il s’est formé comme infirmier à l’Université Al-Quds à Jérusalem. Au bout de deux ans, il change de voie et obtient un master en cinéma à l’Institut cinématographique de la Mer Rouge en Jordanie.
Depuis 2014, tout en travaillant en indépendant pour des productions TV, il a écrit, réalisé et produit ses propres courts-métrages : un documentaire "Suspended Time" (2014) et deux fictions, "Interference" (2017) et "Al Obour" ("Le check-point" ou "La traversée") en 2018.

Distribution en France : Shellac ;
Friche La Belle de Mai
41 rue Jobin
13003 Marseille

Programmation salles : +33 4 95 04 96 09
https://shellacfilms.com/films/200-metres

Télécharger le dossier de presse (6,07 Mo) :
https://shellacfilms.com/file/3738/download?token=wNaV2kWd

Interview vidéo :
https://cineuropa.org/fr/video/392360/rdID/390375

Articles :
- "200 Meters : le road-movie qui illustre le quotidien des Palestiniens face au mur de séparation israélien"
Par Nesma Jaber, Midle East Eye, 04/12/2020
Dans son premier long métrage, primé lors de la dernière Mostra de Venise, Ameen Nayfeh raconte l’histoire de Mustafa, un Palestinien séparé des siens qui entreprend un dangereux périple pour rejoindre son fils à l’hôpital de l’autre côté du mur.

La suite :
https://www.middleeasteye.net/.../film-palestine-200...
- "Mostra 2020 : avec 200 Meters, le réalisateur palestinien Ameen Nayfeh puise dans sa propre histoire pour raconter l’aberration du mur"
par Firouz E. Pillet, J:mag, 07/09/020

La suite :
https://j-mag.ch/mostra-2020-avec-200-meters-le.../

Sélections et prix :
Venice Days : Prix du public
Thessalonique International Film Festival : Meilleur film / meilleur réalisateur
Seville European Film Festival : Meilleur film
Ajyal Film Festival : Prix du public
El Gouna Film Festival : Meilleur acteur



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • La NAKBA continue

    Ayaled Shaked demande l’expulsion de Salah Hamouri
    Le 30 juin 2021, la ministre de l’Intérieur israélienne a annoncé sur les réseaux sociaux avoir signé la révocation du titre de résidence à Jérusalem de Salah Hamouri.
    Cette décision de l’actuelle ministre de l’Intérieur israélienne met à exécution ce que son prédécesseur avait déjà réclamé en septembre 2020. Cette mesure entraînerait une expulsion définitive et l’impossibilité pour Salah de vivre à Jérusalem mais également en Palestine, c’est à dire l’exil (...)

  • Arrêtez de comparer Israël à l’Afrique du Sud de l’apartheid ; c’est pire Par Thembisa Fakude

    Il est courant de nos jours de comparer le racisme institutionnel d’Israël et son occupation de la Palestine à l’apartheid sud-africain. Jusqu’à un certain point, c’est une comparaison raisonnable. Jusqu’à un certain point. Malgré toutes ses horreurs et sa brutalité, le régime d’apartheid en Afrique du Sud n’a jamais utilisé d’avions de chasse et d’artillerie pour bombarder les personnes opprimées vivant dans les townships. Israël l’a fait, et continue de le faire. C’est maintenant devenu presque une (...)

  • Gaza : la librairie al-Mansour, temple des livres de l’enclave palestinienne, détruite par un bombardement israélien

    Dans la bande de Gaza, le site était considéré comme le temple des livres. C’était le lieu où les lycéens pouvaient trouver un manuel scolaire, les plus pratiquants leur coran et les esprits bohèmes des traductions de Dostoïevski en arabe. Mais mardi dernier, 18 mai, la librairie al-Mansour a été réduite en poussière.
    « Il y a 100 000 livres sous ces ruines »
    Vers 5H00 du matin, Samir al-Mansour, son propriétaire, était chez lui et regardait les chaînes d’info arabes lorsqu’il a appris qu’un (...)