Amis des arts et de la culture de Palestine

« Face à la menace fasciste », vendredi 15 octobre à 19 h à la Librairie Résistances

« Face à la menace fasciste »
Vendredi 15 octobre 2021 à 19 h
La Librairie Résistances accueille vendredi 15 octobre, à 19 heures, deux universitaires militants, Ludivine Bantigny et Ugo Palheta, pour la présentation de leur nouvel ouvrage, « Face à la menace fasciste ».

A l’appui de leur diagnostic alarmant, mais pas alarmiste, Bantigny, enseignante à l’Université de Rouen, et Palheta, de l’Université Lille 3, commencent par analyser la multiplication des coups portés aux classes populaires.

Cette offensive du pouvoir au service des possédants, qui s’accompagne d’une répression tous azimuts, est à l’oeuvre depuis plusieurs décennies maintenant, mais avec Macron et le « macronisme », on est bien en présence d’une accélération historique du processus, écrivent-ils.

Les domaines concernés sont légion, de la réforme des retraites à la liquidation des services publics, en passant par la répression sanglante d’un mouvement comme celui des Gilets Jaunes ou au racisme islamophobe et à la xénophobie qui s’étalent sans retenue dans des médias possédés par les plus grandes fortunes du pays.

A l’heure des Zemmour et de syndicats policiers d’extrême-droite qui dictent sa conduite au gouvernement, le fascisme - qui n’a pas besoin pour exister d’être affublé de la panoplie complète des fondateurs de ce type de régime, comme celui de Mussolini en Italie au siècle dernier - n’est pas encore là.

Mais qu’on soit en présence d’un phénomène, même pas rampant, de fascisation, est incontestable, estiment les auteurs, qui consacrent l’essentiel de leur démonstration à la situation en France.

Que faire, alors ? L’un des points faibles de la résistance, selon eux, a été qu’on s’est trop focalisé jusqu’à présent sur une défense quelque peu abstraite des « libertés », en se raccrochant à la perspective du retour à une illusoire « bonne démocratie ». Illusion d’autant plus forte qu’à la différence des partis fascistes historiques, la fascisation actuellement en cours se fait généralement au nom de la « démocratie » !

Sans rupture avec le système capitaliste et le démantèlement de la machinerie d’Etat qui le sert (police, armée, etc.), on n’y arrivera pas. Et triompher du fascisme qui vient suppose une épreuve de force, « d’une intensité difficilement imaginable » entre classes populaires et classe dominante. Mais il n’y a pas d’autre voie.

VENDREDI 15 OCTOBRE À 19 HEURES À LA LIBRAIRIE RÉSISTANCES

Librairie Résistances 4 Villa Compoint, 75017 Paris (angle du 40 rue Guy Môquet). Métro Guy Môquet ou Brochant, ligne 13. Bus 31 arrêt Davy-Moines.

Téléphone 01 42 28 89 52

Site web www.librairie-resistances.com



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Les évadés palestiniens sont des combattants de la liberté

    Les six prisonniers palestiniens évadés sont les combattants de la liberté les plus audacieux qu’on puisse imaginer. Les Israéliens qui ont du mal à l’admettre feraient bien de se rappeler de nombreux films et séries télévisées qu’ils ont vus : S’évader de prison est la parfaite "fin heureuse". L’Acre Prison Break de 1947 - dans lequel des membres de l’Irgun, la milice clandestine pré-étatique dirigée par Menachem Begin, ont fait irruption dans la prison de la ville pour libérer les membres de la milice (...)

  • Des Juifs Européens pour une Paix Juste

    Le réseau des Juifs Européens pour une Paix Juste (EJJP en anglais, JEPJ en français), dont l’UJFP est membre, s’est vu refuser par la Commission Européenne la participation à un comité consultatif sur la stratégie à adopter pour lutter contre l’antisémitisme et favoriser une vie juive en Europe. Après plusieurs échanges de lettres avec les autorités de la Commission qui n’ont donné en réponse aucune explication à leur refus, une lettre ouverte a été rédigée le 5 juillet afin de faire connaître publiquement (...)

  • « PayPal collabore avec l’Anti-Defamation League, un important groupe de pression israélien, pour enquêter sur la manière dont les « mouvements extrémistes et haineux » collectent des fonds.

    Et avec les efforts de grande envergure de ce groupe de pression pour étiqueter le soutien aux droits des Palestiniens comme une forme de fanatisme anti-juif, cela pourrait être un autre moyen pour le secteur privé de censurer et d’entraver les militants antiracistes afin de protéger Israël.
    L’ADL se fait passer pour un groupe de défense des droits civiques tout en sapant systématiquement les mouvements de justice sociale et a ainsi dénoncé à plusieurs reprises les militants noirs pour avoir exprimé (...)