Amis des arts et de la culture de Palestine

Proche-Orient : Visioconférence avec George Corm Mardi 27 avril de 19h à 20h30

Nous avons le plaisir de vous annoncer que Georges Corm a accepté de participer à une visioconférence à la demande du Mouvement de la Paix.

Son éclairage sur la situation au Proche-Orient est toujours intéressant, surtout dans le contexte actuel de désinformation, et notamment en ce qui concerne la Syrie. Cela fait déjà quelque temps qu’il n’a pas participé à des conférences en France.

Si vous avez des questions à lui poser, merci de nous les envoyer en retour d’e-mail et nous les lui transmettrons avant cette conférence, pour la bonne tenue de cette dernière.

Georges Corm est ancien ministre, économiste, historien, professeur à l’Institut de sciences politiques de l’Université Saint Joseph à Beyrouth.
Auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire du Liban et du Proche-Orient, dont en particulier :
"Le Proche-Orient, éclaté (1956–2012)" / Ed. Gallimard/Histoire, 2007
"Orient-Occident, la fracture imaginaire" / Ed. La Découverte, 2002 et 2004

Rejoindre la conférence avec Zoom mardi 27 à 19h00

Pour assister à cette conférence qui aura lieu avec Zoom, il suffit de cliquer sur le lien ci-dessus (ou : https://zoom.us/j/7585066971)

Vous pourrez rejoindre la conférence avec un ordinateur, ou avec une tablette ou un smartphone. Si vous souhaitez intervenir, votre appareil doit être muni d’un micro et d’une webcam.
Il suffira de cliquer sur le lien plus haut et suivre les indications. C’est gratuit.

Si vous n’avez ni ordinateur, tablette ou smartphone, vous pourrez rejoindre la conférence par téléphone au 01 86 99 58 31 (prix d’un appel normal) en indiquant le n° de réunion 7585066971.

Notre activité repose sur le bénévolat de nos membres et le soutien de nos ami.e.s dont vous faites partie. C’est la raison pour laquelle nous faisons appel à vous connaissant votre attachement aux valeurs de paix.

Devenez membre du Mouvement de la Paix à travers une cotisation de base de 36 €, ou plus, ou moins selon vos moyens (66% de la somme donnera lieu à une déduction fiscale si vous êtes imposable).

Pour adhérer, il suffit de cliquer et de choisir votre montant ici
Pour faire un don c’est ici



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Arrêtez de comparer Israël à l’Afrique du Sud de l’apartheid ; c’est pire Par Thembisa Fakude

    Il est courant de nos jours de comparer le racisme institutionnel d’Israël et son occupation de la Palestine à l’apartheid sud-africain. Jusqu’à un certain point, c’est une comparaison raisonnable. Jusqu’à un certain point. Malgré toutes ses horreurs et sa brutalité, le régime d’apartheid en Afrique du Sud n’a jamais utilisé d’avions de chasse et d’artillerie pour bombarder les personnes opprimées vivant dans les townships. Israël l’a fait, et continue de le faire. C’est maintenant devenu presque une (...)

  • Gaza : la librairie al-Mansour, temple des livres de l’enclave palestinienne, détruite par un bombardement israélien

    Dans la bande de Gaza, le site était considéré comme le temple des livres. C’était le lieu où les lycéens pouvaient trouver un manuel scolaire, les plus pratiquants leur coran et les esprits bohèmes des traductions de Dostoïevski en arabe. Mais mardi dernier, 18 mai, la librairie al-Mansour a été réduite en poussière.
    « Il y a 100 000 livres sous ces ruines »
    Vers 5H00 du matin, Samir al-Mansour, son propriétaire, était chez lui et regardait les chaînes d’info arabes lorsqu’il a appris qu’un (...)

  • Médias détruits à Gaza : RSF demande à la procureure de la CPI de déterminer si ces bombardements constituent des crimes de guerre

    Depuis une semaine, les locaux de 23 médias locaux et internationaux ont été détruits par des frappes aériennes israéliennes ciblées. Les derniers bombardements en date ont détruit, samedi 15 mai, les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press (AP) et de la chaîne qatarie Al-Jazeera. L’armée israélienne justifie ces frappes en expliquant que des équipements du "renseignement militaire" du Hamas, le mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, se trouvaient dans les immeubles visés. (...)