Amis des arts et de la culture de Palestine

Cinéma palestinien et cinéma international sur le thème de la Palestine

LE FILM DE LA SEMAINE
proposé par le Palestine Film Institut
Un nouveau film tous les mercredis à partir 16h.

https://www.palestinefilminstitute.org/en/pfp

Choix de sous-titres en cliquant sur le bouton CC en bas à droite de l’écran (français disponible)

— -
MASSAKER
Un film de Monika Borgmann, Lokman Slim & Hermann Theissen
Allemagne, 2005
Documentaire 1 h 39 mn

Synopsis
Du 16 au 18 septembre 1982, pendant deux nuits et trois jours, « Sabra et Chatila », chef-lieu de la présence palestinienne civile, politique et militaire au Liban est mis à feu et à sang.
Aujourd’hui encore il est impossible d’établir le nombre exact des victimes, morts et disparus.
Les auteurs du dit massacre furent recrutés surtout dans les rangs des Forces Libanaises, milice à majorité chrétienne alliée à Israël. La logistique de « l’opération », du « massacre », a été assurée par Tsahal, l’armée israélienne à la tête de laquelle se trouvait le ministre de Défense de l’époque et actuel Premier ministre Ariel Sharon.
Tant sur le fond que sur le plan esthétique Massaker se conçoit comme une étude de six personnages, très différents - de par leurs caractères et leurs histoires personnelles - ayant en commun d’avoir participé, de leur propre gré ou en exécution d’ordre, au « massacre de Sabra et Chatila » et une réflexion sur la violence collective au-delà de ce massacre en particulier.
Ni parodie de tribunal ni séance de thérapie, le choix de Massaker est de laisser la parole aux « ouvriers manuels » d’un massacre, en l’occurrence celui de « Sabra et Chatila ». Choix éventuellement contestable, paroles incontestables : paroles de tueurs.

Winner of the Fipresci Preis, Panorama, Berlinale 2005
Sortie en salles le 22 Février 2006

Le Contexte
En 1982 le « massacre de Sabra et Chatila » avait choqué l’opinion publique mondiale. Balayées aujourd’hui par d’autres massacres et par des considérations politiques de tout ordre, les questions soulevées par ce massacre restent sans réponse : qu’est-ce qui incite des hommes « ordinaires » à commettre des excès de violence et de cruauté et comment ces hommes-là continuent-ils à vivre leur vie avec en toile de fond, à défaut de « culpabilité », le fait d’avoir pris part à un « massacre ».

Entretien Avec Les réalisateurs (extrait)
Quelles sont les motivations personnelles qui vous ont poussés à réaliser ce film ?
Monika Borgmann : « La violence est un phénomène qui me passionne depuis très longtemps ; plus exactement, ce qui pousse un homme à devenir violent et à commettre certains crimes. Je crois aussi que la question de la violence est une question universelle. Je veux dire par-là qu’il doit être possible de rechercher partout des réponses à cette question, en dépit du contexte historique, culturel et politique dans lequel elle se produit. Si bien que lorsque j’ai eu l’idée de faire un film consacré à la violence collective, le massacre de Sabra et Chatila s’est imposé de lui-même comme un sujet évident. L’idée du projet remonte à 1996, mais ce n’est qu’en 1999 que j’ai rencontré la première personne ayant participé au massacre. Je me suis entretenue deux heures avec elle, et de cet entretien est né le projet. »

Fiche Technique
Réalisation : Monika Borgmann, Lokman Slim, Hermann Theissen
Scénario : Monika Borgmann
Image : Nina Menkes
Montage : Anne De Mo, Bernd Euscher
Son : Hermann Theissen
Musique : Fm Einheit
Producteurs : Joachim Ortmans, Marie-michèle Cattelain, Philippe Avril, Lokman Slim, Werner Schweitzer
Distributeur : Zootrope Films

— 



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Une Nakba permanente à Jérusalem

    Israël commet une Nakba permanente à Jérusalem-Est occupée.
    Des organisations de colons menacent d’expulser par la force 15 familles palestiniennes de leurs domiciles à Jérusalem dans les quelques mois à venir.
    Cela correspond à 37 maisonnées et à environ 195 individus, selon le groupe palestinien de défense des droits humains Al-Haq.
    Les familles résident dans le secteur de Karm al-Jaouni, quartier de Sheikh Jarrah, et dans le secteur de Batan al-Hawa, quartier de Silwan.
    En novembre, des (...)

  • Une réalisatrice palestinienne pré-sélectionnée pour la 93e Cérémonie des Oscars

    La cinéaste palestino-britannique Farah Nabulsi est en lice pour présenter, lors de la 93e cérémonie ds Oscars « The Present », ce film est sélectionné pour la catégorie Action court-métrage.
    Filmé en moins d’une semaine en Palestine, le film raconte l’histoire de Yousef et de sa fille partis chercher un cadeau pour leur épouse et mère à l’occasion de leur anniversaire de mariage. Une tâche qui s’avère presque impossible, et raconte les difficultés de la vie sous occupation israélienne.
    Le film a déjà (...)

  • La Chambre préliminaire de la CPI rend sa décision sur la demande du Procureur relative à la compétence territoriale concernant la Palestine

    Aujourd’hui, le 5 février 2021, la Chambre préliminaire I de la Cour pénale internationale (« CPI » ou « la Cour ») a décidé, à la majorité, que la compétence territoriale de la Cour dans la situation en Palestine, un État partie au Statut de Rome de la CPI, s’étend aux territoires occupés par Israël depuis 1967, à savoir Gaza et la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est.
    Le 20 décembre 2019, le Procureur a annoncé la conclusion de l’examen préliminaire de la situation en Palestine. Le Procureur avait conclu que (...)