Amis des arts et de la culture de Palestine

Vincent Sizaire à la Librairie Résistances Jeudi 16 septembre à 19 H

Nous avons le plaisir d’annoncer que la librairie Résistances accueillera le jeudi 16 septembre à 19 H Vincent Sizaire, auteur de « Être en sûreté. Comprendre ses droits pour être mieux protégés ».

Ce livre traite de la criminalisation de la parole publique en France, de la propension de nos gouvernants à réprimer toute expression à leurs yeux dérangeante.

La France est ainsi le seul pays allant jusqu’à emprisonner des personnes en raison de propos qu’ils ont tenus, et cela fait froid dans le dos.

Profitant d’un durcissement de la législation anti-terroriste, le fait de présenter sous un jour favorable un acte terroriste ou ses auteurs est par exemple passible de 7 ans de prison depuis le 13 novembre 2014.

« Dans une société démocratique, est-il vraiment légitime que la parole qui dérange expose son auteur à une peine d’emprisonnement identique voire supérieure à celle qui sanctionne une escroquerie, des violences ou même une agression sexuelle ? » s’interroge l’auteur.

Vincent Sizaire s’inquiète également du fait que le parlement vient, sous prétexte de « conforter le respect des principes de la République », d’étendre la comparution immédiate aux « auteurs d’apologie des crimes et délits portant atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation, ainsi que de provocation à la haine xénophobe ».

D’autant que l’« incitation à la haine », comme il le souligne, est une notion des plus « malléable » : la Cour d’appel vient de relaxer Eric Zémmour pour des propos clairement xénophobes, alors que certains assimilent toute critique de l’Etat d’Israël à de l’antisémitisme, et qu’Eric Dupont- Moretti, ministre de la justice, appelle à criminaliser l’appel au boycott d’Israël comme une incitation à la haine.

La France, souvent présentée comme le pays des droits de l’homme, est un Etat où les propos « séditieux proférés dans des lieux ou réunions publics » restent à ce jour prohibés par la loi !

Vincent Sizaire, Maître de conférence à l’Université de Nanterre, évoque les effets contre-productifs de cette répression, mais aborde aussi la manière de se protéger contre cette dérive autoritaire française, les dispositifs juridiques existants destinés à garantir notre liberté de tous les abus de pouvoir, et les conditions à partir desquelles nous pouvons véritablement nous dire en sûreté.

Présentation, débat et dédicaces, jeudi 16 septembre à 19 H

Librairie Résistances 4 Villa Compoint, 75017 Paris (angle du 40 rue Guy Môquet). Métro Guy Môquet ou Brochant, ligne 13. Bus 31 arrêt Davy-Moines.

Téléphone 01 42 28 89 52

Site web www.librairie-resistances.com



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Les évadés palestiniens sont des combattants de la liberté

    Les six prisonniers palestiniens évadés sont les combattants de la liberté les plus audacieux qu’on puisse imaginer. Les Israéliens qui ont du mal à l’admettre feraient bien de se rappeler de nombreux films et séries télévisées qu’ils ont vus : S’évader de prison est la parfaite "fin heureuse". L’Acre Prison Break de 1947 - dans lequel des membres de l’Irgun, la milice clandestine pré-étatique dirigée par Menachem Begin, ont fait irruption dans la prison de la ville pour libérer les membres de la milice (...)

  • Des Juifs Européens pour une Paix Juste

    Le réseau des Juifs Européens pour une Paix Juste (EJJP en anglais, JEPJ en français), dont l’UJFP est membre, s’est vu refuser par la Commission Européenne la participation à un comité consultatif sur la stratégie à adopter pour lutter contre l’antisémitisme et favoriser une vie juive en Europe. Après plusieurs échanges de lettres avec les autorités de la Commission qui n’ont donné en réponse aucune explication à leur refus, une lettre ouverte a été rédigée le 5 juillet afin de faire connaître publiquement (...)

  • « PayPal collabore avec l’Anti-Defamation League, un important groupe de pression israélien, pour enquêter sur la manière dont les « mouvements extrémistes et haineux » collectent des fonds.

    Et avec les efforts de grande envergure de ce groupe de pression pour étiqueter le soutien aux droits des Palestiniens comme une forme de fanatisme anti-juif, cela pourrait être un autre moyen pour le secteur privé de censurer et d’entraver les militants antiracistes afin de protéger Israël.
    L’ADL se fait passer pour un groupe de défense des droits civiques tout en sapant systématiquement les mouvements de justice sociale et a ainsi dénoncé à plusieurs reprises les militants noirs pour avoir exprimé (...)