Amis des arts et de la culture de Palestine

Samedi 12 à la librairie Résistances le film Fedayin

La librairie Résistances a le plaisir de vous inviter le samedi 12 juin à une double séance pour sa reprise des animations après confinement : Présentation à 17 H par son auteur, Saïd Bouamama, du livre L’Affaire Georges Ibrahim Abdallah, avec débat et dédicaces, suivie de la projection du film Fedayin, le combat de Georges Abdallah.
Samedi 12 juin 2021 de 17h à 21h

L’affaire Georges Ibrahim Abdallah de Saïd Bouamama, publié par les éditions PMN, avec une préface de Pierre Stambul et Jann Marc Rouillan en postface est une excellente biographie de cet homme courageux qui est maintenu en prison par la France depuis 37 ans, bien qu’il soit libérable depuis 1999. Qu’a fait ce militant de la résistance palestinienne au sein du FPLP (Front Populaire pour la Libération de la Palestine) pour mériter cela ?

Saïd Bouamama dresse dans cet ouvrage un portrait passionnant de cet homme (le plus ancien prisonnier politique d’Europe) et de son combat, de ses idées auxquelles il refuse de renoncer, et de la lâcheté des dirigeants français qui le font passer pour un dangereux terroriste afin de satisfaire les gouvernements israélien et états-unien.

LE FILM

Fedayin, le combat de Georges Abdallah retrace le parcours d’un infatigable communiste arabe et combattant pour la Palestine. Des camps de réfugié·e·s palestinien·ne·s qui ont forgé sa conscience, à la mobilisation internationale pour sa libération, nous allons à la découverte de celui qui est devenu le doyen des prisonniers politiques de l’histoire de France.

Le film sera projeté à la librairie Résistances dans la foulée de la présentation du livre de Saïd Bouamama, et un débat sera animé par l’un des membres de Vacarmes Film.

IL EST IMPÉRATIF DE S’INSCRIRE POUR RÉSERVER UNE PLACE POUR CETTE DOUBLE SÉANCE LIVRE/FILM AUPRÈS DE :
info@librairie-resistances.com

Librairie Résistances 4 Villa Compoint, 75017 Paris (la Villa Compoint se trouve à la hauteur du 40 rue Guy-Môquet).
Métro Guy Môquet ou Brochant, ligne 13. Bus 31 arrêt Davy-Moines.

Téléphone 01 42 28 89 52

Site web www.librairie-resistances.com



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Arrêtez de comparer Israël à l’Afrique du Sud de l’apartheid ; c’est pire Par Thembisa Fakude

    Il est courant de nos jours de comparer le racisme institutionnel d’Israël et son occupation de la Palestine à l’apartheid sud-africain. Jusqu’à un certain point, c’est une comparaison raisonnable. Jusqu’à un certain point. Malgré toutes ses horreurs et sa brutalité, le régime d’apartheid en Afrique du Sud n’a jamais utilisé d’avions de chasse et d’artillerie pour bombarder les personnes opprimées vivant dans les townships. Israël l’a fait, et continue de le faire. C’est maintenant devenu presque une (...)

  • Gaza : la librairie al-Mansour, temple des livres de l’enclave palestinienne, détruite par un bombardement israélien

    Dans la bande de Gaza, le site était considéré comme le temple des livres. C’était le lieu où les lycéens pouvaient trouver un manuel scolaire, les plus pratiquants leur coran et les esprits bohèmes des traductions de Dostoïevski en arabe. Mais mardi dernier, 18 mai, la librairie al-Mansour a été réduite en poussière.
    « Il y a 100 000 livres sous ces ruines »
    Vers 5H00 du matin, Samir al-Mansour, son propriétaire, était chez lui et regardait les chaînes d’info arabes lorsqu’il a appris qu’un (...)

  • Médias détruits à Gaza : RSF demande à la procureure de la CPI de déterminer si ces bombardements constituent des crimes de guerre

    Depuis une semaine, les locaux de 23 médias locaux et internationaux ont été détruits par des frappes aériennes israéliennes ciblées. Les derniers bombardements en date ont détruit, samedi 15 mai, les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press (AP) et de la chaîne qatarie Al-Jazeera. L’armée israélienne justifie ces frappes en expliquant que des équipements du "renseignement militaire" du Hamas, le mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, se trouvaient dans les immeubles visés. (...)