Amis des arts et de la culture de Palestine

La Librairie Résistances aura le plaisir d’accueillir jeudi 7 octobre, à 19 heures, Stéphanie Latte Abdallah,

« La toile carcérale », de Stéphanie Latte Abdallah
Jeudi 7 octobre à 19 heures
La Librairie Résistances aura le plaisir d’accueillir jeudi 7 octobre, à 19 heures, Stéphanie Latte Abdallah, pour la présentation de « La toile carcérale, une histoire de l’enfermement en Palestine », qui est tout autant une histoire de l’enfermement de la Palestine.

Fruit de plus de 350 entretiens et de l’exploitation de multiples archives et autres documents institutionnels, cet ouvrage permet de comprendre en quoi et comment le système pénal mis en place par l’occupant israélien est un mode de contrôle généralisé de la population palestinienne.

Tout y passe dans ce livre, de manière détaillée, à commencer par l’ampleur des incarcérations. Quand on sait que depuis 1967, quelque 40% des hommes sont passés par la case prison, on saisit à quel point cela irradie l’ensemble de la société palestinienne, où le « Dedans » (les détenus) et le « Dehors » sont en interaction constante.

Mais le système, c’est aussi la lourdeur extrême des condamnations prononcées le plus souvent par des tribunaux militaires, dans un système où les remises de peines pour les prisonniers politiques sont inexistantes ; la torture, bien sûr, pratiquée par les interrogateurs des services secrets (le « Shabak », également connu sous son ancien nom « Shin Bet ») qui maintient une présence à l’intérieur même des établissements pénitentiaires ; la sévérité du régime quotidien, notamment en ce qui concerne les visites et communications téléphoniques avec la famille, a fortiori lorsque les condamnés sont détenus -en violation du droit international-, sur le territoire israélien, dont l’entrée est interdite à de vastes secteurs de la population de la Cisjordanie (et à tout habitant de la bande de Gaza).

Pour autant, ce régime n’a pas réussi à briser la résistance des prisonniers. Dans des pages passionnantes, Stéphanie Latte Abdallah raconte comment les militants de chacun des partis politiques (principalement Fatah, Hamas, FPLP, Djihad Islamique) parviennent à se structurer à l’intérieur des prisons, les vétérans prenant en charge les nouveaux arrivants, le plus souvent des jeunes peu politisés, et à instaurer un mode de vie fondé sur le collectif et l’entraide. Elle montre comment les avancées obtenues dans tel ou tel domaine (alimentation, correspondance, regroupements par affinités…) l’ont toujours été à travers des actions collectives, les grèves de la faim en particulier.

Enfin, l’auteure pointe la honteuse collaboration (en Cisjordanie) de l’Autorité Palestinienne dont les « services de sécurité » livrent sans vergogne des résistants à la répression israélienne, quand ils n’incarcèrent pas des prisonniers à peine libérés par l’occupant.

Librairie Résistances 4 Villa Compoint, 75017 Paris (angle du 40 rue Guy Môquet). Métro Guy Môquet ou Brochant, ligne 13. Bus 31 arrêt Davy-Moines.

Téléphone 01 42 28 89 52

Site web www.librairie-resistances.com



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Les évadés palestiniens sont des combattants de la liberté

    Les six prisonniers palestiniens évadés sont les combattants de la liberté les plus audacieux qu’on puisse imaginer. Les Israéliens qui ont du mal à l’admettre feraient bien de se rappeler de nombreux films et séries télévisées qu’ils ont vus : S’évader de prison est la parfaite "fin heureuse". L’Acre Prison Break de 1947 - dans lequel des membres de l’Irgun, la milice clandestine pré-étatique dirigée par Menachem Begin, ont fait irruption dans la prison de la ville pour libérer les membres de la milice (...)

  • Des Juifs Européens pour une Paix Juste

    Le réseau des Juifs Européens pour une Paix Juste (EJJP en anglais, JEPJ en français), dont l’UJFP est membre, s’est vu refuser par la Commission Européenne la participation à un comité consultatif sur la stratégie à adopter pour lutter contre l’antisémitisme et favoriser une vie juive en Europe. Après plusieurs échanges de lettres avec les autorités de la Commission qui n’ont donné en réponse aucune explication à leur refus, une lettre ouverte a été rédigée le 5 juillet afin de faire connaître publiquement (...)

  • « PayPal collabore avec l’Anti-Defamation League, un important groupe de pression israélien, pour enquêter sur la manière dont les « mouvements extrémistes et haineux » collectent des fonds.

    Et avec les efforts de grande envergure de ce groupe de pression pour étiqueter le soutien aux droits des Palestiniens comme une forme de fanatisme anti-juif, cela pourrait être un autre moyen pour le secteur privé de censurer et d’entraver les militants antiracistes afin de protéger Israël.
    L’ADL se fait passer pour un groupe de défense des droits civiques tout en sapant systématiquement les mouvements de justice sociale et a ainsi dénoncé à plusieurs reprises les militants noirs pour avoir exprimé (...)