Amis des arts et de la culture de Palestine

Projection des films de Bassem Saad, Shuruq Harb et Basma Alsharif. 11 Novembre à 18h : Cinéma Luminor Hôtel de Ville.

Le Festival Ciné-Palestine (Paris) et le Musée Sursock (Beyrouth), en collaboration avec le Toronto Palestine Film Festival et dans le cadre de la première édition du Festival Queer Cinema for Palestine, ont le plaisir de vous inviter à l’événement :

En veille, une assemblée de voix pour la Palestine
A Wakeful Rest : Voices for Palestine
Programme détaillé ci-dessous

Le FCP souhaiterait vous inviter à nous rejoindre le Jeudi 11 Novembre à 18h au cinéma Luminor Hôtel de Ville pour la projections des films de Bassem Saad, Shuruq Harb, et Basma Alsharif.

Solidaire de la lutte du peuple palestinien pour la liberté, la justice et la dignité et célébrant les réalités queer, le Queer Cinema for Palestine est un festival de cinéma international organisé collectivement qui aura lieu du 11 au 20 Novembre.

Merci de nous confirmer votre présence par retour de mail.

Chaleureusement,
L’équipe du FCP

...

11 Novembre à 18h : Cinéma Luminor Hôtel de Ville.

Projection des films de Bassem Saad, Shuruq Harb et Basma Alsharif.

Congress of Idling Persons, Bassem Saad, 36’, 2021
Vostfr

Dans Congress of Idling Persons cinq personnes interagissent et se représentent elles-mêmes tout tout en s’inscrivant dans de plus larges fictions. En échos aux événements historiques mondiaux récents, l’artiste et écrivain Bassem Saad, le DJ et traducteur Rayyan Abdel Khalek, la chanteuse Sandy Chamoun, l’écrivaine Islam Khatib et l’activiste Mekdes Yilma se penchent sur une cartographie des manifestations, de l’aide humanitaire et de l’entraide, du statut d’étranger des travailleurs migrants et des Palestiniens. Ponctué par le discours et les actes de ses interprètes, par la fin des révolutions arabes et le mouvement Black Lives Matter de 2020 ainsi que par l’explosion du port de Beyrouth, le film se faufile entre des constantes transhistoriques entrelacées – de la rage et du deuil à la spontanéité et au siège.

The White Elephant, Shuruq Harb, 12’, 2018
Vostfr

En mobilisant des images partagées sur Internet par des Israéliens pendant la guerre du Golfe, la Première Intifada et durant des rassemblements de musique trance, The White Elephant compose le portrait déformé par la culture pop israélienne d’un adolescent palestinien des années 1990.

O, Persecuted, Basma Alsharif, 11’, 2014
Dans O, Persecuted, le film militant palestinien Our Small Houses de Kassem Hawal (1974) devient performance, impliquant la vitesse, les corps, et le mouvement du passé dans un avenir où l’idéologie entre en collision avec l’évasion.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Un film en français sur la récolte des olives à Gaza

    Un film documentaire en français sur la récolte des olives dans la bande de Gaza inspiré par le poème de Ziad Medoukh.
    " Les Oliviers poussent encore à Gaza ".le réalisateur Soud Mehna, le photographe Mohamed Madhoun, la diplômés de français Rwan Shawa et les jeunes francophones de Gaza la vie ont participé à sortie de ce film magnifique.
    Bon film de Gaza la vie | Novembre 2021

  • Des employés d’Amazon et de Google réclament la rupture de leurs contrats avec l’armée israélienne

    Les deux firmes sont exhortées par près de 400 employés à renoncer à un contrat d’1,2 milliard de dollars qui prévoit la fourniture de services à l’armée et au gouvernement d’Israël
    Les appels lancés chez Amazon et Google sont toutefois restés sans réponse, alors que les deux firmes ont signé le contrat du projet Nimbus avec Israël le 24 mai Un groupe de 400 employés des géants technologiques Amazon et Google a publié mardi une lettre ouverte demandant à leurs employeurs de se retirer d’un contrat d’1,2 (...)

  • Les évadés palestiniens sont des combattants de la liberté

    Les six prisonniers palestiniens évadés sont les combattants de la liberté les plus audacieux qu’on puisse imaginer. Les Israéliens qui ont du mal à l’admettre feraient bien de se rappeler de nombreux films et séries télévisées qu’ils ont vus : S’évader de prison est la parfaite "fin heureuse". L’Acre Prison Break de 1947 - dans lequel des membres de l’Irgun, la milice clandestine pré-étatique dirigée par Menachem Begin, ont fait irruption dans la prison de la ville pour libérer les membres de la milice (...)